Claudy Desoil Rally:Steve Vermeiren s’impose en toute simplicité à Erquelinnes,Essai concluant pour Johnny Vanzeebroeck.

Imprimer

Même avec un déménagement de son centre à moins de deux kilomètres de l’ancien établissement Baligant, le Claudy Desoil Rally n’a perdu ni son charme, ni sa popularité parmi les épreuves communautaires. Venu en essai avant la Haute Senne, Johnny Vanzeebroeck s’est imposé après plusieurs faits de course en D4. Quant à Steve Vermeiren, son retour n’a pas manqué d’impressionner les suiveurs de la D1-2-3 puisqu’il repartait déjà avec une première victoire. Enfin, le Néerlandophone Rik Vannieuwenhuyse et le Liégeois Maxime Hébrant remportaient les classements réservés aux historiques.

 

Pour sa 34ème  édition, déjà, le Claudy Desoil Rally a encore attiré du beau monde à quelques pas de la frontière française. Comme chaque année, ils sont nombreux à venir, parfois de loin, et à se montrer fidèle à la petite équipe du Motor Union Yvo Grauls dont l’accueil est à chaque fois très apprécié par les équipages ou encore le public. A proximité du port de plaisance de la petite ville frontalière, le nouveau hall omnisports accueillait idéalement la caravane du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui en était déjà à sa quatrième étape. Vainqueur en 2016, Christophe Verstaen avait fait sensation avec son Opel Astra chaussée de pneus de compétition. Face à la Ford Fiesta R5 de Christophe Devleeschauwer et plusieurs Mitsubishi Lancer bien conduites, il impressionnait une nouvelle fois sous une chaleur de plomb après les petites zones d’humidité encore présentes en première boucle. Après cette dernière, l’équipage franco-néerlandophone, qu’il forme avec l’expérimenté Kris Botson, revenait déjà avec 17 secondes d’avance. Il précédait déjà Johnny Vanzeebroeck avec la dernière évolution, 10, des différentes Lancer présentes au départ. Mais aussi la Fiesta R5 de Devleeschauwer, auteur d’une petite erreur en boucle 1 avant de rencontrer des soucis de boîte qui allaient le contraindre à s’arrêter longuement en spéciale avant de repartir pour accumuler les kilomètres et aligner plusieurs meilleurs temps. Vainqueur du récent Leptines Rally, Emmanuel Cantraine (Lancer Evo9) prenait la deuxième place finale devant  les père et fils Vertommen, Vincent et Corentin, qui remontaient de belle manière avec une autre Evo9 qui n’était pas au meilleur de sa forme. Parmi les nombreuses et performantes BMW au départ, c’est la plus ancienne M3 de Jean-Louis Deroeck qui terminait première propulsion, peu devant la première traction de Lucas Walbrecq. Auteur d’une belle course avec une Peugeot 208 R2 qu’il découvrait, ce dernier devançait un Liégeois habitué des lieux, Stéphane Delporte (Renault Clio) qui remportait également sa classe 13.

                         

   claudy desoil , rallye , moteur ,ADEPS, ASAF , CSAP , lameuse       En divisions 1-2-3 où les pneus de tourisme sont obligatoires, une fameuse bagarre était attendue parmi la quinzaine de voitures au départ, capables de viser le top 5. En faisant l’acquisition de l’ancienne Clio de Jean-Yves Lejeune qui avait d’ailleurs remporté l’édition précédente, Steve Vermeiren espérait un top 5 avant le départ. Sans se mettre la pression, Steve et son copilote local, Jean-Louis Hottelet, allaient être très impressionnants en prenant rapidement la tête de l’épreuve. Après le premier meilleur temps scratch surprise d’Anthony Kirsch sur sa petite Corsa 1600cc, Vermeiren allait ensuite précéder l’ensemble de la meute jusqu’au bout. Vainqueur des deux dernières courses du championnat, Dimitri Pirot (Clio) aurait cette fois eu plus de concurrence mais une casse moteur dès la deuxième spéciale le contraignait bien trop vite à l’abandon. Non "verni" (en cause, les soucis mécaniques qui l'ont empêché de jouer la victoire), Bertrand Piedboeuf devait même cravacher pour précéder l’Astra similaire d’Eddy Marique. Affaibli par une blessure aux doigts dans la troisième boucle, le Namurois échouait finalement à une petite seconde. Avec une Citroën DS3-R3 qui rajeunit l’image des épreuves communautaires, Cédric Denis évoluait progressivement et intelligemment pour remonter jusqu’au pied du podium où il repassait même l’autre R3 turbo de Xavier De Ro (Peugeot 207).

