moteur - Page 2

  • Le magazine du sport moteur dédié aux amateurs

    Imprimer

    moteur ,rupteur ,asaf ,lameuse ,sudinfo

    En mai un nouveau magazine voyait le jour , dédier au amateur au prix de 5€

    Plus d'infos: 

    https://www.facebook.com/rupteurs/?modal=admin_todo_tour

     

    moteur,rupteur magazine,asaf,lameuse,sudinfo

  • Citroën Racing WRT a décidé de mettre fin à la participation de Kris Meeke championnat WRC 2018.

    Imprimer

    Citroën Racing ,WRT  ,Kris ,Meeke  ,Nagle  ,WRC  ,lameuse ,sudinfo ,moteur

    En raison de trop fréquentes sorties de routes dont certaines particulièrement violentes auraient pu avoir de lourdes conséquences pour la sécurité de l’équipage, alors que la prise de risque n’était pas justifiée par des enjeux sportifs, le team Citroën Racing WRT a décidé de mettre fin à la participation de Kris Meeke et de Paul Nagle au championnat WRC 2018.

    La décision prend effet dès le rallye de Sardaigne et nous annoncerons prochainement la nouvelle configuration des équipages pour la fin de saison 2018. Les C3 WRC de Craig Breen / Scott Martin et Mads Ostberg / Torstein Eriksen restent engagées au rallye de Sardaigne.

    Pierre Budar : " Cette décision n’a pas été facile à prendre car elle impacte un pilote et un copilote mais elle est largement motivée par des impératifs de sécurité qui font partie de mes préoccupations en tant que Team Principal. Nous préférons donc prendre cette décision à titre préventif. "

  • Vincent Verschueren (Skoda Fabia R5) a renoué avec les joies de la victoire lors de cette 35ème édition du Rallye de Wallonie.

    Imprimer
     
     

    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo

    Si la lecture de la première ligne des classements progressifs pourrait nous laisser croire que le champion de Belgique en titre a dominé l’épreuve de bout en bout , il n’en fut en réalité rien : « Cédric et Adrian ont poussé très fort pendant deux jours. C’est ma première victoire à Namur et je voulais la dédier à mon ami Mathias Viaene, disparu fin de l’année dernière. Il avait lui-même remporté la course en 2000 et je me souviens que je suis souvent venu le voir rouler ici. J’aime ce parcours rapide qui nous a permis de compenser le fait que nous ne disposions pas de la dernière évolution moteur de la Skoda. Samedi nous avons ainsi chaque fois fait la différence lors des deux premiers passages dans le juge de paix (23,4Km) de Nettinne-Mohiville. En plus je réalise une bonne opération au championnat puisque je reviens à 4 points de Kris Princen, absent ici. »


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo

    Tout au long du rallye, Cédric Cherain et Adrian Fernémont lui ont mené la vie dure. Tous les deux pouvaient regretter diverses petites erreurs : Tout droit pour le namurois dans le chrono d’ouverture de samedi matin et moteur calé au départ d’une spéciale pour le citoyen de Fléron. Comme chacun des deux le signalait, en rallye le vainqueur est souvent celui qui commet le moins de fautes et à ce petit jeu là Vincent Verschueren était clairement le plus régulier ce week-end.


     

    Derrière ce beau podium, Olivier Collard était pleinement satisfait de ses débuts en catégorie R5. Sur unebrc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo Skoda Fabia R5 il faisait rapidement jeu égal avec Xavier Bouche samedi avant que ce-dernier ne se voit infliger une pénalité de 3 minutes pour conduite dangereuse en liaison ce qui l’incitait à en rester-là samedi soir. Cinquième, Sébastien Bedoret (Skoda Fabia R5) confirmait sa bonne progression au fil des spéciales, même si Manu Canal-Roblès aurait pu lui donner du fil à retordre si la boite de vitesses de sa Skoda Fabia WRC n’en avait pas décidé autrement au premier passage dans Wartet ce dimanche matin. Pas de chance non plus pour Achiel Boxoen, auteur d’une touchette à 3 spéciales de la fin ou, encore, pour David Bonjean (pont cassé dès la première spéciale du samedi sur sa Skoda Fabia R5) et Guillaume De Mévius (sortie de route samedi sur la Peugeot 208 T16 du RACB National Team).


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfoEn catégorie GT, Patrick Snijers se montrait intouchable s’offrant même le luxe de conclure son rallye à la 6ème place du classement général après avoir profité d’une crevaison du néerlandais Edwin Schilt (Skoda Fabia R5) dans l’avant-dernière spéciale. Un clin d’œil plus que sympathique, quand on se souvient que Snijers n’est autre que le vainqueur de la première édition du rallye en 1984 et déjà sur une Porsche 911 !  Dans le top 10 on saluait encore les belles prestations de Jonas Langenakens (Mitsubishi Lancer Evo10), officieux vainqueur de la catégorie N4 et trop vite débarrassé de son rival Bastien Rouard et d’Olivier Cartelle, deuxième en GT et qui était le premier à souligner les chronos impressionnants de Snijers sur une monture similaire.


    Du côté des tractions la lutte entre Stephan Hermann et Christophe Verstaen aura tenu les spectateurs en brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfohaleine tout le week-end. Le pilote de la Fiat Punto S1600 s’imposant pour 5" face à celui de l’Opel Astra « M2000 ». Juste derrière, le Néerlandais Timo Van Der Marel remportait facilement la catégorie R2 sur son Opel Adam. Il devançait d’une minute l’autre Opel Adam de Grégoire Munster, vainqueur en junior après que Romain Delhez ne soit sorti de la route, lui aussi sur une Opel Adam. Le fils de Bernard s’imposait devant Tobias Brüls (Peugeot 208 R2) et Jean Dilley (Ford Fiesta R2T) qui regrettait une petite excursion dans les champs entrainant une crevaison. Juste derrière Munster Jr., on notait encore le bon comportement d’Harry Bouillon, lauréat en classe RC3 sur sa DS3 R3.


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfoEnfin, chez les historiques, Paul Lietaer ponctuait son retour au Rallye de Wallonie après 9 ans d’absence par une belle victoire : « Cela faisait trop longtemps que je n’étais plus venu ici que pour attaquer directement au premier passage. J’ai donc effectué des reconnaissances accélérées avant de pousser un peu plus lors des autres boucles », rigolait le moustachu dont l’authentique Opel Manta 400 aura ravivé bien des souvenirs chez les plus anciens.


