Moteurs

  • ‘Vande’ dévoile sa nouvelle Lancia Beta Monte-Carlo Gr.4 à l’International Motor Show Luxembourg

    Imprimer

    rallye , vande , expo , luxembourg ,lameuse ,sudinfo ,moteur

    Il l’avait annoncé, il a bien sûr tenu parole… Samedi, sur le coup de 15h30, Jean-Pierre Van de Wauwer, accompagné de son fidèle écuyer Eric Marnette, a présenté dans le cadre de l’International Motor Show Luxembourg, devant un parterre compact d’invités, sa nouvelle et très attendue Lancia Beta Monte-Carlo Gr.4. Le fruit d’un travail de longue haleine, mené avec la passion et l’enthousiasme qui animent le Verviétois depuis ses débuts en compétition il y a… 45 ans déjà !

     

    « J’avais promis que l’auto serait présentée officiellement à Luxembourg, et le sprint final pour en achever la construction a été haletant, reconnaît ‘Vande’. Ces trois derniers mois, j’avoue que je les ai passés dans l’atelier. Au total, ce sont des centaines d’heures qui ont été nécessaires pour parvenir à ce résultat. J’en profite d’ailleurs pour chaleureusement remercier mon ami Jean, avec lequel j’ai travaillé deux mois durant, sans jamais compter les heures. Merci aussi à Jean-Luc, Guillaume, Arnaud et François, sans lesquels il aurait été impossible d’entamer une pareille construction. En rassemblant les compétences, et en comptant sur de nombreux coups de main occasionnels, on a pu concrétiser ce projet… »

     

    Ils étaient nombreux à avoir répondu à l’invitation du duo Van de Wauwer/Marnette pour assister à ce lever de voile officiel. Le résultat n’a pas manqué de séduire l’assistance, cette Beta Monte-Carlo affichant un look plus agressif que la précédente, principalement dû à des voies plus larges et de très esthétiques élargisseurs d’ailes. « Moteur plus puissant, qui devrait nous permettre de disposer de 225 chevaux, boîte de vitesses en rapport, gros freins, le gain de performance devrait être appréciable, poursuit l’ex-Champion de Belgique des Rallyes. Je vais donc pouvoir me battre à armes égales avec des voitures moins originales que cette Lancia, ce dont je me réjouis… »

     

    En entamant la mise en chantier de cette nouvelle Beta Monte-Carlo Gr.4, Jean-Pierre a donc décidé d’encore jouer la carte de l’originalité, avec un modèle qui n’est pas le plus répandu de la marque italienne en rallye… « Même si notre rêve, à Jean-Pierre et à moi, reste de disputer un jour un beau rallye au volant d’une Lancia Stratos ou d’une 037, ce type de bolide reste peu raisonnable d’un point de vue financier, enchaîne Eric Marnette. Et puis, ‘Vande’ a démontré que la Beta Monte-Carlo préparée à sa sauce, c’est très efficace. C’était déjà le cas de l’ancienne, qui nous a notamment permis de remporter les Legend Boucles de Spa, alors, vous pensez bien, cette nouvelle version, ça va déménager… »

     

    Reste maintenant à savoir quand cette Lancia ‘made in Stembert’ effectuera ses grands débuts en course… « Je vais lui éviter un baptême sur les spéciales forestières des Legend Boucles à Bastogne, car je veux être certain que tout est en ordre avant de lui faire subir ce genre de traitement, reprend Van de Wauwer. Je pense donc d’abord prendre part à l’une ou l’autre course de côte, pour parfaire la mise en point de la voiture, et ensuite, je passerai au rallye, selon le type de parcours proposé. »

     

    Y a donc plus qu’à… Au terme de cette période intense pour achever la construction de l’auto, ‘Vande’ va désormais souffler un peu, recharger ses propres batteries, avant d’entamer le développement en compétition. De là à dire qu’il est reparti pour une bonne poignée d’années…(com)

  • Rallye-Sprint Villersois: Les outsiders Vecoven et Peigneur surprennent Lentz, Soyeurt et Simon sont les nouveaux champions

    Imprimer

    asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Finale du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des Rallyes-Sprints, le Villersois avait tout d’un mini Condroz. Sur l’habituelle spéciale show, les conditions étaient dantesques du début à la fin avec une pluie incessante qui rendait le parcours aussi boueux que délicat. Malgré tout, Yannick Peigneur parvenait à imposer sa puissante propulsion en Division 4 tandis que Geoffray Vecoven terminait l’année en beauté en D1-2-3. Enfin, Emile Tollet et Benoit Gillot remportaient chacun la victoire dans les classements réservés aux historiques.

     

    Avec 121 voitures au départ, le Motor Club Hannutois pouvait être fier du succès rencontré une nouvelle fois par son épreuve. Chaque année, certains licenciés sont nombreux à y terminer la saison en beauté tandis que d’autres y préparent les dernières courses de l’année. Tracé autour de Fize-Fontaine, le parcours en boucle reste très complet et quand la météo s’en mêle comme c’était encore le cas cette année, il est important d’y rouler intelligemment. Favori attendu avec sa Toyota Corolla WRC, Philippe Dewulf rentrait déjà avec une petite vingtaine de secondes d’avance après le premier passage. Derrière lui, Geoffrey Godinas (BMW M3) et surtout Nicolas Lamy (Citroën C2 R2) en surprenaient plus d’un. Suite à des soucis de pont, Dewulf devait déjà en rester là dans la deuxième spéciale où Godinas prenait le commandement, cette fois devant l’autre M3 de Yannick Peigneur et les Subaru Impreza de Philippe Latour et Christophe Lux. Alors qu’il comptait une trentaine de secondes d’avance, le leader sortait de la route et laissait sa place à la BMW de Peigneur. Avant la dernière boucle, ce dernier possédait douze secondes d’avance sur Latour qui rejoignait malheureusement la liste des abandons en fin d’épreuve. Christophe Lux n’en demandait pas tant pour se hisser à la deuxième place du général devant le nouveau champion de la Fédération Wallonie-Bruxelles en D4 (voitures de hautes performances et/ou équipées de pneus de compétition), Frédéric Lentz.