 

          Finalement au départ avec son habituelle Citroën Saxo (et non l’Opel Astra quiclaudy desoil , rallye , moteur ,ADEPS, ASAF , CSAP , lameuse apparaît dans la liste officielle, non corrigée après le contrôle technique), Peter Vanderhauwaert prenait le meilleur sur un Anthony Kirsch des très grands jours à domicile. Il précédait même la redoutable Opel Manta de Raymond Horgnies qui n’aura pas raté son retour avec la monture qui l’a déjà amené cinq fois à la couronne communautaire. Dans le top 10, on retrouvait les Liégeois Emmanuel Balthasar, ravi d’enfin revoir l’arrivée avec sa Peugeot 309, et François Briol (Clio) qui vient de loin pour disputer une épreuve qu’il affectionne tout particulièrement. Face à Horgnies qui remportait la classe 11, les plus jeunes Loïc Pirot et Denis Willem luttaient très forts avec leur BMW (E21 et Compact) même s’ils perdaient Eric Gillet en cours de route, victime d’une sortie de route. Seizième avec sa redoutable VW Polo à moteur Veytal, Philippe Brion montrait aux jeunes de la classe 8 qu’il avait encore un excellent coup de volant. Deuxième dans cette catégorie, Christophe Masse ne pouvait rêver mieux avec sa Peugeot 205 devant la Corsa de Henri Petit et la Polo de Benoit Mathy. Après les soucis moteur de Cédric Pétrisot (Peugeot 306), dans le top 10 après la première boucle, Grégory Brenta imposait son Honda Integra en 2-6 après le retrait de la petite Astra de David Hallet. En classe 5, c’était également très animé après les retraits de Tony Dubois (soucis électriques sur la 106) et Jonathan Peeters (sortie, sur la Saxo). Finalement, c’est Johan Stevens qui prouvait que son Opel Corsa avait encore de très bons restes, après un joli duel avec la Polo d’Antoine Sneessens. Dans la division 1 réservée aux voitures strictement d’origine, Bernard Mahy (BMW 320is) terminait à une excellente 28ème place au général tandis que Pierre Delfosse remportait la petite classe 1 avec sa Swift de série face à celle de Division 2 de Jean-François Floymon.

 

claudy desoil , rallye , moteur ,ADEPS, ASAF , CSAP , lameuse          En Prov'Historic Classic, les Ford Escort étaient en forme et Rik Vannieuwenhuyse était le premier déçu à retrouver celle de son ami Dany Jacques dans la liste des abandons suite à un souci mécanique. Troisième après deux spéciales, Emile Tollet sortait malheureusement son Escort de la route. De quoi laisser la première Porsche 911 à la deuxième place après les probables soucis d’injection sur celle de Rudy Buyse. Sur la dernière marche du podium, l’autre jolie Escort de Lionel Biefnot ravissait son équipage. Quant au Liégeois Maxime Hébrant, trop seul en Prov'Historic S/R, il n’hésitait pas à assurer, dès la deuxième boucle, le tout grand spectacle avant le passage des "modernes".