    Au sein de l’Automobile Club Namur, on se montrait plutôt satisfait du déroulement de cette 35ème édition. Pour l’équipe organisatrice, le prochain rendez-vous est fixé le 12 août prochain lors du traditionnel Rallye-Sprint Condruzien, disputé dans l’entité d’Haversin.(com)

    Toutes les photos : ICI

     
     
  • Course de côte de Mont-Saint-Aubert:« Ah, ben j'ai gagné alors !... »

    Imprimer

    course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfo

    Victoire surprise d'Olivier Dubois dans les Divisions 1, 2 et 3 lors de l'épreuve d'ouverture du championnat ASAF-FWB des courses de côte qui s'est déroulée ce dimanche au Mont Saint-Aubert alors que Bruno Collard, qui avait effectué le lointain déplacement depuis Vresse, s'est imposé en Division 4

    C'est avec un « beau petit plateau » qu'a débuté, ce dimanche 8 avril, la saison 2018 des courses de côte puisque pas moins de 49 concurrents avaient rejoint la très décentrée épreuve du Mont-Saint-Aubert, non loin de Tournai, pour y disputer la manche d'ouverture du championnat ASAF-FWB de la spécialité.

     

    Si 9 d'entre eux étaient inscrits en « Histo-Démo » (dont le bien connu Yvon Gits et sa Porsche 911 ou Emeline Coinne au volant de la terrible Simca Rallye 2 familiale), on retrouvait avec plaisir plusieurs concurrents en Division 4, une catégorie qui a connu une très « clairsemée » saison 2017... Pas encore de monoplace mais l'ex-course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfochampion Asaf Bruno Collard était bien présent et n'a laissé le soin à personne de l'emporter au volant de son toujours joli BRC Evo malgré les assauts du local Maxime Larivière, très spectaculaire et rapide au volant de son kartcross Raptor. Au volant de son proto d'autocross, Jean-Louis Deroeck a dû se contenter de la 3e place tandis que Philippe Deminne, 4e devant Patrick Scauflaire, a effectué un retour remarqué après sa sérieuse sortie de route l'an passé à Felenne : « Touché à la colonne, j'ai été contraint de rester 3 mois couché, ce qui m'a laissé le temps de réfléchir. Je vais refaire la Nissan mais j'ai voulu que mon come-back s'accompagne d'une évolution sur le plan matériel. J'ai donc acquis ce petit proto au look de Ford Ka animé par un moteur de moto en Italie où il a connu de nombreux succès. N'ayant pas pu faire de tests, l'épreuve d'aujourd'hui est un essai grandeur nature ! » Les trois grosses secondes gagnées au terme des trois montées officielles sont un bon présage pour la suite !

     

    C'est toutefois du côté des « voitures fermées » que les débats ont été les plus animés avec la présence des trois pointures que sont Christophe Le Nouvel, Philippe Dewulf et Olivier Dubois. Lesquels ont monopolisé le podium des Divisions 1, 2 et 3 toute la journée. Mais si le pilote de la Xsara WRC a largement dominé les essais (au bénéfice d'une arrivée tardive qui lui a valu de monter juste avant la pause de midi sur un asphalte sec alors que de nombreux autres concurrents s'étaient occasionné quelques frayeurs sous les averses matinales...), de petits soucis techniques (allumage et/ou pompes à essence?) ont empêché un fonctionnement optimal de la « bête » ensuite. Et si Philippe a tout de même signé le meilleur temps de la journée, il s'est fait souffler la victoire (à l'addition des chronos des deux meilleures des trois montées) par un Olivier Dubois tout étonné de son premier succès 2018 : « Ah ? course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfoBen, j'ai gagné alors ? » s'interrogeait-il face au panneau d'affichage officiel en fin de journée. « Après Houyet, on a refait un moteur sur lequel on a placé une nouvelle gestion. Avec un gain de puissance mais, surtout, une réponse beaucoup plus nerveuse. Le matin, sur le mouillé, c'était même trop... » Mais, sur le sec, il semble bien que la Lotus a résorbé une partie de son retard sur l'ex-reine des rallyes. A confirmer lors des prochaines manches !

    3e, le champion en titre qu'est Christophe Le Nouvel (1er en 3/11) a tout donné, comme à son habitude, régalant le nombreux public de passages incroyables pour, au final, ne concéder qu'un peu plus d'une seconde face au vainqueur tandis que Michel Dubois – pourtant déstabilisé lui aussi par la nouvelle gestion de la Lotus verte – a nettement remporté le match des outsiders face à la voiture soeur de Jean de Sutter, la BMW M3 de Bror Lehoucq et les Porsche GT3 d'Alain Cricus (996, lauréat en 2/8) et Loïc Cordier (997) plus à l'aise qu'en fin de saison dernière.

     

    course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfoTrès en verve au volant de son kartcross, Maxime Larivière l'a été également au volant de sa Peugeot 205 GTI. Un peu trop même avec un spectaculaire tête à queue en fin de journée qui ne l'a pas empêché d'empocher nettement la classe 2/7 et une belle 9e place absolue juste devant Daniel Dierckx qui complète le top 10 avec une nouvelle Citroën AX GTI qui va lui demander un peu de mise au point pour régler châssis et trains roulants.

     

    Dans les autres classes, citons encore le beau succès d'Axel Blockmans et de sa Honda Civic en 2/6, 13e au général, non loin de la version plus élaborée que Laurent Tholbecq (11e) a imposée en 3-12 et celui, isolé, du Luxembourgeois René Welter en 1/3 qui place tout de même sa Westfield ZEI de « tous les jours » au 19e rang final, juste derrière Arnaud Vincke, lauréat en 3/10 avec sa Peugeot 205. Enfin, victoire isolée de Malory Stojka en 2/5 (25e).                                                             course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfo

    Bons débuts aussi du jeune (19 ans) Gauthier Derenne (27e et 3e de classe 2/6) au volant d'une très propre VW Golf II qu'il destine, à moyen terme, au rallye.

    Moins de réussite pour Bruno Cazzoli (15e), ralenti par une nouvelle commande séquentielle de boîte de vitesses sur sa Kadett GT/E ex-Derivière dont il faudra aussi peaufiner les réglages... Un détail face à Yoric Glasset qui a bien abîmé sa VW Golf dans le « droite du café » qui en a surpris plus d'un...(com)

     

    Prochaine épreuve : course de côte de Sy le 22 avril

    Classements complets : www.csaphainaut-live.be

     

    Vainqueurs de catégories : 1-1: / ; 1-2 : / ; 1-3 : R. Welter ; 1-4 : / ; 2-5 : M. Stojka ; 2-6 : A. Blockmans ; 2-7 : M. Larivière ; 2-8 : A. Cricus ; 3-9 : / ; 3-10 : A. Vincke ; 3-11 : Ch. Le Nouvel ; 3-12 : L. Tholbecq ; 3-13 : O. Dubois ; 4-14 : M. Larivière ; 4-15 : B. Collard ; 4-16 : / ; 4-17: /.