     

    Durant toute l’année, ce classement aura été très disputé entre trois pilotes et asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfosurtout trois amis. En débarquant à Villers-le-Bouillet, Philippe Dewulf était leader mais n’avait pas droit à l’abandon car Jordy Rousselet (Citroën Saxo), Frédéric Lentz et Jean-Marc Larivière (chacun avec leur Peugeot 106) pouvaient encore prétendre au titre. Après les retraits mécaniques de Larivière puis Dewulf, Jordy comptait encore huit point d’avance sur Frédéric. Malheureusement, le pilote de la Saxo n’était pas à l’aise sur le parcours liégeois et accumulait les petites erreurs. En signant un superbe troisième temps de nuit dans la dernière spéciale, Frédéric se propulsait de la cinquième à la troisième place du général tout en gagnant sa classe 12 pour quelques secondes face à Nicolas Lamy. Dans les Divisions 1-2-3 (pneus de tourisme obligatoires), Sébastien Soyeurt (Renault Clio) devait simplement terminer pour se voir titré. Ce qu’il faisait après un très bon début de saison avant une sortie de route qui ne lui facilitait pas la tâche par la suite. Derrière lui, on retrouvait un excellent Jean-Julien Gaudin, absent ici, mais qui n’aurait pu faire mieux et qu’il faudra tenir à l’œil en 2018 avec sa nouvelle monture. Du côté des historiques, Jean-Claude Simon (Ford Escort) se voyait titré en PH Classic tandis qu’en abandonnant suite à des soucis de boîte de vitesse sur sa Porsche 944, il manquait un résultat à Benoît Dimischstein pour être champion.

     

    De bagarre, il en était également question en D1-2-3 où Geoffray Vecoven (VW Golf) asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfoprenait la tête de l’épreuve dès la première spéciale devant Laurent Mottet (Peugeot 306) et Jérôme Linchamps (Peugeot 206). Excellent quatrième avec sa 106 de classe 5, Pascal Bomblé réussissait l’exploit de devancer l’Opel Astra de Julien Delleuse. En signant le meilleur temps dans la deuxième boucle, Linchamps prenait la tête à Vecoven pour 31 centièmes ! Malheureusement, un cardan cassé anéantissait ensuite les espoirs de première victoire du licencié luxembourgeois. Même sort pour Mottet qui suivait à moins de deux secondes, de quoi permettre à Vecoven de reprendre la tête pour ne plus la quitter devant Jean-Michel Dumont (Renault Clio) qui précédait Delleuse. Avec sa victoire, Vecoven permettait également à son copilote local, Christophe Chaudière, de remporter son premier titre FWB en copilote (imité par Emmanuel Mercy en D4 et Gilles Simon en PH Classic). Venu prendre en mains sa Citroën DS3 R3 en vue du Rallye des Crêtes, Gaëtan Dupuis terminait dans le top 5 devant Soyeurt. Sixième, Laurent Cravillon (Clio) remportait une nouvelle victoire de classe 6 au même titre que l’intouchable Bomblé en 2-5 devant Loïc Dumont (12ème du général avec sa 106). Huitième et vainqueur en classe 9, Maxime de Fina (Honda Civic) précédait Stéphane Spiertz de retour aux affaires avec sa Citroën C2 R2. En 3-11, Nicolas Cabu (13ème du général) remportait une nouvelle fois sa classe devant l’autre BMW 325i de Guillaume Lejeune qui aura également assuré le spectacle. A la porte du top 20, Michaël Pirnay (Citroën AX) remportait la classe 4 devant le vainqueur de classe 8 (après le cardan cassé de Benoit Mathy), Lionel Radoux. Classé 33ème avec sa 106, il précédait la monture similaire de Didier Liégeois pour une bonne seconde seulement. Enfin, Sébastien Fréhisse (Skoda Fabia) s’imposait en 1-1 avec la plus petite voiture du plateau (entièrement d’origine au passage) et prenait la 57ème place au général.

     

    asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfoEn historique, Marc Reynaert et sa VW Golf surprenaient toutes les Escort dans le premier passage. Malheureusement, il rencontrait ensuite quelques soucis mécaniques qui permettaient à Emile Tollet de prendre la tête pour ne plus la quitter. Il s’imposait finalement face aux autres Escort de Philippe Hellings et Michaël Renson. Quatrième, Reynaert remportait néanmoins sa classe 16. Du côté du classement Prov’Historic Silhouette / Replica réservé aux anciennes qui diffèrent de la fiche d’homologation de l’époque, Benoît Gillot imposait une autre Escort devant les Opel de Philippe Meuleman (Manta) et Pascal Dussart (Ascona).




