Corentin Starck, le petit Belge qui grimpe vers les sommets

Imprimer

Au volant de son proto Norma M20, Corentin Starck s'adonne à une jolie discipline qui possède énormément de charme : la course de côte. Deuxième du général à Alle-Sur-Semois ou encore troisième à Grandcourt le week-end dernier, le pilote belge a déjà gagné le respect des pilotes et champions belges tant il réalise des exploits avec son moteur de deux litres quand la majorité de ces adversaires évoluent avec plus de puissance. L'avenir pour cette fin de saison, c'est désormais sur les côtes européennes qu'il se déroulera avec une dernière préparation à Turckheim (France) avant le grand rendez-vous tchèque de Sternberk où Corentin espère être qualifié pour une nouvelle édition des FIA Hillclimb Masters.

sans-titre.png

Quand on est né dans le plat pays, difficile de trouver des montagnes sans quitter sa région. Pourtant, dans les courses de côte belges, françaises, luxembourgeoises et désormais européennes, un passionné de 23 ans s'illustre depuis quelques années. Habitant à Bouillon, jolie petite ville typique des Ardennes belges, Corentin Starck est fan de sport automobile automobile, et plus particulièrement de course de côte, depuis son plus jeune âge : « Aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours voulu devenir pilote ! Logique quand on a baigné dans la compétition automobile depuis toujours. Mais contrairement à bons nombres de jeunes qui éent en karting, j'ai commencé sur le tard dans cette discipline qui me procure des sensations incroyables. La course de côte est un véritable sprint sur une route de tous les jours, bien sûr fermée pour l'occasion. Du départ et à l'arrivée, on s'y bat contre le chrono face à un dénivelé relativement important. »

 

En 2012, c'est à 19 ans que le conseiller commercial en automobile débute sur une Peugeot 106 avec quelques performances déjà intéressantes. Les trois années suivantes, il poursuit sa progression avec une Renault Clio Cup avec laquelle il se montre quasi invaincu dans sa catégorie. « Une des plus belles courses avec la Clio restera la première édition des FIA Hillclimb Masters. Cette dernière se déroulait à Eschdorf, au Luxembourg, et j'y étais dans la catégorie Junior réservée aux moins de 25 ans. J'espère vraiment me qualifier pour la deuxième édition qui se disputera en République Tchèque en octobre prochain. Pour tous les pilotes mondiaux de la discipline, ce sont nos Jeux Olympiques ! Après trois épreuves en Belgique, je continuerai ma préparation à Turckheim dans un petit mois. »

En France justement, c'est là où tout avait (re)commencé il y a bientôt un an. Car depuis 2015, Corentin évolue désormais sur un des prototypes les plus évolués de la discipline. Au volant de sa barquette Norma M20-FC de 540 kilos seulement, louée à la structure Frantz Racing, le jeune pilote « se contente » d'un moteur litres qui développe 260 chevaux. Ce qui ne l'empêche pas d'être passé tout près de l’exploit au général, il y a quelques semaines à Alle-sur-Semois, face au multiple champion belge Jacques Marchal. Si ce dernier possède également un châssis Norma, il peut compter sur un moteur trois litres bien plus puissant. « Si je parviens à me rapprocher des meilleurs au général en Belgique, il faut viser le top 10 en championnat de France pour parler de performance similaire. Ce sera justement mon objectif en Alsace sur le superbe tracé de Turckheim où le niveau sera une nouvelle fois très relevé. » Dès sa première course en prototype l'an dernier, Corentin avait déjà battu tous les ténors français de la catégorie. C'est donc idéalement préparé qu'il nourrit de gros espoirs lors des deux dernières courses de sa saison 2016.(com)

sans-titre.png

Les commentaires sont fermés.