     

    Leaders successifs :

    D4 : J-L Deroeck (essai 1), M. Larivière (essai 2), B. Collard (montées 1, 2 et 3)

    D123 : A. Cricus (essai 1), Ph. Dewulf (essai 2), O. Dubois (montée 1), Ph. Dewulf (montée 2), O. Dubois (montée 3)

     



    Le classement final des Divisions 1, 2 et 3 : 1. O. Dubois (Lotus Elise-1er 3/13) 1.45.93 ; 2. Ph. Dewulf (Citroën Xsara WRC-3/13) 1.46.35 ; 3. Ch. Le Nouvel (Citroën AX GTI-1er 3/11) 1.47.34 ; 4. M. Dubois (Lotus Elise-3/13) 1.51.71 ; 5. J. De Sutter (Lotus Exige-3/13) 1.54.73 ; 6. A. Cricus (Porsche 996GT3-1er 2/8) 1.54.73 ; 7. B. Lehoucq (BMW M3-2/8) 1.55.82 ; 8. L. Cordier (Porsche 997 GT3 Cup-3/13) 1.55.84 ; 9. M. Larivière (Peugeot 205-1er 2/7) 1.57.63 ; 10. D. Dierckx (Citroën AX GTI-3/11) 1.59.31 ; 11. L. Tholbecq (Honda Civic-1er 3/12) 1.59.61 ; 12. A. Anastasi (Fiat Cinquecento-3/11) 2.00.18 ; 13. A. Blockmans (Honda Civic-1er 2/6) 2.01.39 ; 14. D. Fiquet (Nissan 350Z-2/8) 2.02.07 ; 15. B. Cazzoli (Opel Kadett GT/E-3/12) 2.02.97 ; 16. L. Blockmans (Honda Civic-2/6) 2.03.94 ; 17. J. Leroy (Renault Clio 2 RS-2/7) 2.04.83 ; 18. A. Vincke (Peugeot 205-1er 3/10) 2.06.68 ; 19. R. Welter (Westfield ZEI-1er 1/3) 2.06.93 ; 20. L. Degroote (VW Golf 16V-3/12) 2.08.81 ; 21. F. Nicolas (Alfa 145 QV-2/7) 2.09.74 ; 22. Th. Beguint (Citroën AX GTI-3/10) 2.12.48 ; 23. T. Wilms (Honda Civic-2/7) 2.14.93 ; 24. B. Nicolas (Alfa 145 QV-2/7) 2.18.36 ; 25. M. Stojka (Suzuki Swift-1er 2/5) 2.21.13 ; 26. K. Moreau (Citroën AX GTI-3/10) 2.22.10 ; 27. G. Derenne (VW Golf 2-2/6) 2.25.82 ; 28. A. Bouche (Ford Puma-2/7) 2.25.83 ; 29. D. Dericq (VW Golf 2-2/7) 2.26.89 ; 30. E. Dericq (VW Golf 2-2/7) 2.29.75. (30 classés)

     

    Le classement final de la Division 4 : 1. B. Collard (BRC Evo-1er 4/15) 1.49.41 ; 2. M. Larivière (Kart Cross Raptor-1er 4/14) 1.53.47 ; 3. J-L. De Roeck (Proto-4/15) 1.55.53 ; 4. Ph. Deminne (Ford Ka proto-4/15) 1.59.46 ; 5. P. Scauflaire (Kart Cross-4/14) 2.06.14. (5 classés)

  • Cédric De Cecco à Spa, au Wallonie et au Condroz au volant d’une Abarth 124 Rally R-GT aux couleurs de Yacco Belgique

    Imprimer

    Cédric De Cecco ,Abarth 124 Rally ,DMACK ,lameuse ,moteur ,sudinfo

    Alors que le Belgian Rally Championship 2018 va bientôt frapper ses trois coups, une excellente nouvelle nous arrive sous la forme de la présence au départ de trois manches du BRC – pour l’instant… - d’une inédite Abarth 124 Rally R-GT alignée par la structure française Milano Racing de Patrick Canavese pour Cédric De Cecco et Jérôme Humblet ! Un bolide qui fera sa première apparition lors du Spa Rally dans un bon mois…

     

    « A dire vrai, ce super projet est arrivé un peu par hasard, explique Cédric De Cecco. Renaud Jamoul, responsable de DMACK Benelux, m’a incité à prendre contact avec Milano Racing afin d’envisager l’engagement d’une Abarth 124 Rally R-GT en Belgique. Je me suis directement rendu dans la région de Marseille, et quatre heures plus tard, le projet était ficelé ! Dans l’état actuel des choses, l’auto sera engagée à Spa, au Wallonie et au Condroz, mais des options existent pour Ypres et l’East Belgian Rally. »

     

    Et à peine le projet expliqué à ses habituels partenaires que Cédric De Cecco a pu se rendre compte de la popularité de ce bolide qui devrait s’imposer comme un concurrent de choix pour les traditionnelles Porsche 997 GT3. « En quittant le giron de Peugeot, je savais que j’allais perdre des partenaires liés à la marque au lion, poursuit Cédric. D’autres n’ont pas tardé à faire leur apparition, à l’instar de Yacco Belgique, d’emblée emballé par le projet ! Au point d’en devenir le partenaire titre. Ce qui signifie que les couleurs de base de l’auto seront celles de Yacco. Je me doutais qu’une auto inédite en Belgique pouvait susciter un certain enthousiasme, mais j’avoue que cela va au-delà de mes espérances. Or, comme vous le savez, sans tous ces partenaires, je ne pourrais jamais m’aligner en course. Je pense donc que ce projet Abarth 124 est plus intéressant en termes de retours médiatiques et autres que l’engagement d’une énième Skoda Fabia R5. C’est le bon choix ! »

     

    Reste maintenant à cerner le niveau de performances de cette Abarth 124 Rally R-GT… « Quand on voit l’engouement du public pour les Porsche alignées dans la catégorie GT, je me dis que la bagarre va vraiment être sympa, analyse De Cecco. Milano Racing fait de gros efforts pour venir en Belgique avec cette auto, et je pense que le jeu en vaut la chandelle. Avec son moteur 1800 turbo développant 345 chevaux, son rapport poids-puissance intéressant vu les 1050 kilos sur la balance, son châssis à l’idéale répartition des masses, sa boîte SADEV 6 rapports avec palettes au volant, des systèmes tels que l’ALS et le Traction Control, les pneus DMACK, sans oublier des freins et des roues proches de ceux d’une voiture de la catégorie R5, je pense que je serai en mesure de titiller les meilleures Porsche lors des différentes épreuves. Sur papier, le cocktail est en tout cas très séduisant… »

     

    Dès le Spa Rally, l’Abarth 124 Rally R-GT Milano Racing de Cédric De Cecco et Jérôme Humblet portera les couleurs de Yacco Belgique, DMACK Benelux, Herock, Dunez, Roof Isolation, Hofman, Alterego Design, Tonic, Amv Engineering, Artec Piscines, NPR technic, René Claeys, EC&M / Industrie Maintenance / TSN, CED Mobility, Nutri-shop Center et Auto-Attelage. « Au moment d’entamer cette nouvelle aventure avec un produit inédit en nos basses contrées, j’aimerais remercier Peugeot Belux, le Groupe Schyns et DG Sport Compétition pour le soutien exceptionnel dont j’ai bénéficié ces cinq dernières années. Une confiance que je n’oublierai jamais… », conclut Cédric De Cecco.   (com)

  • Cédric Cherain et Filip Cuvelier attaquent le BRC 2018 en Skoda Fabia R5 HK Racing

    Imprimer

    Cédric Cherain ,skoda ,BRC ,RACB ,rallye ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    C’est décidément la période de toutes les annonces sur le front du Belgian Rally Championship 2018. Et Cédric Cherain ne voulait en aucun cas louper cette période riche en informations, à une dizaine de jours à peine du coup d’envoi de la compétition nationale du côté de Landen, dans le cadre du Rally van Haspengouw. « Je suis en effet en mesure de confirmer qu’en compagnie de Filip Cuvelier, nous allons entamer le championnat à bord d’une Skoda Fabia R5 HK Racing, annonce Cédric Cherain. Pour l’heure, Landen et Spa figurent au programme, mais l’objectif est clairement de disputer six épreuves. Le Wallonie, Ypres, l’East Belgian Rally et le Condroz sont aussi sur notre liste, en fonction des résultats précédents. »

    Pour Cédric Cherain, collaborer avec l’équipe italienne HK Racing n’est pas une première, les deux parties étant d’ailleurs enthousiastes à l’idée de parachever un travail entamé lors du Spa Rally 2016. « A l’époque, nous avions été trop rapidement contraints à l’abandon, et le responsable du team m’avait dit qu’il reviendrait pour prendre sa revanche, poursuit Cédric. L’occasion se présente, et même s’il convient de rester mesuré dans ses ambitions face à des pilotes comme Kris Princen et Vincent Verschueren, nous pensons avec Filip qu’un bon coup est jouable. Dès Landen… »

    D’autant que le produit Skoda Fabia R5, Cédric le connaît bien pour l’avoir déjà utilisé – à très bon escient – par le passé… « Cela reste à l’heure actuelle la meilleure voiture de la catégorie R5. Le pilotage d’une Fabia est assez différent de celui d’une DS comme celle que j’utilisais encore l’an dernier. On roule davantage en fonction des qualités de la voiture, qu’il s’agisse du moteur, de la stabilité, de la motricité, et surtout de la fiabilité. C’est un excellent produit qui m’a tout de même permis de remporter l’East Belgium Rally face à Freddy Loix et de devancer rien moins que Craig Breen au Condroz 2016, avant de devoir renoncer, hélas… »

    Quant à Filip Cuvelier, qui avait débuté sa collaboration avec Cédric Cherain lors d’un certain Barum Rally 2016 qu’aucun des deux n’est prêt d’oublier, il se réjouit de retrouver le pilote liégeois à ses côtés… « Au Barum, c’est la première fois que je donnais des notes en français, et l’entente avec Cédric avait d’emblée été parfaite, explique le copilote. Ce projet Skoda R5 en compagnie d’un pilote tel que Cherain me motive au plus haut point. Nous allons faire les choses dans les règles de l’art, et nous avons d’ailleurs acquis le numéro #1 qui figurera sur les portières de notre Fabia R5. Verchueren ayant choisi de conserver la #46, nous y avons vu une bonne manière de clarifier nos objectifs. Vous pouvez compter sur moi pour soigner l’ensemble, et sur Cédric pour démontrer que son pied droit est vraiment très lourd. J’ai hâte de me retrouver dans la région de Landen pour entamer les débats… »

    La sérénité est de mise pour Cédric Cherain et Filip Cuvelier, qui compteront à coup sûr parmi les favoris des deux premières épreuves du BRC 2018… avant d’envisager la meilleure façon de jouer le titre national. Et qui remercient d’ores et déjà leurs nombreux partenaires sans lesquels rien, ou presque, ne serait possible…(com)

  • Legend Boucles Bastogne: Victoire de Bouffier sur Ford Escort

    Imprimer

    legend boucles bastogne ,moteur ,lameuse ,sudinfo ,bouffier ,duval ,munster ,ford ,escort

    1.Bouffier-Alnet

    2.Duval-Leyh

    3.Caprasse-Rizzi

    4.Munster-Humblet

    5.Bouvy-Hottelet

     

  • ‘Vande’ au départ des Legend Boucles à Bastogne au volant d’une BMW 323i E21 !

    Imprimer

    Legend boucles Bastogne ,vande ,BMW ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Depuis que Pierre Delettre a eu l’excellente idée de faire des Boucles de Spa les Legend Boucles de Spa, devenues Legend Boucles à Bastogne, Jean-Pierre Van de Wauwer a disputé toutes les éditions, non sans s’imposer au classement général en 2012 en compagnie d’Eric Marnette ! C’est donc la mort dans l’âme qu’il s’apprêtait à passer son tour cette année, ses deux Lancia Beta Monte-Carlo Gr.4 ne lui permettant pas de faire honneur à une certaine tradition…

     

    « J’ai consacré mon temps, mon énergie et pas mal de deniers à la construction de la nouvelle auto, qui est dans une configuration asphalte, explique ‘Vande’. Pas question dès lors d’en effectuer le baptême du feu sur les spéciales forestières des Legend Boucles à Bastogne… même si c’est un parcours que j’adore ! Quant à l’ancienne Beta Monte-Carlo, elle a été remontée en version ‘Régularité’, avec des suspensions et une boîte de vitesses ne convenant pas à ce type de compétition. Au mieux, j’aurais pu l’aligner en catégorie ’80 km/h’. Bref, la situation était un peu frustrante, mais je m’étais – presque – fait une raison… »

     

    Jusqu’au moment où le bien connu préparateur Jean-Marie Dehaye annonçait à Jean-Pierre qu’un jeune carrossier de la région de Welkenraedt tentait de le joindre en vue des Legend Boucles 2018 ! « Assurément une belle rencontre, sourit ‘Vande’. Samuel Brandt, le carrossier en question, m’a téléphoné, il m’a invité à passer voir la BMW 323i E21 qu’il avait montée, me demandant de la piloter à Bastogne. J’y suis allé, j’ai vu, j’ai beaucoup apprécié… et avec Grégory Surinx, on sera donc au départ ! »

     

    Legend boucles Bastogne ,vande ,BMW ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Van de Wauwer entamant un rallye aux commandes d’une bavaroise, c’est assurément une Première ! « C’est ce qui rend l’aventure très intéressante, reprend Jean-Pierre. Tout est nouveau pour moi, l’équipe, la voiture, et ça me plait vraiment. En Samuel Brandt, j’ai trouvé un jeune gars hyper motivé, qui fait les choses dans les règles de l’art, mettant un point d’honneur faire preuve de simplicité et d’efficacité dans sa manière de travailler, avec des pièces proches de la série. Le résultat est superbe. Annoncée pour 195 chevaux, l’auto, que j’ai pu tester, est saine et elle a l’air solide. On a fait modifier les suspensions chez R.Tec, auprès de Fabio Lazzerini, ce qui signifie que tout ce qui a pu être optimisé l’a été. Ne comptez néanmoins pas sur moi pour émettre un quelconque pronostic avant cette nouvelle édition des Legend Boucles à Bastogne, car trop de paramètres entrent en ligne de compte. L’objectif premier sera d’atteindre le podium d’arrivée dimanche, et si c’est le cas, on devrait être plutôt bien au classement général. Mais là n’est pas l’essentiel Avec Eric Marnette au four et au moulin pour tout organiser à l’assistance, on va avant tout passer un excellent moment entre nous… »

     

    Vous l’avez compris, alors qu’il s’apprêtait à assister en spectateur attentif au traditionnel événement de début de saison mis sur pied par le Royal Automobile Club de Spa, ‘Vande’ a recommencé à courir partout pour préparer cette participation inattendue. Passion, quand tu nous tiens…(com)

  • DAKAR 2018 : INDOMPTABLE

    Imprimer

    Kevin Benavides , Ignacio Casale ,Giniel de Villiers ,Sainz ,peugeot , moteur , sudinfo , dakar

    Les victoires de Kevin Benavides à moto, Ignacio Casale en quad, Giniel de Villiers en auto et Ton Van Genugten en camion dans la dernière spéciale n’ont pas bouleversé les positions au sommet de la hiérarchie du rallye. Matthias Walkner est bien devenu le premier vainqueur autrichien à moto, la marque autrichienne poursuivant sa domination sur l’épreuve avec un 17e succès consécutif. Pour sa dernière participation Peugeot garde également la main avec cette fois-ci une seule auto sur le podium, la 3008 Maxi de Carlos Sainz. Menacé jusqu’à la veille de l’arrivée par Federico Villagra, Eduard Nikolaev remporte finalement un troisième titre dans la cabine de son camion Kamaz. Pour s’imposer sur son 2e Dakar, le Chilien Ignacio Casale a en revanche dominé le classement général du 1er au dernier jour.

    Au total, 185 véhicules ont bouclé la 40e édition : 85 motos, 32 quads, 49 autos dont 6 SxS et 19 camions, soit 55 % des engagés partis de Lima il y a deux semaines.

    L'essentiel

    Plus ouverte que jamais, la course moto n’aura pas tardé à offrir son premier rebondissement avec l’abandon prématuré de Sam Sunderland dans les dunes de San Juan de Marcona au 4e jour du rallye. C’est le tenant du titre, vainqueur de 2 des 3 premières étapes, qui laisse alors le champ libre à une meute affamée… et emmenée par une relève nommée Adrien van Beveren et Kevin Benavides. Les deux hommes vont mettre à mal l’habituelle domination de KTM et s’échanger la tête du classement générale à plusieurs reprises. Une bataille entrecoupée des coups d’éclats de Joan Barreda ou Antoine Meo, avant une intense et dévastatrice dixième étape. Une journée qui aurait dû permettre au jeune argentin de triompher sur ses terres et qui aura finalement mis fin à ses espoirs avec une terrible erreur de navigation dans les rios de Belén en fin de spéciale. Emmenant de nombreux favoris dans sa chute dont Toby Price, c’est Matthias Walkner et Van Beveren qui tiraient les marrons du feu. Jusqu’à la terrible chute du pilote Yamaha à 3 km de l’arrivée laissant l’Autrichien seule aux commandes du Dakar. En parfaite gestion de la fin de l’épreuve, l’Autrichien s’empare à 31 ans du plus beau fait d’armes de sa carrière et permet à KTM de maintenir une incroyable série de 17 succès à la suite…

    Au lendemain de sa première victoire d’étape, la 10e de sa carrière sur le Dakar, Sébastien Loeb a dû quitter la course, battu par les dunes du désert de Tanaka ! Ce n’était ni le premier, ni le dernier rebondissement de ce Dakar imprévisible et indomptable : Nani Roma achevait en tonneaux son rallye sur l’étape en boucle de Pisco, tandis que Stéphane Peterhansel perdait les commandes du rallye sur un accident dans l’étape marathon d’Uyuni. Même Nasser Al Attiyah, docteur ès dunes, s’était retrouvé englué dans les sables de San Juan de Marcona : déjà une heure de perdue après 4 jours de course ! Au milieu de cette hécatombe, Carlos Sainz s’engageait dans un sans-faute auquel plus personne n’était habitué. « El Matador » attaque au plus juste, hameçonne la victoire et contrôle en père de famille au volant de sa 3008 Maxi. A Cordoba, il atteint l’arrivée au sommet d’un podium qui ressemble étrangement à celui de 2010, où l’Espagnol dominait déjà Al Attiyah (avec seulement 2’ d’écart à l’époque !). Giniel de Villiers termine pour la 8e fois dans le trio de tête en 15 participations, pendant que « Peter » en est exclu après une dernière dégringolade à la veille de l’arrivée.

    Avec trois victoires consécutives sur les trois premières étapes, Ignacio Casale a d’emblée semé la panique dans les rangs de ses rivaux. Sergei Kariakin, tenant du titre largué, quittait le rallye sur blessure, tout comme Rafal Sonik, le vainqueur 2015. Impérial dans les dunes, le Chilien a ensuite été capable de contrôler en patron, tout en laissant s’exprimer sur leur terrain, les deux jeunes Argentins qui représentent l’avenir de la discipline : Nicolas Cavigliasso, 26 ans, et Jeremias Gonzales Ferioli, 22 ans, complètent dans cet ordre le podium final.

    Eduard Nikolaev a commencé son huitième Dakar sur les chapeaux de roues. Impérial dans les dunes péruviennes, le champion 2017 n’a pas tardé à faire de gros écarts sur tous ses adversaires… à l’exception du tenace Federico Villagra ! Seul pilote à être vraiment en mesure de concurrencer le leader du clan Kamaz, l’Argentin a fait le dos rond en première semaine avant de mettre la pression au Russe jusqu’à prendre la tête du général. Mais une boite de vitesse récalcitrante a finalement mis fin aux espoirs du pilote Iveco qui abandonne à la veille de l’arrivée et laisse Nikolaev triompher pour la 3efois sur le Dakar. Son dauphin, Siarhei Viazovich, est à près de 4h...

    Pour la deuxième année des SxS, Reinaldo Varela aura fait preuve d’une superbe régularité aux avant-postes, agrémentée de 5 victoires d’étapes, qui lui offre la plus haute marche du podium. Le Brésilien a notamment bataillé avec un féroce Patrice Garrouste, également 5 fois vainqueur.

    La perf

    Engagé à la dernière minute par Honda pour pallier au forfait de Paulo Goncalves blessé, Jose Ignacio Cornejo Florimo a plus que rempli son contrat pour son deuxième Dakar après 2016. Le Chilien de 23 ans s’est offert plusieurs Top 10, une position qu’il occupe également au classement général à l’arrivée du rallye. Dans la ligne d’un Kevin Benavides, Cornejo pourrait bien être la nouvelle pépite dont Honda a besoin pour (enfin) faire tomber l’ogre KTM.

    Coup dur

    Au sommet de son art et confortable leader du général au soir de la sixième étape, Stéphane Peterhansel a tout perdu dans un accident sur la route d’Uyuni. Loin de renoncer, le pilote Peugeot remontait à la deuxième place du classement trois jours plus tard avec sa troisième victoire du rallye. Mais le Français était finalement éjecté du podium final lors de l’avant-dernière journée au départ de San Juan suite à un contact un peu trop violent avec un arbre. Peterhansel achève donc son 29e Dakar sur une 4e place loin de son rang de tredecuple vainqueur de l’épreuve (13) ! Une 40e édition anniversaire qui pourrait par ailleurs être la dernière de « Monsieur Dakar »…

    La stat du jour 

    Place aux jeunes ! Après les départs de Marc Coma et Cyril Despres, un vent nouveau souffle sur la catégorie moto depuis quelques années. Et en 2018 plus que jamais, la fraicheur est de mise dans le classement général dont 8 des 10 premiers ont moins de cinq participations à leur actif à Cordoba ! Seul Gerard Farres fait véritablement partie de l’ancienne génération avec 11 Dakar à son palmarès.

    La réaction du jour

    Carlos Sainz : « Je suis très content. C’est une récompense magnifique. La joie est immense, cela me rappelle ma dernière saison de WRC en 2004, je m’étais imposé sur le rallye de Cordoba, exactement sur les mêmes pistes qu’ici avec le Dakar. J’ai connu des abandons ces dernières années, mais j’ai toujours fait de mon mieux. Et cette fois-ci, c’était un Dakar très dur. Maintenant, je vais profiter de cette victoire et voir ce que je ferai à l’avenir. Peugeot se retire et moi, je vais en discuter avec ma famille ».(com) https://www.dakar.com/fr

  • Le projet Gillet Vertigo PIKE’X PEAK plus fédérateur que jamais !

    Imprimer

    Gillet vertigo , vanina ickx ,Pikes Peak ,moteur , lameuse ,sudinfo

    Le décompte a commencé… Le dimanche 24 juin prochain, au cœur du Colorado, un bolide belge, la légendaire Gillet Vertigo, se lancera à l’assaut des 19,93 kilomètres de Pikes Peak, la plus incroyable des courses de côte, organisée depuis… 1916 ! Au volant de la voiture de sport jaune, Vanina Ickx aura pour défi de gérer au mieux les 156 virages d’un tracé qui culmine à 4305 mètres d’altitude, et d’emmener la Vertigo au sommet de ce qu’on appelle habituellement ‘The Race to the Clouds’, ‘La Course vers les Nuages’…

    Au sein du quartier général des Automobiles Gillet, à Isnes (Gembloux), on s’active afin que tout soit prêt dans les temps. Pendant qu’une Vertigo similaire à celle qui prendra effectivement part à la course était présentée dans le Palais 1 du Salon de l’Auto de Bruxelles, suscitant d’ailleurs une très grande curiosité de la part du public et d’invités aussi prestigieux que le Premier Ministre Charles Michel, le Ministre-Président wallon Willy Borsus, le Président du Royal Automobile Club of Belgium François Cornelis, le Président de la FEBIAC Philippe Dehennin et bien d’autres, tous enthousiastes, le bolide qui sera envoyé à Colorado Springs est en cours de montage. Et chaque journée compte, surtout depuis l’officialisation de l’engagement belge par les organisateurs de Pikes Peak.

    « Cette fois, on peut dire que l’aventure peut réellement commencer, explique Jean-Michel Delporte, maître d’œuvre du projet. Il nous fallait le feu vert définitif des organisateurs, afin de pouvoir intégrer avec certitude la liste des engagés de Pikes Peak 2018… et c’est en ordre depuis quelques heures ! Je peux d’ailleurs vous dire que la Vertigo jaune de Vanina Ickx portera le numéro #125, qui fait référence au quart de siècle d’existence – déjà – de la création de Tony Gillet. Au Colorado, notre structure sera intégrée à celle de Romain Dumas, triple vainqueur de l’épreuve, qui connaît parfaitement la partition de Pikes Peak ! Un sérieux atout supplémentaire… »

    Et ce n’est pas tout… Parmi les informations tombées ces derniers jours, figure celle qui concerne la motorisation de la Gillet Vertigo PIKE’X PEAK ! C’est une mécanique Volkswagen 2.0 TFSI qui sera installée dans les entrailles du bolide. Avec une puissance de 350 chevaux et un couple de 400 Nm, Vanina Ickx disposera des ingrédients nécessaires pour faire bondir la Vertigo d’une courbe à l’autre sur le génial tracé du Colorado. L’officialisation de cette mécanique est aussi synonyme de soutien du dynamique Belgian VW Club. Elle confirme que la marque allemande reste incontournable en termes de popularité en Belgique, mais aussi que des liens très forts unissent la famille Ickx à Volkswagen, comme on a encore largement pu le constater lors des dernières 25 Heures VW Fun Cup à Francorchamps. Ce qui est sûr, c’est qu’au fil des semaines, ce projet PIKE’X PEAK ne cesse de fédérer !

    Gillet vertigo , vanina ickx ,Pikes Peak ,moteur , lameuse ,sudinfo

    A tel point qu’il s’inscrit aussi dans le cadre de la campagne des autorités fédérales ‘La Belgique, autrement phénoménale’ (www.uniquelyphenomenal.be) destinée à soutenir l’image positive du pays au travers de 99 bonnes raisons de visiter la Belgique et d’y investir. « Voir ce projet Vertigo PIKE’X PEAK rejoindre les rangs des ambassadeurs de cette campagne démontre combien l’aventure de cette Gillet pilotée par Vanina Ickx sur le continent américain suscite la curiosité et la passion, commente Pascal Witmeur, en charge de l’aspect ‘emballage’ de cette opération. Le bolide n’a pas encore rugi mais l’intérêt est déjà très important. On peut donc parler d’un bon départ ! »  

    Quant à celle qui focalisera une partie de l’attention des médias internationaux le 24 juin prochain, Vanina Ickx, elle avoue se délecter de voir les choses se préciser… « Là, on sent que tout avance, et de mon côté, j’ai entamé la préparation en vue de cette participation vraiment pas comme les autres, explique Vanina. Dans un premier temps, pendant que la voiture est en phase de construction, la priorité est d’assimiler le parcours difficile de Pikes Peak. Pour y parvenir, je vais sacrifier à la tendance actuelle en m’aidant d’un simulateur de pilotage performant. Un accord a été passé avec la société Simtag et comme lors des différentes séances d’essais officiels en vue de Pikes Peak, je vais procéder par étape. Le défi est de taille, car le parcours est tout sauf une succession d’épingles ! Certaines portions sont extrêmement rapides, et à différents endroits de la côte, le soleil vient parfois gêner les pilotes. Cela fait partie des mille et une choses qu’il va me falloir appréhender dans les prochaines semaines. Ma motivation n’en est que plus importante encore… »

    Après la présentation officielle de ce vendredi soir dans le Palais 1 du Salon de l’Auto de Bruxelles, Gillet Automobiles, les différents partenaires et Vanina Ickx vont poursuivre un important travail de sape afin de goûter dans les meilleures conditions à cet American Vertigo que constitue le monument de Pikes Peak depuis plus d’un siècle…(com)

  • Lancement d’un DMACK Trophy dans le cadre du Belgian Rally Championship 2018 !

    Imprimer

    dmack trophy ,BRC ,RACB , moteur ,lameuse ,sudinfo

    Alors que le Championnat de Belgique des Rallyes 2018 pointe le bout du museau, avec un coup d’envoi traditionnellement programmé dans la région de Landen à l’occasion du Rally van Haspengouw (24/02), l’importateur du manufacturier de pneumatiques DMACK pour le Benelux crée l’événement en officialisant la mise sur pied d’un DMACK Trophy réservé aux concurrents de la compétition nationale ! Avec à la clef des récompenses après chacune des épreuves, mais surtout en fin de saison.

     

    « L’an dernier, grâce entre autres à des pilotes comme Cédric Cherain, Andy Lefevere, Cédric De Cecco ou encore Davy Vanneste, les pneumatiques DMACK ne sont pas passés inaperçus pour leurs grands débuts dans le championnat belge, explique Renaud Jamoul, importateur DMACK pour le Benelux, mais aussi responsable des ventes DMACK en WRC. Les performances des deux pilotes, et notamment les chronos de Cédric Cherain au Condroz avant son malheureux abandon, ont allègrement démontré que le produit était non seulement de qualité, mais aussi adapté aux routes belges. Les contacts avec teams et pilotes se sont multipliés depuis la fin de la compétition 2017, et l’idée a rapidement germé de mettre en place une compétition interne, sorte de course dans la course, s’adressant aux concurrents chaussés de DMACK dans le BRC 2018 »

     

    De manière concrète, les quatre meilleurs résultats de la saison 2018 seront retenus pour l’établissement de la hiérarchie finale… « Mais il y aura des prix au terme de chaque épreuve, et c’est le classement général de celles-ci qui fera foi, sans considération de catégorie, de groupe ou de classe, poursuit Renaud Jamoul. Tout au long de l’année, c’est plus de 50.000 euros en bons d’achat qui seront mis en jeu. Cerise sur le gâteau, le grand vainqueur du DMACK Trophy 2018 se verra offrir sa participation à un rallye du BRC 2019 au volant de… la voiture officielle DMACK en catégorie R5, qui portera bien évidemment les couleurs de la marque ! Avis aux amateurs. »

     

    Par une communication récurrente, DMACK Benelux assurera un suivi médiatique optimal de son Trophy 2018. Il va de soi que les concurrents prenant part à d’autres compétitions que le Belgian Rally Championship peuvent également chausser leurs bolides en pneumatiques DMACK. Pour toute info, une adresse mail (info@dmack.be) ou un numéro de portable (+32 470 92 83 58), en l’occurrence celui de Renaud Jamoul. A très vite pour une première revue des troupes DMACK à l’aube du coup d’envoi du championnat à Landen…(com)

  • Rallye :Nouvelle décoration de l'équipage Abbring/Tsjoen

    Imprimer

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Comme demandé par certains, voici la nouvelle décoration de l'équipage Abbring/Tsjoen, terminée hier soir par Enseignes Plexi. 
     
    La préparation à l’atelier R.Tec se finit et le départ est imminent en vue du prochain Monte-Carlo où la Ford Fiesta R5 évoluera en WRC2.
     
    L’équipe proche de Charleroi (Heppignies) en effectuera l’assistance lors des deux premières manches mondiales déjà prévues (Monte-Carlo et Suède).(com)

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

     

  • Legend Boucles Bastogne:Demandez le programme, la liste des points de vente du PROGRAMME déjà le vendredi

    Imprimer

    legend boucles bastogne , moteur  , rallye , lameuse ,sudinfo

    Grande nouveauté cette année: la vente commence le VENDREDI !
    Venez passez votre soirée avec nous à Bastogne pour organiser votre weekend ! Profitez-en pour passer à la séance de dédicaces et admirer les voitures dans le centre ville ! 

    Contrôle Technique dès le jeudi 01/02 à 13h00 :

    La plupart des équipages régionaux passeront les contrôles techniques et administratifs dès le jeudi 0102 à partir de 13h00. Les opérations se poursuivront jusqu’à vendredi 14h30, les principaux ténors en Legend étant regroupés dans l’après-midi du vendredi.

    Vendredi 02/02

    Séance dédicace vendredi 02/02 de 18h30 à 19h30 sous le chapiteau :

    C’est devenu une tradition. Toutes les vedettes, belges et étrangères, participeront à une grande séance de dédicaces, le vendredi de 18h30 à 19h30, sous le chapiteau situé au cœur de Bastogne.