    Principaux abandons : Dewulf (pont), Godinas (sortie), Latour (raison inconnue), Tack, Larivière, Linchamps, Mottet, Mathy (cardan) Vanderweerde (souci électrique), Dimidschstein (boîte)

     

     

     

    Division 4 :

    1. Y. Peigneur-M. Jansemme (BMW M3-1er 4/14) en 39’14
    2. Chr. Lux-A. Lomascolo (Subaru Impreza-4/14) +49’’
    3. Fr. Lentz-J-Y. Scheers (Peugeot 106 S16-1er 4/12) +1’01
    4. N. Lamy-M. Petit (Citroën C2 R2-4/12) +1’04
    5. N. et J. Geilenkirchen (Skoda Fabia R2-4/12) +1’18
    6. F. Massin-St. Vanaubel (Subaru Impreza-4/14) +1’44
    7. J. Rousselet-A. Hardy (Citroën Saxo-4/12) +3’11
    8. H. Keyens-J. Castelein (Peugeot 205-1er 4/13) +3’18
    9. G. Delizée-A. Defise (Citroën Saxo-4/12) +5’29
    10. Chr. Delcroix-G. Delforge (Audi TT-1er 4/15) +7’20

    (12 classés)

     

    Divisions 1-2-3 :

    1. G. Vecoven-Chr. Chaudière (VW Golf 2 Gti 16v-1er 3/10) en 38’31
    2. J-M. Dumont-J. Moxhet (Renault Clio RS-3/10) +19’’
    3. J. Delleuse-G. Burniat (Opel Astra GSi 16v-3/10) +22’’
    4. G. Dupuis-A. Noël (Citroën DS3 R3-3/10) +59’’
    5. S. Soyeurt-J-L. Hottelet (Renault Clio RS-3/10) +1’18
    6. L. Cravillon-C. Magain (Renault Clio RS-1er 2/6) +1’45
    7. P. Bomblé-J. Alexandre (Peugeot 106-1er 2/5) +1’46
    8. M. De Fina-L. Freuville (Honda Civic-1er 3/9) +1’56
    9. St. Spiertz-J. Mignon (Citroën C2 R2-3/9) +2’21
    10. N. Felten-C. Meyer (Mitsubishi Colt-3/10) +2’28
    11. J-L. et F. Delogne (Peugeot 106-3/9) +2’53
    12. L. Dumont-O. Jamoul (Peugeot 106 GTi-2/5) +3’07
    13. N. Cabu-C. Lambert (BMW 325i-1er 3/11) +3’16
    14. G. Lejeune-M. Quoidrini (BMW 325i-3/11) +3’41
    15. A. Huberty-G. Schumaker (Honda Civic-3/9) +3’47
    16. M. Pirnay-C. Steukers (Citroën AX Sport-1er 2/4) +4’44
    17. L. Radoux-Br. Olivier (Peugeot 106-1er 3/8) +5’45
    18. S. et A. Fréhisse (Skoda Fabia-1er 1/1) +10’12

    (66 classés)

     

    Prov’Historic :

    1. E. Tollet-Chr. Knott (Ford Escort RS-1er PH/17) en 41’16
    2. Ph. Hellings-J. Lejeune (Ford Escort RS-PH/17) +52’’
    3. M. Renson-Br. Maurice (Ford Escort MK2-PH/17) +2’15
    4. M. Reynaert-G. Derenne (VW Golf 1-1er PH/16) +2’23
    5. B. Horicks-N. Naignot (Ford Escort MK2-PH/17) +2’53

    (7 classés)

     

    Prov’Historic S/R :

    1. B. Gillot-G. Mattart (Ford Escort-1er PH/SR) en 41’34
    2. Ph. Meuleman-J. Wingel (Opel Manta-PH/SR) +3’58
    3. P. Dussart-S. Tortolani (Opel Ascona A-PH/SR) +4’45
    4. G. Wauthier-S. Glenet (Opel Ascona-PH/SR) +5’26

    (4 classés)

  • Condroz 2017: Victoire de Princen & titre pour Verschueren

    Imprimer

    IMG_0028.JPG

    Un rallye avec de belles et moins belles histoires vu les deux  spectateurs blessé .

    Capture.PNG

  • Condroz 2017 : première journée à rebondissements (classements et photos)

    Imprimer

    rallye ,condroz ,moteur ,cherain ,duval ,thiry ,matton ,BRC ,RACB ,pics ,lameuse ,sudinfo ,huy

    Après le 10 ES on déplore déjà 38 abandons ,De Mevius qui était premier sur sortie et Cherain qui lui était deuxième sur panne d'alternateur entre autres .

    rallye ,condroz ,moteur ,cherain ,duval ,thiry ,matton ,BRC ,RACB ,pics ,lameuse ,sudinfo ,huy

     

    PHOTOS : ICI

  • Thierry Neuville 3e de la première spéciale du Rallye de Grande-Bretagne

    Imprimer

    neuville , WRC ,lameuse ,sudinfo , moteur

    Thierry Neuville occupait la 3e place du Rallye de Grande-Bretagne, 12e et avant-dernière épreuve du championnat du monde WRC des rallyes, à l’issue de la première et unique spéciale du jour, jeudi au pays de Galles.

    À l’issue du kilomètre 49 au programme, le pilote germanophone comptait une demi-seconde de retard sur le Français Sébastien Ogier (M-Sport Ford Fiesta), tout proche d’un 5e titre mondial consécutif. Le Finlandais Jari-Matti Latval était intercalé entre les deux rivaux.

    Le dernier rallye est prévu du 16 au 19 novembre en Australie. Sébastien Ogier compte 37 et 38 unités d’avance sur ses derniers rivaux, son coéquipier estonien Ott Tänak et Thierry Neuville. Une victoire ou une marge de 31 points au classement des pilotes lui permettrait d’être sacré dimanche avant le rendez-vous australien.

    Son équipe britannique, M-Sport, est elle quasi-assurée de remporter le titre constructeurs -son premier depuis dix ans et le premier sans le soutien officiel de Ford- sur ses terres ce week-end. Pour cela, elle ne doit plus inscrire que quatre points.

    L’édition 2017 du Rallye de Grande-Bretagne propose 21 spéciales et 304,36 km chronométrés. Vendredi, six spéciales sont au programme.

    C’est le Gallois Elfyn Evans qui avait réussi le meilleur temps du shakedown jeudi matin.

    Classement après la 1re spéciale

    1. Sébastien Ogier (Fra/M-Sport Ford Fiesta) 1 : 09.7

    2. Jari-Matti Latvala (Fin/Toyota) à 0.4

    3. Thierry Neuville (BEL/Hyundai) 0.5

    4. Ott Tanak (Est/M-Sport Ford Fiesta) 0.6

    5. Elfyn Evans (G-B/M-Sport Ford Fiesta) 1.1

    6. Andreas Mikkelsen (Dan/Hyundai) 1.1

    7. Esapekka Lappi (Fin/Toyota) 1.2

    8. Dani Sordo (Esp/Huyndai) 1.2

    9. Juho Hänninen (Fin/Toyota) 1.3

    10. Craig Breen (Irl/Citröen) 1.3

    Source :LaMeuse

  • 24h 2CV : Victoire confortable de la #42 BNLL Saxoprint de Roustan-Deplanche-Lacoste-Malcause !

    Imprimer

    Pour leur 33ème édition, les 24 Heures 2CV de Spa-Francorchamps ont été fidèles à leur réputation d’épreuve d’endurance difficile, généralement disputée dans des conditions météorologiques aussi changeantes que délicates. Une fois encore, les faits de course se sont multipliés, et bien malin était celui qui aurait pu prévoir l’issue des débats opposant une soixantaine de 2CV et assimilées et une quarantaine de C1.

    Lire la suite

  • 21ème Rallye Mettet-Florennes: Liste des numéros

    Imprimer

    rallye , asaf , mettet ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Les numéros pour ceux qui se rendent ce dimanche au rallye de Mettet