 

 Principaux abandons : Verstaen, Dubois (souci électrique), Gomet (embrayage), A. Guillemin, Jacques, Buyse (souci mécanique) Lehoucq, J-Fr. Petit, Baivier, Hallet, Maertens, Demoulin (raison inconnue), Degreef, Van Gool, Gillet, Henrard, Coulon, Peeters, Tollet (sortie), Pirot, Pétrisot, Jacques (moteur), Luis, Vanlanguenakers, Savigny (boîte), Delmoitiez (hors course), Franckx (joint de culasse)

 

Division 4 :

  1. J. Vanzeebroeck-Chr. Vandercruys (Mitsubishi Lancer Evo10-1er 4/14) en 58’36
  2. E. Cantraine-J. De Caluwaert (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +21’’
  3. V. et C. Vertommen (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +51’’
  4. J-L. Deroeck-J-P. Blaton (BMW E30 M3-4/14) +2’47
  5. L. Walbrecq-M. Rossignol (Peugeot 208 R2-1er 4/12) +2’55
  6. St. Delporte-S. Jacquemin (Renault Clio RS-1er 4/13) +3’03
  7. E-J. Masquelier-V. Therin (BMW M3-4/14) +3’36
  8. Th. Defontaine-B. Durie (BMW 130i-4/14) +5’13
  9. M. et B. Leeuw (Daewoo Lanos-4/13) +7’15
  10. J. Payen-N. Marseguerra (Peugeot 306-4/13) +7’47

(11 classés)

 

Divisions 1-2-3 :

  1. St. Vermeiren-J-L. Hottelet (Renault Clio RS-1er 3/10) en 1h00’48
  2. B. Piedboeuf-B. Cochez (Opel Astra GSi 16v-3/10) +32’’
  3. E. et Chr. Marique (Opel Astra GSi 16v-3/10) +33’’
  4. C. Denis-G. André (Citroën DS3-R3T-1er 3/9) +51’’
  5. X. De Ro-S. Frantzen (Peugeot 207 R3T-3/10) +57’’
  6. P. Vanderhauwaert-D. Guislain (Opel Astra-3/10) +1’05
  7. A. Kirsch-L. Blaton (Opel Corsa A-3/9) +1’11
  8. R. Horgnies-E. Lesire (Opel Manta-1er 3/11) +1’17
  9. E. Balthasar-V. Jadot (Peugeot 309 GTi-3/10) +1’31
  10. Fr. Briol-Th. Delrez (Renault Clio RS-3/10) +1’34
  11. J. Delleuse-L. Van Huffel (Opel Corsa A-3/9) +2’28
  12. Cl. Feltus-M. Cremer (Peugeot 306-3/10) +3’09
  13. L. Pirot-J-B. Bodet (BMW E21) +3’36
  14. D. Willem-D. Desmet (BMW 323 Ti-3/11) +3’56
  15. C. Maroit-C. Depraute (Peugeot 106-3/9) +4’19
  16. Ph. et J. Brion (VW Polo-1er 3/8) +4’45
  17. Gr. Brenta-J. Herzeel (Honda Integra R-1er 2/6) +7’28
  18. J. Stevens-H. Godefroid (Opel Corsa A-1er 2/5) +7’48
  19. B. Mahy-O. Dunand (BMW 320is-1er 1/2) +8’25
  20. P. Delfosse-Q. Delatour (Suzuki Swift-1er 1/1) +13’20
  21. J-Fr. Floymon-M. Dotrenge (Suzuki Swift-1er 2/4) +17’49

(47 classés)

 

Prov’Historic Classic :

  1. R. Vannieuwenhuyse-K. Deroo (Ford Escort-1er PH/17) en 46’52
  2. E. et J. Devemy (Porsche 911 RS-1er PH/18) +3’30
  3. L. Biefnot-D. Cynar (Ford Escort MK2-PH/17) +4’05
  4. J-L. Gosselin-R. Dooms (Ford Escort-PH/17) +8’35

(4 classés)

 

Prov’Historic S/R :

  1. M. Hébrant-J. Hugo (Opel Manta-1er PH/SR) en 48’45

(1 classé)

Prochaine épreuve :

Rallye de la Haute Senne (Braine-le-Comte), les 17 et 18 juin

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel