Moteurs - Page 2

  • Blancpain GT Series : un week-end frustrant pour le Belgian Audi Club Team WRT à Silverstone

    Imprimer

    Blancpain GT Series ,Audi ,belgian audi club ,WRT ,Dries Vanthoor

    La quatrième épreuve de la Blancpain GT Series, la deuxième en format Endurance, n’a pas apporté les résultats escomptés pour le Belgian Audi Club Team WRT à Silverstone. Dès le début du week-end, il est apparu évident que les Audi R8 LMS n’auraient pas voix au chapitre sur le circuit britannique. Lors des essais qualificatifs, l’ex-pilote de Formule 1 Will Stevens était le meilleur représentant de la marque aux anneaux, mais à la... 21e place seulement. Les autres R8 LMS « belges » se classaient respectivement 28e (#17), 42e (#2) et 49e (#3). Dans un peloton où les écarts sont aussi réduits, on savait déjà que la tâche serait ardue…

    En début de course, Stéphane Richelmi (#2) s’accrochait avec un gentleman driver et était très lourdement sanctionné d’un Stop & Go de 5 minutes. Par la suite, un autre incident de course (cette fois pour Benoit Tréluyer) poussait l’équipage à l’abandon.

    Au volant de la #5, Dries Vanthoor puis Will Stevens se battaient tant et plus pour rentrer dans le top 15. Mais un problème électronique contraignait également l’équipage à en rester là, Marcel Fässler n’ayant même pas eu l’opportunité de prendre le volant.

    Heureusement, les choses se passaient mieux pour la #17, qui profitait à la fois d’une excellente stratégie – avec un premier pit stop effectué au tout début d’une neutralisation de la course – et d’un parcours sans faute de Jamie Green, Stuart Leonard et Jake Dennis. Un moment 8e, la R8 LMS devait toutefois céder plusieurs positions en vue du but face à des voitures clairement plus rapides. Elle croisait finalement le drapeau à damier à la 13e place. Quant à Josh Caygill, Niki Mayr-Melnhof et Jonathan Venter, ils ont livré une course solide dans le peloton, non sans perdre un peu de temps suite à un contact obligeant Niki à effectuer un passage supplémentaire par les stands. Dans le classement final, la #3 apparaît à la 31e place. Inutile de dire que ce n’est pas le résultat espéré et qu’il y aura de la revanche dans l’air lors des prochains rendez-vous !(com)

  • Benoît Allart:"Avant tout trouver et chasser ce chat noir !"

    Imprimer

    Inutile de tourner autour du pot, Benoît Allart n’était pas satisfait au bout du Rallye de Wallonie 2017, qu’il a dû provisoirement quitter dès le samedi, victime d’une sortie de route. Après ce qui est finalement devenu la victoire de Spa, le Marchois avait en effet la ferme intention de briller à domicile, sur une épreuve namuroise qui l’a toujours vu performant, et qui était aussi la course ‘à la maison’ pour son partenaire SAN Mazuin et son team Racing Technology.

    Lire la suite

  • Cédric De Cecco heureux de sa première collaboration avec DMACK au Rallye de Wallonie

    Imprimer

    Après l’abandon aussi rapide que frustrant lors du Spa Rally, Cédric De Cecco avait hâte de retrouver la Peugeot 208 T16 R5 dans le cadre du Rallye de Wallonie, une épreuve qu’il connaît par cœur et qu’il apprécie. D’autant que le parcours naturel de la région namuroise allait lui permettre de chausser pour la première fois ces fameux pneus DMACK, et ainsi entamer un partenariat prometteur.

    Lire la suite

  • Rallye de Wallonie:Cédric Cherain était en mesure de revendiquer la victoire.

    Imprimer

     

    rallye wallonie ,Cédric Cherain ,DS3 ,moteur ,rallye ,BRC ,RACB ,lameuse ,sudinfo ,moteur

    Après sa victoire au Spa Rally, et les complications ‘administratives’ qui ont suivi et qui suivront encore, Cédric Cherain a retrouvé le volant d’une DS 3 ce week-end à l’occasion du Rallye de Wallonie, quatrième manche du Championnat de Belgique. Point de version ‘RRC’ cette fois, mais une ‘R5’ permettant au pilote de Fléron de disposer du même type de machine que ses principaux concurrents. Et dès la première des deux spéciales de vendredi soir, devant la foule des grands jours traditionnellement réunie sur la Citadelle de Namur, Cherain, une nouvelle fois accompagné par Jean-Pierre Delmelle, démontrait que même s’il n’avait plus roulé depuis Spa, sa mise à feu était immédiate, avec un 5ème meilleur chrono, à 2’’4 du meilleur temps, et seulement à 0’’6 de Kevin Abbring, sur une Peugeot similaire à plus d’un titre à la DS.