    1 HENDY STEPHEN DAVIES ALED FORD FIESTA R5 4-14
    2 ALLERTS PAUL PATTYN BJORN MITSU EVO 9 4-14
    3 DEVLEESCHAUWER CHRIST. KIRSCH MAITE FORD FIESTA R5 4-14
    4 CANTRAINE EMMANUEL RICCIO MITSU EVO 9 4-14
    5 MOLLE AMAURY HERMAN RENAUD PEUGEOT 208 4-14
    6 GUILLEMIN ALEXANDRE SEGERS DAVID NISSAN 350Z 4-14
    7 DEGELING ERIK ONS ELS MITSU EVO 4-14
    8 SCHOCKAERT PATRICK HEYMANS JURGEN SUBARU IMPREZA 4-14
    9 TREKELS STEFAN RASSALLE JOLIEN BMW E30 M3 4-14
    10 SCHOOLMEESTERS TOM VANVOLCKSOM BJORN MITSU EVO 6 4-14
    11 HOLSBEEKS SVEN ULENS DANNY BMW 130I 4-14
    12 ROGGEMAN ROBIN MARTENS LEANDER BMW E 36 M 3 4-14
    14 LAPAILLE MATHIEU HOTTELET JEAN LOUIS PEUGEOT 207 4-13
    15 VANDELOOCK FREDERIK HUGAERTS LUC SUBARU IMPREZA 4-14
    16 WIRTZ MARCEL BOUCHAT LUC MERCEDES 190 3-11
    17 ADAM QUENTIN HOTELET EMILIEN CITROEN DS3 R3 3-10
    18 DELLEUSE JULIEN BURNIAT GUY OPEL ASTRA 3-10
    19 MARIQUE EDDY MARIQUE CHRISTOPHER OPEL ASTRA 3-10
    20 SOYEURT SEBASTIEN SOYEURT LUDOVIC RENAULT CLIO 3-10
    21 LUIS SEBASTIEN RASSART ANTOINE CITROEN C2R2 MAX 3-9
    22 KALBUSCH YANNICK WILLEMS SASCHA FORD FIESTA 3-9
    23 HORGNIES RAYMOND HORGNIES CAROLINE OPEL MANTA 3-11
    24 BOUCHAT VINCENT SALINGROS CHRISTOPHER RENAULT CLIO RS 3-10
    25 PIROT LOIC BODET JEAN BAPTISTE BMW E21 323I 3-11
    26 JANSSENS MARC LEYS MARIO OPEL MANTA 3-11
    27 MINET SERGE WARNANT PHILIPPE RENAULT CLIO RS 3-10
    28 CASTREMANNE PHILIPPE HOYOUX MICHAEL SUZUKI SWIFT 3-8
    29 MARION DIMITRI ARTS SEBASTIEN CITROEN C2R2 3-9
    30 GAUDIN JEAN JULIEN HOUBOTTE AMAURY PEUGEOT 306 2-6
    31 MATHY BENOIT BASTAITS MAXIME VW POLO 3-8
    32 CONSTANT JEROME DERENNE GAUTHIER CITROEN C2 3-9
    33 GRANDJEAN DIDIER GODFRIN PIERRE YVES OPEL CORSA C 4-13
    34 DELOGNE JEAN LOUIS VANDEKERCKHOVE DIDIER PEUGEOT 207 RC 4-14
    35 POCH ANTOINE SERVAIS SAMUEL RENAULT CLIO 4-13
    36 MINGEOT JEAN LOUIS HALLET DAVID OPEL KADETT 4-13
    37 DEGREEF JEAN BRIDOUX ROMAIN VW GOLF 4-13
    38 BECKER JEAN MARC POLET MORGANE VW GOLF 4-13
    39 KONRATH ANDREAS KORB TOBIAS OPEL KADETT E 4-13
    40 VANWINCKELEN ERIK VERBEECK GILBERT OPEL ASTRA 4-13
    41 VAN BRUSSEL WIM APER STIJN RENAULT CLIO 4-13
    42 FRANCOIS VINCENT WILLOCQ VINCENT SEAT LEON 4-14
    43 DELVIGNE DAVID VERBRUGGEN DIDIER NISSAN MICRA 3-8
    44 DELFOSSE MARC B LATON LUDOVIC SUZUKI SWIFT 3-8
    13 MAROIT CEDRIC DEPRAUTE CORINNE PEUGEOT 106 3-9
    45 ROCCO FREDERIC DE GIETER BENOIT BMW COMPACT 3-11
    46 DELVIGNE DIDIER CRAPPE DENIS OPEL CORSA 3-9
    47 BORGNET OLIVIER CITROEN SAXO 3-9
    48 MUNARO ALBAN POUILLON VINCENT PEUGEOT 306 3-10
    49 HIERNAUX SEBASTIEN BENOIT JEAN FRANCOIS PEUGEOT 306 3-10
    50 MACORS ARNAUD MARANZAN FREDERIC RENAULT CLIO RS 3-10
    51 VERVONDEL SERGE VAN BENEDEN ERIK BMW 318 3-10
    52 JACQUES JEAN CLAUDE SCIEUR NATHALIE TOYOTA COROLLA 4-12
    53 PAQUET CHRISTIAN DEHAYBE DOMINIQUE TOYOTA COROLLA 4-12
    54 DELIZEE GAETAN DELIZEE LAETITIA CITROEN SAXO 4-12
    55 WIART JONATHAN BURLET DENIS BMW E 36 3-11
    56 DELMOTTE PASCAL BRUXEKMANE ALAIN BMW E 30 3-11
    57 LABYE JEROME BOON CHRISTOPHE BMW 323 I E 30 3-11
    58 MOREL JEAN LOUP COPPENS DAVID BMW 323 I E 30 3-11
    59 PREAT NANCY LAHAYE FREDERIC BMW 325 I 3-11
    60 COLYNS NICOLAS DELHAYE KEVIN CITROEN SAXO 3-9
    61 LEGROS REGIS BAILLY FABIAN CITROEN C2R2 MAX 3-9
    62 HUMBLET PHILIPPE DUJARDIN JEROME TOYOTA COROLLA 3-9
    63 VERMEULEN KRISTOF OMBELET KATLEEN OPEL CORSA GSI 3-9
    64 ETIENNE ALAIN BARTHELEMY JOSE CITROEN SAXO 3-9
    65 BOET VILMO TIRTIAUX MICHAEL OPEL CORSA 3-9
    66 JACQUES JONATHAN LEONET BERTRAND OPEL CORSA 3-9
    67 DELOGNE FABRICE VAN DEN ABBEELE FLORIAN HONDA INTEGRA 2-6
    68 THERER CHRISTOPHE LHERMITTE MATHIEU MAZDA 323 2-6
    69 VANDENBULCKE MALORY HIERNAUX ROSELYNE MAZDA 323 2-6
    70 RADOUX LIONEL DELPIRE EMELYNE PEUGEOT 106 3-8
    71 MACORS MICHAEL PEUGEOT 106 3-8
    72 DOEREN CHRISTOPHE VAN STEENBRUGGE DAMIEN VW POLO 3-8
    73 LEGROS DIDIER WATELET PIERRE PEUGEOT 106 3-8
    74 PAQUET GAUTHIER DEMEY ELISE PEUGEOT 205 R 3-8
    75 PAQUET BENJAMIN DILBECK JEAN CHRISTOPHE TOYOTA STARLET 3-8
    77 DEFISE ARNAUD KIELBASA NICOLAS PEUGEOT 106 3-8
    78 HUBERTY PIERROT MAQUET FLORENT SUZUKI SWIFT 3-8
    79 BABELAINE FLORENT 3-8
    80 HARPIGNIES PIERRE TOUSSAIN ALEXANDRE SUZUKI SWIFT 3-8
    81 BULTREYS DAVID DHYNE EMMANUEL CITROEN SAXO VTR 2-5
    82 ALLARD LAURENT PIERSON SEBASTIEN CITROEN SAXO 2-5
    83 BOMBLE PASCAL ALEXANDRE JONATHAN PEUGEOT 106 2-5
    84 GIBON JULIEN DAIX LAURA PEUGEOT 106 2-5
    85 BAURAING JEAN ARTS ALAIN TOYOTA COROLLA 2-5
    86 NICOLAS ETIENNE RENIER THIERRY TOYOTA COROLLA 2-5
    87 TAMBURRINI EDWYN TAMBURINI SAMUEL CITROEN SAXO 2-5
    88 PEETERS JONATHAN LAUDENS ALEXIS CITROEN SAXO 2-5
    89 VERHAEGHE ELIEN VANDERRSARREN JOCHEN CITROEN SAXO 2-5
    90 GOGUILLON OLIVIER THERON VINCENT PEUGEOT 106 2-5
    91 STEVENS JOHAN GODEFROID HUGHES OPEL CORSA 2-5
    92 LICHTKEN MAXIME GENETTE XAVIER RENAULT TWINGO 2-5
    93 CHERON THOMAS ANDRE GEOFFREY PEUGEOT 207 2-5
    94 SEPTON JEROME BOUSSIFET FRANCOIS PEUGEOT 106 2-5
    95 ROCHEZ ANTHONY RENAULT TWINGO 2-5
    96 DEL SALVIO ANTHONY DAWANCE CHRISTOPHE PEUGEOT 206 2-5
    97 QUINART ALAIN PAPART BERTRAND CITROEN C2 VTS 1-2
    98 POTAR MICHAEL RASSCHAERT BRUNO RENAULT CLIO 1-2
    99 BORGNET JOEL SUZUKI SWIFT 2-4
    100 DELFOSSE PIERRE DELATOUR QUENTIN SUZUKI SWIFT 1-1
    101 DEGREVE LAURENT SOLOT TIFFANIE RENAULT CLIO 2-4
    102 DE GROOTE ERIC BRICLET JEROME MAZDA 323 2-4
    103 FLOYMON JEAN FRANCOIS MAGUSIAK KRZYSZTOF SUZUKI SWIFT 2-4
    104 DELMOITIEZ JULIEN DELMOITIEZ BENJAMIN CITROEN AX SPORT 2-4
    105 WILGOCKI CARL COLLINET CEDRIC PEUGEOT 106 2-4

