RS Villersois: grandes premières pour Claude Feltus et… Philippe Dewulf Vincent Gallet, champion en divisions 1-2-3(photos)

Imprimer

Dernière manche du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des rallyes-sprint, le rendez-vous villersois a permis au Luxembourgeois Claude Feltus de célébrer sa première victoire au général en divisions 1-2-3. Très peu vu en rallye-sprint cette saison, Philippe Dewulf attendait la dernière épreuve de l’année pour enfin s’imposer en Division 4. Chez les historiques, Jean-Claude Simon (PH classic) et Maxime Hébrant (PH/SR) s’emparaient des lauriers.  

Une semaine après le Rallye du Condroz, la région de Villers-le-Bouillet vibrait à nouveau au rythme des moteurs avec son traditionnel Rallye-Sprint Villersois. L’épreuve, qui constituait également la finale liégeoise de la spécialité, en avait d’ailleurs profité pour présenter un parcours totalement remanié. Affichant complet, avec d’ailleurs quelques déçus chez les réservistes, la course chère au Motor Club Hannutois rencontrait à nouveau le succès avec 122 participants.  

 

           Sportivement, la division 4 (réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition) semblait promise à la Toyota Corolla WRC de Philippe Dewulf pour qui l’adage « mieux vaut tard que jamais » allait plus que jamais se vérifier. Pour ce qui constituait seulement sa seconde course en rallye-sprint cette saison, l’horticulteur de Lasnes cueillait en effet sa première victoire de l’année. « Ce sera en effet la seule en rallye-sprint en 2015 puisque j’avais cette année choisi de mettre la priorité sur les courses de côte avec ma Citroën Xsara. J’en ai donc profité pour offrir une révision complète à ma Toyota Corolla WRC et je dois dire que je sens la différence. Elle va nettement mieux, surtout au freinage. De bon augure pour l’année prochaine », souriait le vainqueur qu’on devrait donc plus souvent revoir en 2016. Derrière, Christophe Depreay  plaçait sa jolie Ford Escort Cosworth à la place de dauphin dans une épreuve qui semble décidément bien lui sourire après sa victoire de l’an dernier. En bagarre avec Geoffrey Godinas, Patrick Bourgeois (Peugeot 306 GTi) pouvait un peu souffler lorsque son rival écopait d’une pénalité pour avoir touché une chicane et s’offrait ainsi la dernière marche du podium devant l’infortuné pilote de la BMW M3 E36. Ce dernier pouvait se consoler en reprenant le meilleur sur l’autre BMW M3, E30 celle-là, de Jean-Louis De Roeck. Échouant aux portes du top 5, Stéphane Devillez (Subaru Impreza) n’en repartait pas moins avec la coupe de vainqueur en classe 15 alors que Julien Fossion (Ford Fiesta R2) l’imitait dans la 12. Absent des débats à Villers-Le-Bouillet et déjà titré depuis la course précédente, Jean-Noël Tournay est le nouveau champion communautaire en division 4.

 

         Au sein des divisions 1-2-3 (réservées aux utilisateurs exclusifs de pneus de tourisme), Mathieu Louis assommait ses concurrents dès le premier passage et semblait bien parti pour l’emporter lorsque sa Peugeot 306 GTi le trahissait une fois encore (pompe à essence). Une autre Peugeot 306 prenait dès lors le relais des œuvres du Claude Feltus. Rarement épargné par la malchance cette saison, le Luxembourgeois tenait cette fois le bon bout et décrochait sa première victoire au général : « La première est toujours la 

meilleure mais je dois dire que celle-ci me fait particulièrement plaisir au vu des coups du sort qui nous ont frappés cette année. Au matin nous avions pris le pari fou de chausser une mouture pneumatique à laquelle peu de pilotes font confiance mais dont nous connaissions les avantages sur le gras. Cela a peut-être fait la différence. L’an prochain nous aimerions disputer le championnat rallye de la Fédération Wallonie-Bruxelles », s’enthousiasmait le sympathique vainqueur. Deuxième, une semaine après un Rallye du Condroz d’excellente facture, Olivier Leroy (Renault Clio RS) regrettait un petit écart de trajectoire matinal qui lui coûtait probablement la victoire quand on sait qu’il n’échoue qu’à une seconde et demie de la voiture de tête. Une déception largement compensée par le titre en championnat liégeois. Sur la dernière marche du podium, c’est un Geoffray Vecoven ravi que l’on retrouvait, bien conscient que sa vénérable VW Golf II GTi 16v ne lui permettait guère de faire mieux, face à la concurrence. Même son de cloche du côté de Corentin Tordeurs (Renault Clio RS), brillant vainqueur en classe 6 dont le duel amorcé avec la voiture sœur de Laurent Cravillon tournait court après le retrait de ce dernier (support de boite).

 

           Signant le meilleur chrono de la journée, Vincent Gallet échouait au 5ème rang mais pouvait s’estimer heureux de voir l’arrivée, après une  escapade matinale dans les champs qui aurait pu s’avérer bien plus conséquente. Si le Hennuyer y laissait une cinquantaine de secondes, il pouvait ensuite reprendre la route et ainsi ceindre un second titre communautaire consécutif. « Auparavant je ne visais jamais de championnat mais avec l’âge je dois avouer qu’on y prend goût », souriait à l’arrivé le pilote de la Peugeot 306 GTi qu’on devrait lui aussi retrouver l’an prochain. Derrière lui, Philippe Coenart (Peugeot 106) empochait une nouvelle victoire de catégorie mais était surtout déçu de laisser s’échapper le titre liégeois, face à Olivier Leroy. Il devançait dans sa classe Arnaud Garsou qui le suivait d’ailleurs directement au classement général, au 7ème rang. Devancé par Jérémy Legros (Peugeot 306 GTi), Kevin Petitfrère (BMW Compact 323Ti) alignait une nouvelle victoire en classe 11 après celle conquise voici trois semaines au Rallye de Mettet. Dans les plus petites catégories, Cédric De Clercq (Suzuki Swift GTi) se montrait le plus rapide dans la 8, imité par Kenny Herbillon (Renault Twingo R1) dans la 5. Dans la 4, Quentin Clignet (Suzuki Swift GTi) remportait son duel face à Christophe Patiny (Peugeot 106). Enfin, la classe 2 tombait dans l’escarcelle de Jeson Staelens (Citroën C2 VTS) tandis que la 1 revenait à Simon Penoy (Citroën AX Sport).

 

         Dans l’annexe historique, si Laurent Renard prenait le meilleur départ chez les « Classic », il devait ensuite ranger sa Ford Escort MKII. Jean-Claude Simon n’en demandait pas tant et prouvait que son nouveau titre de champion n’était pas usurpé en s’offrant une nouvelle victoire, cette fois au volant d’une Ford Escort MKII.  Il devançait l’Opel Kadett de Jean-Louis Hellin et l’autre Ford Escort de Frédéric Souris. Du côté des « répliques » (PH-S/R), Maxime Hébrant ne faisait pas dans le détail pour imposer largement son Opel Manta i240 face à l’autre Opel Manta de Francis Laeremans ainsi qu’à l’Opel Ascona A de Ronny Laporte. Absent ici, Nicolas Thiery était déjà titré à ce niveau depuis quelques courses.(com)

PHOTOS: Jack Guisset

              Jérôme Deskeuve

Les commentaires sont fermés.