    Les choses se compliquaient lors du deuxième passage dans ce haut-lieu du rallye belge, avec une petite erreur qui allait avoir des conséquences pour la suite… « Un tête-à-queue tout ce qu’il y a de plus stupide, reconnaît Cédric. Qui m’a coûté 18 secondes. Or, au bout de ces deux spéciales, je me retrouvais à… 18 secondes du leader. Ce qui signifie que rien que sur la descente, j’avais déjà repris les 2’’4 perdues lors du premier passage, et que j’allais signer le scratch. Au lieu de ça, je me retrouvais 14ème sur la route le samedi, avec le plaisir de devoir composer avec le gravier ramené sur la trajectoire par les pilotes devant moi… »

    Pas de quoi néanmoins empêcher Cherain de mettre ‘grand gaz’, comme en témoignent de nombreuses vidéos circulant sur les réseaux sociaux, mais aussi les chronos enregistrés. 3ème temps dans Arbre, 5ème temps dans Malonne, scratch dans Natoye, scratch dans Mohiville, le Liégeois parvenait en un temps record à passer de la 14ème à la 3ème place du classement général, à 22’’3 du leader Kevin Abbring. « Ce qui signifie que nos chronos étaient au moins équivalents, et parfois meilleurs, que ceux des leaders, reprend Cédric. Sans ce tête-à-queue dans l’ES2, on se battait à coup sûr pour la victoire. Dans Bois-de-Villers, 8ème spéciale du rallye, j’ai touché un accotement avec une roue, ce qui a eu pour effet de provoquer une crevaison… qui m’a envoyé en tête-à-queue dans un gauche assez rapide. Des images qui ont également fait le tour de la toile… Je suis reparti, et un peu plus loin, une jante a cassé, embarquant la voiture dans un 360 degrés avec réception sur les bas-côtés. L’échappement en a hélas pris un coup… »

    Avec pour effet désagréable que les gaz d’échappement arrivaient directement… dans l’habitacle ! « A l’arrivée à l’assistance, après la spéciale de Malonne neutralisée, nous n’étions pas en très grande forme avec mon copilote, reprend Cherain. Respirer des gaz durant de longues minutes n’est pas vraiment conseillé. Nous avions en outre écopé d’une pénalité pour un pointage tardif dû à une erreur d’inattention. Nous sommes repartis malgré tout, mais dans Natoye, alors que j’avais réalisé le scratch lors de la première boucle, j’ai concédé près de 7 secondes de manière incompréhensible. C’était mieux dans Mohiville, avec un 5ème temps à 3 secondes du scratch, mais le jeu n’en valait plus la chandelle, et nous n’étions plus en parfaite condition pour prendre autant de risques. On a dès lors décidé d’en rester là. Dommage, car une fois encore, la pointe de vitesse était clairement là ! Mais bon, en sport auto, il faut apprendre à relativiser, et ce retrait n’enlève rien aux bonnes sensations ressenties au volant de cette DS 3 R5 D-Max, qui était clairement du niveau des meilleures autos à Namur… »(com)

  • Rallye de Wallonie: plusieurs fractures pour la jeune fille percutée par une voiture de course, mais rien de vital n'a été touché, dit son papa

    Imprimer

    rallye wallonie ,BRC ,RACB ,moteur ,sudinfo ,crash

    La direction de course a communiqué des nouvelles rassurantes des deux jeunes victimes de la sortie de route de samedi matin au Rallye de Wallonie. La première, une jeune fille, avait été grièvement blessée. Souffrant de multiples fractures, elle est sortie de la salle d’opération depuis lors. Quant au second, un jeune garçon légèrement blessé, il a passé la nuit en observation à l’hôpital.

    rallye wallonie ,BRC ,RACB ,moteur ,sudinfo ,crash

  • Course de côte de Sy:Premiers succès Asaf 2017 pour Julien Vandeput (D4) et Philippe Dewulf (D123)

    Imprimer

    Sy est un cas à part dans la saison des courses de côte. Par sa localisation, le village étant encaissé - presque prisonnier puisqu'il est en cul de sac - dans la vallée de l'Ourthe ; par son ambiance, toujours assurée, notamment à l'épingle du départ, et par sa fréquentation. Et même si on n'y a pas battu de record de participation cette année, les 73 concurrents au départ (dont 6 inscrits en Histo-Démo) risquent de faire des envieux parmi les autres organisateurs.