    201 LATTAQUE TONY LATTAQUE CHARLY OPEL MANTA SR-19
    202 KLOUYTEN LUC LOISEAU PHILIPPE PORSCHE 944 SR-19
    203 HUGLA DAVID JOLIVET VALENTIN OPEL ASCONA SR-19
    251 JACOBS CHRISTOPHE REGNIER ISABELLE FORD ESCORT RS PH-17
    252 TOLLET EMILE KNOTT CHRISTIAN FORD ESCORT RS PH-17
    253 DACO CHRISTOPHE STROTZ DAVID FORD ESCORT RS PH-17
    254 GILLOT BENOIT MACORS BERNARD FORD ESCORT RS PH-17
    255 DEVILLERS JEAN MARC LAMY NICOLAS FORD ESCORT RS PH-17
    256 REYNAERT MARC VW GOLF PH-16
    257 RENARD LAURENT DEMONTE LOIC FORD ESCORT RS PH-17
    258 HORICKS BERNARD FORD ESCORT RS PH-17
    259 SAVIGNY LUC HENRY FABRICE FORD ESCORT RS PH-17
    260 DERIDDER CARL GILSON TAMARA OPEL MANTA PH-17
    261 BAR YVES VAN DEN BROECK YOHAN OPEL MANTA PH-17

    301 LEVEQUE FRANKY MICHAUX OPEL KADETT H D
    302 LOQUET STEPHANE WINDAL PATRICIA FORD ESCORT H D
    303 LORIAUX ROGER LORIAUX LINDSAY FORD ESCORT RS H D
    304 TSCHMIL EDDY KOG ADRIEN H D
    305 MASLOWSKI MAREK VINCENT CAROLINE FORD ESCORT MK2 H D
    306 LAMBRECK PASCAL DEBRULLE ETIENNE OPEL KADETT H D
    307 MAGNUS PHILIPPE MAGNUS QUENTIN BMW 320 H D
    308 JONNIAUX ROBERT BULTERYS EMMANUEL OPEL CORSA H D

  • condroz 2017:Timing plan de Es et de la test

    Imprimer

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Plan des ES et la test ainsi que le timing pour bien organiser sont wk et non pour faire le guignol avant en reco .

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    SAMEDI

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    DIMANCHE

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

  • Concours pour une place de co-pilote pour la Ladbrockes SR Cup à Maasmechelen.

    Imprimer

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

    Nous avons récolté les sensations de nos gagnants, Mathias grand fan de rallye et Laura qui a eu la chance de prendre la place de son compagnon qui est déjà co-pilote de rallye.
     
    Mathias

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

     
    Grand fan de rallye ce fut une expérience extraordinaire avec des sensations de fou
    Une équipe géniale, un pilote (maxime pasture) d'une gentillesse incroyable qui nous a fait partager sa passion de pilote.
    Un moment unique qui restera gravé dans nos mémoires, c'était tellement bien que c'était limite trop court ... et oui on y prend gout facilement
    Le village vip était juste topissime.
    Malgré les 480 km aller retour, on ne regrette pas. A refaire dès que possible
     
    Laura

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

     
    Tout d’abord l’accueil était très sympa, le pilote Maxime nous a bien accueilli et m’a bien guidée. Il nous a tout expliqué, nous a mit à l’aise. 
    C’était une journée de fou  je m’en rappellerai toute ma vie. C’est passé super vite et je me suis éclatée comme une folle. 
    C’est la première fois pour moi d’être copilote dans une voiture de rallye, j’ai trop aimé c’était super. Je voudrai dire un grand merci à Maxime d’avoir pu faire partager sa passion et me transmettre quelques conseils de pilotage. Je remercie également mon compagnon qui a gagné le concours mais qui m’a laissée sa place dans la voiture car il a déjà été copilote en compétition et qu'il savait que ça me plaisait d’essayer. Je repars avec de très bons souvenirs et des étoiles plein les yeux. 

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

  • 24h 2CV :Plus de 110 voitures sur la grille de départ!