    Expo / parade de 19h00 à 21h00 : toutes les voitures participantes seront exposées dans la rue commerçante. L'unique occasion de toutes les admirer en même temps au même endroit. La majorité des commerces seront ouverts jusque 21h00 et de nombreuses animations (musicales et autres) sont prévues.

    A ne pas rater !

    Vente du programme à partir de 19h30 le vendredi 02 février sous le chapiteau

    Départ des concurrents depuis Bastogne le samedi matin vers 08h00. Plus d'infos suivront.

     

    Soutenez le rallye, demandez le programme !

    Plus que jamais, le magnifique programme souvenir de 72 pages en couleurs que nous vous proposons cette année sera l’outil indispensable pour suivre mais aussi soutenir l’événement Legend Boucles à Bastogne : carte générale du parcours, plans détaillés des RT et du parc d’assistance, horaires et surtout les numéros des concurrents dans chaque catégorie. Vous trouverez aussi des interviews, reportages, posters, etc.

    Ce véritable album souvenir sera vendu 10 euros à partir du vendredi 02 février 19h30 et pendant tout le weekend(com)



    Info ici: https://www.facebook.com/events/1771044162967624/
     

  • Dakar 2018: Etape 3 Pisco/San Juan de Marcona:Roma fait des tonneaux et Loeb perd encore du temps

    Imprimer

    dakar,moteur,ktm,peugeot,toyota,mini,lameuse,sudinfo

    Nani Roma a été victime d’un accident spectaculaire à moins d’un kilomètre de la ligne d’arrivée. Après de longues minutes pour reprendre ses esprits, l’Espagnol a pu repartir et passer la ligne avec 26 minutes de retard sur le vainqueur avant d’être pris en charge par un médecin.

    Sur un terrain peu favorable à sa pointe de vitesse, Sébastien Loeb a encore perdu du temps aujourd’hui. Le pilote Peugeot lâche 8’34 à Nasser Al-Attiyah et fait le dos rond en attendant des jours meilleurs.

    Solide et expérimenté, Stéphane Peterhansel signe un début de rallye sans faute. Ce qui permet à « Monsieur Dakar » de prendre les commandes du classement général ce soir, avec 3’11 d’avance sur son coéquipier Cyril Despres. Grace à sa superbe étape du jour, Nasser Al-Attiyah se replace au troisième rang. 

    A l’image de Sam Sunderland en moto, Nasser Al-Attiyah a retrouvé lundi la maestria de la première étape. Le Qatari s’offre une deuxième victoire cette année au bout d’une spéciale dominée de bout en bout face à l’armada Peugeot. Le pilote Toyota devance Stéphane Peterhansel de 4 minutes et Carlos Sainz de 5’47.(com)

    dakar,moteur,ktm,peugeot,toyota,mini,lameuse,sudinfo

  • Dakar 2018: Etape 2 , Pisco/Pisco:Peugeot reprend le dessus, Barreda impressionne

    Imprimer

    dakar,moteur,ktm,peugeot,toyota,mini,lameuse,sudinfo

    L’œil dans l’objectif… 

    Après une mise en bouche la veille, les dunes d’Ica, aux alentours de Pisco, se livrent véritablement aux concurrents ce dimanche pour une dixième étape au Pérou composée à 90% de hors-piste. 267 km où la navigation s’avère cruciale, notamment pour les autos qui ont exceptionnellement ouvert la piste. L’occasion pour les Peugeot officielles de profiter des traces du Top 10 pour effectuer une belle remontée après la déception de la première spéciale.

    L'essentiel

    Cyril Despres a parfaitement renversé la vapeur à Pisco. Le pilote Peugeot réalise un sans faute dans les dunes, tant en pilotage qu’en navigation, pour empocher sa deuxième victoire d’étape sur le Dakar en auto. De quoi prendre les commandes du général pour 27 secondes face à son dauphin du jour qui réalise lui aussi une très belle opération, Stéphane Peterhansel. Sébastien Loeb complète un triplé Peugeot. La tête du rallye change également d’épaules en moto avec la superbe performance de Joan Barreda qui aura su faire la différence sur ses adversaires en deuxième partie d’étape. Adrien Van Beveren limite la casse à près de trois minutes du vainqueur. Chez les quads, Ignacio Casale a réaffirmé ses ambitions de victoire à Cordoba en enchainant un deuxième succès d’étape consécutif. Le Chilien a tout de même subi toute l’étape la pression du vainqueur 2017 Sergei Kariakin qui échoue à 43 secondes et ne rend pas les armes. La course camion a elle couronné le tenant du titre Eduard Nikolaev qui creuse de sérieux écarts sur ses adversaires dès la deuxième étape.

    La perf du jour

    Spécialiste du motocross et de l’enduro, Jonathan Barragan n’en est pas moins novice sur le Dakar. Et les débuts du pilote madrilène coïncident avec le retour de la marque espagnole GasGas sur le plus grand rallye du monde. 11e à Pisco à trois secondes seulement du vainqueur 2016 Toby Price, Barragan navigue déjà parmi les grands. Il se place dimanche soir comme premier rookie du classement général.

    Coup dur du jour

    Nasser Al-Attiyah a vécu une journée noire à Pisco. Contraint d’ouvrir la route après sa victoire de la veille lors d’une seconde spéciale qui faisait la part belle à la navigation, le pilote Toyota a régulièrement perdu du terrain sur les Peugeot pour terminer la journée à près d’un quart-heure. Il faut dire que son coéquipier Matthieu Baumel est tombé malade après 15 kilomètres seulement.

    La stat du jour 

    Toujours à la recherche de sa première victoire finale sur le Dakar, Joan Barreda confirme à nouveau qu’il est parmi les pilotes les plus rapides que le rallye ait connu. L’Espagnol décroche à Pisco sa 20e spéciale et n’a plus devant lui au palmarès que des multiples vainqueurs de l’épreuve en dehors d'Arcarons (27) : Despres, Peterhansel (33), Coma (25), Auriol (24).

    La réaction du jour

    Sébastien Loeb : « On doit faire un temps qui n’est pas catastrophique, et on n’ouvre pas la route demain, donc ça va aller. On se fait toujours emmener par la trace et quelquefois on sent bien qu’elle n’est pas tout à fait juste. Mais on lui fait confiance parce qu’on n’a pas en vie de la perdre. Notre objectif, c’est de franchir le Pérou sans y laisser trop de plumes. Il y a beaucoup à perdre, si on ne trouve pas un way-point. »(com)

    dakar,moteur,ktm,peugeot,toyota,mini,lameuse,sudinfo