Condroz 2015: le conseiller communal modavien, Olivier Beck, fêtera sa dixième participation.

Imprimer

Après trois engagements comme pilote, il repassera dans le baquet de droite.

Olivier, vous serez copilote dans une WRC, ce n’est pas une première ? Non, effectivement, en 2007 j’étais copilote de Fabrice Massin sur une Subaru Impreza S5 WRC mais nous avions dû abandonner. Ici, ce sera totalement diffé- rent, je vais m’asseoir dans un bolide de dernière technologie avec lequel on va pouvoir jouer une belle place au général. Avec Jourdan Serderidis, nous disposerons d’une Citroën DS3 WRC venant de chez PH Sport. Pour lui, ce sera la deuxième prise en main. C’est avec cette monture qu’il a réalisé un podium à l’Omloop van Vlanderen.

Un retour aux sources ? C’est vrai qu’après trois participations au Condroz en tant que pilote, je vais à nouveau m’asseoir dans le baquet de droite. Le fait d’avoir piloté m’a permis d’engranger beaucoup d’expé- riences qui me serviront dans mon rôle de copilote. Il s’agit de ma place de prédilection, car même si je travaille dans l’ombre, j’apporte ma pierre à l’édifice.

Ce ne sera pas votre première collaboration avec Jourdan Serderidis ? Non, par contre ce sera notre première collaboration au Condroz. C’est en 2014, lors du rallye sprint de Haillot, que nous avons fait nos débuts ensemble. Malheureusement, nous n’avons pas pu rallier l’arrivée, c’était avec la Ford Fiesta R5. Course que nous avons à nouveau disputée ensemble cette année, mais cette fois avec la Citroën DS3 R5. Nous nous sommes d’ailleurs imposés. Ce sera donc ma troisième collaboration avec lui. Dans la voiture, il règne une super ambiance, on est même devenu amis dans la vie de tous les jours. On rigole souvent dans la voiture, tout en restant professionnels. C’est d’ailleurs cette bonne humeur qui souvent nous sort de situations périlleuses.

Quels seront vos objectifs pour ce Condroz ? Notre but premier est de prendre du plaisir et d’essayer de régaler le public avec une belle voiture. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes tous des compétiteurs à la recherche du meilleur résultat. En plus, le Condroz est un rallye particulièrement sélectif avec des conditions climatiques qui peuvent le rendre encore plus difficile. Sincèrement, je pense que si nous sommes dans le top 10, ce sera un bon résultat vu l’excellent plateau qu’il y a au départ. Mais la voiture peut clairement nous permettre de jouer une place sur le podium. Il ne faut cependant pas oublier qu’à 49 ans, Jourdan est un jeune pilote, il n’officie dans la discipline que depuis trois ans. Il n’a donc pas la même expérience que les autres, ce ne sera que son troisième Condroz !

Ce Condroz aura une saveur particulière pour vous ? Oui, c’est sûr ! Le dimanche, je fêterai mes 30 ans et je serai assis dans une Citroën DS3 WRC. Que voulez-vous de plus ? C’est tout simplement génial, un rêve qui se réalise : être au départ du rallye qui se passe près de chez vous et, qui plus est, dans un superbe bolide. Je ne pouvais rêver mieux comme cadeau d’anniversaire. Alors, si en plus on peut occuper une belle place au général, ce serait la cerise sur le gâteau. C’est sûr, je ne suis pas près d’oublier mes 30 ans.

Source info Sudpresse: GILLES DANDUMONT

Les commentaires sont fermés.