    Imprimer

    francorchamps ,2CV ,24h ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Pour leur 33ème édition, programmée les 20, 21 et 22 octobre, les 24H2CV vont allègrement remplir les paddocks, pitlanes et grilles de départ du circuit de Spa-Francorchamps ! En effet, plus de 110 équipages ont rentré leur bulletin d’engagement, se partageant entre 2CV des catégories Hybrides, Protos, Améliorées, Classiques et Expérimentales, mais aussi C1 Racing Cup. Plus qu’une réussite, un plébiscite !

    « Depuis toujours, les 24 Heures 2CV sont une ode au sport auto démocratique, explique Robert Van Gysegem, Président du 2CV Racing Teams organisateur. En constatant un tel enthousiasme de la part des participants, on se dit que la tradition de cette épreuve est plus ancrée que jamais. Cela fait 33 ans que ça dure, et c’est que du bonheur ! »

    D’aucuns rétorqueront que si la grille est aussi bien achalandée, c’est essentiellement grâce à l’arrivée des C1 Racing Cup. De fait, une grosse soixantaine de 2CV et Dyane sont dénombrées, contre une bonne quarantaine de C1 Racing Cup. « Avant tout, avec plus de 60 2CV et Dyane, on confirme les grilles de départ des années précédentes, poursuit Robert Van Gysegem. Lorsqu’on a introduit la mécanique BMW dans les bolides de la catégorie ‘Hybrides’, certains puristes ont crié au scandale et annoncé la fin de la discipline. Or, que constate-t-on aujourd’hui ? Que cette mécanique s’est généralisée, car elle est avant tout gage de fiabilité. On se rend compte en fait que tout a été fait pour renforcer le caractère démocratique de la discipline. Et on ne peut que s’en féliciter… »

    Quant à la présence des C1 Racing Cup, dont de nombreux exemplaires arrivent du Royaume Uni et sont présents en qualité de ‘Guests’, au même titre que les ‘City Bug’ d’origine hollandaise, elle relève d’une évidente logique par les temps qui courent… « Dans les médias, il est beaucoup question de l’avenir des courses sur circuit en regard des tarifs de location des pistes, toujours plus élevés et moins raisonnables, poursuit l’organisateur des 24H2CV. Il est évident que le salut passe par une association de plateaux. Avec la C1 Racing Cup, on reste dans la grande famille Citroën, avec des autos qui sont fidèles à la philosophie de la 2CV, à savoir un maximum de plaisir à des coûts réduits. En n’acceptant que les 2CV, la grille de départ serait certes bien garnie, mais il nous faudrait répercuter sur la soixantaine de concurrents le prix de location d’une piste comme Francorchamps. Ensemble, on est donc plus fort… et c’est moins cher ! Qu’on ne s’y trompe néanmoins pas : cette épreuve est avant tout celle des 2CV, ce qui signifie que jamais, le 2CV Racing Teams ne désavantagera des équipes qui engagent des 2CV ou Dyane ! Et la C1 Racing Cup ne devient en aucun cas une catégorie supplémentaire de la 2CV Racing Cup. Pour la saison 2018, nous devrions être en mesure d’organiser des courses distinctes pour les 2CV et les C1 Racing Cup durant la saison, et les 24 Heures deviendront la seule réunion de ces voitures. »

    Signalons encore qu’une équipe télé de la célèbre émission Auto-Moto de TF1 viendra mettre en boîte un reportage sur le caractère exceptionnel des 24H2CV ! Preuve ultime du pouvoir d’attraction et de séduction de cet événement unique en son genre… Rendez-vous en début de semaine pour faire le point sur les favoris dans les différentes catégories… et l’annonce de la participation de plusieurs personnalités parfois inattendues !(com)

  • Legend Boucle de Bastogne 2018:Retour début février, nouvelle catégorie, coefficients revus, parcours remanié,....

    Imprimer

    boucle de bastogne , moteur , sudinfo , lameuse

    A un peu plus de trois mois et demi d'une édition confirmée les 2, 3 et 4 février 2018, les Legend Boucles font déjà l'actualité ce mercredi avec une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi matin dans le Palais abbatial de Saint Hubert, une des communes servant de plaque tournante à une épreuve basée pour la quatrième année déjà au coeur de Bastogne.

     

    A l'ordre du jour de ce point presse, plusieurs aménagements apportés à notre grande classique hivernale. On a beau organiser la plus belle épreuve historique du royaume, on aime au RAC Spa se remettre en questions, évoluer et tenir compte des remarques des concurrents.

     

    Outre la confirmation officielle du retour à la date du premier week-end de février, trois  nouveautés importantes ont été dévoilées aujourd'hui.

     

    Les deux principales concernent la création d'une nouvelle catégorie intermédiaire entre Legend (temps imparti) et Classic (60 km/h de moyenne) baptisée Challenger avec un retour à une moyenne imposée de 80 km/h. Mais aussi des coefficients revus et corrigés en fonction des années d'homologation des véhicules.

     

    Pour la première fois depuis la création de notre épreuve en 2006, il y aura un changement pour les coefficients correcteurs en fonction des années d'âges dans les catégories Legend et Challenger (on ne touche à rien en Classic).

     

    Dans un souci d'équité sportive, afin de ne plus trop favoriser les anciennes et d'éviter les « erreurs » concernant les années de fabrication et d'homologation, après de nombreuses simulations, le comité des sages passionnés veillant aux intérêts de l'épreuve a décidé de ne plus appliquer que les coefficients correcteurs suivants :

     

    -Pour les voitures de la catégorie d'âge 1 homologuées avant le 31 décembre 1961 : 0,95

    -Pour les voitures de la catégorie d'âge 4 homologuées entre le 1er décembre 1982 et le 21 décembre 1986 : 1,05

    -Pour les voitures à traction intégrale de plus de 2000cc : il faut ajouter un coefficient correcteur supplémentaire de 1,1

    -Pour les voitures à traction intégrale de moins de 2000cc : suppression du coefficient correcteur.

