Condroz 2015:Cédric Cherain et André Leyh pour la gagne au volant d’une DS 3 WRC D-Max

Imprimer

Comme le veut la tradition, c’est en bord de Meuse hutoise, dans la région du Condroz, que le Championnat de Belgique des Rallyes 2015 va connaître sa toujours très populaire finale ce prochain week-end. Avec 12 spéciales samedi et 10 autre dimanche, la lutte s’annonce royale, d’autant que la liste des engagés est une fois encore somptueuse.

Parmi les excellentes surprises de ce Condroz 2015, on relève la présence de Cédric Cherain et André Leyh au volant non pas d’une DS 3 R5, mais bien d’une DS 3 WRC, toujours en provenance des ateliers italiens de D-Max !

 

« Pour André et moi, au niveau du championnat, c’est cuit, explique Cédric Cherain. Ce qui nous importe dès lors, c’est de revendiquer la victoire au classement général. Au Condroz, il y a toujours beaucoup de WRC, et en étroite collaboration avec D-Max, nous avons décidé de nous présenter au départ avec la dernière World Rally Car en date de la marque française, afin de faire parler de nous et tenter d’inscrire nos noms au palmarès de cette épreuve pas comme les autres. En outre, après l’abandon de Petter Solberg l’an dernier, le team D-Max a une revanche à prendre dans la région de Huy. Ils sont motivés, et ensemble, nous avons les moyens de réaliser de grandes choses le week-end prochain. »

 

Au moment d’envisager la participation à ce 42ème Condroz, la solution de la version WRC de la DS 3 s’est imposée presque naturellement à Cédric et André. « Par rapport à une version R5, la WRC est plus performante sur tous les tableaux, poursuit Cédric. Moteur, freins, tout est plus efficace. D’aucuns diront que sur papier, nous sommes les grands favoris de l’épreuve, mais il ne faut pas oublier que je ne suis pas Sébastien Loeb, et que je manque clairement d’expérience au volant de ce genre de bolide. On va d’abord voir et comprendre dans quelles mesures l’auto me convient en termes de réglages. Mais si on parvient à rouler à 95% du potentiel de cette WRC, je pense qu’on ne devrait pas être loin du compte. On croise les doigts… »

 

Ce mercredi, le duo Cherain-Leyh aura l’occasion de faire plus ample connaissance avec sa nouvelle arme lors d’une séance de test en bonne et due forme, tandis que vendredi après-midi, quelques passages lors du Shakedown parachèveront le travail de préparation… « Comme on a pu le constater l’an dernier, les R5 bien pilotées sont en mesure de mettre la pression sur les WRC lors d’un tel rallye, analyse le pilote liégeois. Je pense ici à la DS 3 R5 de Stéphane Lefebvre et à la Peugeot 208 T16 R5 de Kris Princen, bien sûr, mais aussi à la DS de Vincent Verschueren, bien dans le coup depuis quelques rallyes. Et puis, il y a les autres World Rally Cars, à l’image de la Fabia de Benoît Allart, qui pourrait en surprendre plus d’un. Cela s’annonce en tout cas très intéressant, et avec André, nous avons d’abord la ferme intention de profiter du moindre kilomètre parcouru au volant de cette DS 3 WRC… »

 

C’est ce samedi 7 novembre, sur le coup de 7h30 du matin, que les premiers bolides s’élanceront à l’assaut du parcours condruzien. Flanqués du numéro #6, Cherain et Leyh devraient passer en 4ème position sur la route. Action !  (com) 

Les commentaires sont fermés.