    -Pour les voitures des catégories d'âge 2 et 3 homologuées entre le 1er janvier 1962 et le 31 décembre 1981 il n'y a plus de coefficient correcteur.

     

    Voilà une mesure qui devrait simplifier notre système et bien des calculs.

     

    Enfin, même si notre parcours reste secret et les reconnaissances limitées à la journée du vendredi pour les étapes non forestières de la première étape, on peut d'ores et déjà annoncer qu'il y aura encore pas mal de nouveautés par rapport aux éditions précédentes :

    « Notre terrain de jeu est tellement vaste et la demande si importante que l'on peut se permettre de visiter certaines communes seulement une année sur deux, » explique l'organisateur Pierre Delettre. « Ainsi, en 2018, nous traverserons quatre nouvelles communes. L'étape du samedi sera composée de six Regularity Tests à parcourir à deux reprises pour un total de 106 km, tandis que l'étape forestière dominicale sera composée de non moins de sept spéciales « terre » différentes avec 104 km contre le chrono dont un nouveau gros morceau de 35 bornes. Il va encore y avoir du sport et l'occasion de découvrir de superbes paysages de notre superbe pays.

    Les engagements  seront ouverts dès le dimanche 15 octobre prochain à minuit via le site www.racspa.be  (com)

  • Rallye du Condroz 2017 , bientôt toutes les infos timing, plan de ES etc

    Imprimer

    Rallye du Condroz 2017 , bientôt toutes les infos timing, plan de ES etc

  • Cédric Cherain : « Gonflé à bloc en vue du Condroz ! »

    Imprimer

    Cédric ,Cherain ,Condroz ,rallye ,BRC ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Vainqueur de l’édition 2016 de l’East Belgian Rally, avant-dernière manche du championnat de Belgique, Cédric Cherain est monté sur la troisième marche du podium ce samedi soir, devancé par les deux Skoda Fabia R5 de Kris Princen et Vincent Verschueren. Un résultat qu’il convient de qualifier de logique… quand bien même le Liégeois propose une analyse différente.

    « Sur un parcours tel que celui tracé dans la région de Saint-Vith, les Skoda bénéficient d’un atout moteur intéressant, comme j’avais pu le constater l’an dernier, explique Cherain. Je savais donc qu’avec la DS 3 R5, la partie serait plus délicate cette année. Il n’empêche, le temps perdu au cours des cinq premières spéciales est avant tout la conséquence de pneus pluie trop durs, qui m’ont handicapé. Il suffit d’analyser les résultats des spéciales pour s’en convaincre. Après l’ES5, je me retrouvais à 39 secondes du futur vainqueur Princen. Et au bout des 13 spéciales du rallye, je termine 3ème à… 27 secondes ! Ce qui signifie qu’une fois la voiture chaussée de pneus plus efficaces, en l’occurrence des slicks ultra tendres retaillés, j’étais en mesure de faire au moins jeu égal avec les Fabia R5. Je ne prétends pas que j’aurais pu remporter le rallye aisément, mais la deuxième place était à ma portée. Au minimum… »

    La comparaison directe, c’est plutôt avec la Peugeot 208 T16 R5 du Hollandais Kevin Abbring que Cédric Cherain veut la faire… « On sait qu’il existe de nombreux points communs entre la Peugeot et la DS, poursuit Cédric. Or, dès que j’ai été chaussé de pneus me convenant parfaitement, j’ai repris du temps à Abbring, qui a fini par sortir. Dommage car j’aurais apprécié qu’on se batte jusqu’au bout pour le podium… »

    Satisfait de sa médaille de bronze à Saint-Vith, Cédric Cherain aspire à se retrouver au départ de la finale du championnat, à Huy, dans le cadre du très populaire Rallye du Condroz… « Vu les conditions météorologiques de samedi, cet East Belgian Rally avait des allures de petit Condroz, sourit Cédric. Ce qui signifie qu’au niveau set-up de la voiture, nous avons très bien travaillé ce samedi. Il n’en faut pas plus pour que je sois gonflé à bloc en vue de l’ultime épreuve de l’année ! »

    Au moment de dresser le bilan de l’East Belgian Rally 2017, Cherain ne peut que remercier ceux par qui toute cela a une fois encore pu arriver… « Nous avons disposé d’une DS 3 R5 D-Max qui n’a pas montré le moindre signe de faiblesse, ce qui est très important. Merci à l’équipe pour le boulot accompli, à mon copilote Olivier Beck, dont l’engagement était total, mais aussi à mes partenaires. Je suis particulièrement heureux d’offrir un premier podium en BRC à Citropol, et d’avoir porté bien haut les couleurs de Herregods-Franssen, Evolusys, Aliplast, Label Immo Huy, CHL NGR Challenger, DMACK et Eros, sans oublier le Groupe Sud Presse. Merci aussi à Michel Cartiaux (CD Designers) pour les superbes décos qu’il réalise en vue de chaque rallye. Rendez-vous à Huy pour conclure la saison de la meilleure des façons… »(com)



  • Mettet :plan du circuit pour ce 31ème Ladbrokes Superbiker

    Imprimer

    superbiker , mettet , ladbrokes , moto , moteur , lameuse , sudinfo