    Lire la suite

  • François Duval avec une Peugeot 208 au mondial de Rallycross à Mettet .

    Imprimer

    rallycross , peugeot ,françois duval , RX ,mettet ,sudinfo ,moteur

    C’est devenu un rendez-vous incontournable de la saison de François Duval. L’épreuve du Championnat du Monde de Rallycross disputée sur le Circuit Jules Tacheny de Mettet a en effet pour l’ex-star du WRC une saveur particulière. A moins de 50 km de son village de Cul-des-Sarts, il y retrouve traditionnellement ses supporters et une discipline qu’il apprécie de plus en plus : le Rallycross. Cette fois, c’est au volant d’une Peugeot 208 RX Supercar de l’équipe écossaise Albatec Racing que François affrontera le gratin mondial les 13 et 14 mai !
     
    « Je suis très heureux d’avoir de nouveau pu – grâce au soutien de Gordon Finest Beers, Valvoline et Jardiparc – finaliser cette participation », sourit-il. « Toute l’équipe Albatec Racing dirigée par Andy Scott est très motivée et ils semblent heureux de me compter parmi eux. Je ne disposerai certes pas d’une Peugeot 208 usine comme celle de Sébastien Loeb et de ses équipiers, mais c’est une bonne voiture et je donnerai le maximum à son volant. »
     
    L’an dernier, alors qu’il pilotait une Ford Fiesta, « Phénoménal Duval » avait réussi l’exploit de rejoindre la Finale, ultime course du week-end qui accueille six pilotes seulement. Mais "Dudu" sait que répéter pareille performance ne sera pas une mince affaire...
     
    « Le niveau du Championnat du Monde de Rallycross ne cesse de grimper », explique-t-il. « Les constructeurs y sont de plus en plus impliqués et les adversaires que je vais rencontrer sont des pilotes qui ont évidemment beaucoup plus d’entrainement et qui sont plus dans le rythme que moi. Mais peu importe ! L’essentiel est de passer un bon week-end, de régaler mes supporters et de donner le meilleur de moi-même. J’aurai une demi-journée d’essais avant l’épreuve pour prendre la voiture en mains et, à vrai dire, j’espère que les conditions météo ne seront pas trop bonnes car ça permettrait de niveler un peu les performances de toutes les voitures. Après, en Rallycross plus qu’ailleurs, il faut toujours un peu de réussite et j’espère qu’elle sera de mon côté. En tout cas, je suis impatient d’être à Mettet les 13 et 14 mai prochains ! »(com)
  • Rallye de Wallonie:Les paris sont ouverts…Avec 102 équipages engagés dont plus de 30 dans les catégories de pointe RC1, RC2 et RGT.

    Imprimer

    C'est un beau cadeau que les organisateurs du rallye de Wallonie ont reçu, il y a quelques jours, pour les fêtes de Pâques : une déferlante de bulletins qui a fait passer la liste des engagés de 75 à 102 et qui permet à l'épreuve namuroise de présenter, une fois de plus, le plus beau plateau de la première demi saison du championnat de Belgique des rallyes. Avec pas moins de 15 R5, 1 S2000-16T, 3 WRC et 4 GTP24, les amateurs de beau matériel piaffent déjà d'impatience !

     

    Lire la suite

  • Spa Euro Race 2017:Six séries et treize courses au programme les 10 et 11 juin prochains à Spa-Francorchamps

    Imprimer

    Spa Euro Race ,francorschamps ,moteur ,lameuse ,sudinfo ,RACSPA

    Rendez-vous incontournable de la mi-juin, le Spa Euro Race 2017 proposera à nouveau une affiche originale et variée avec un florilège de courses se disputant à un rythme effréné durant tout le week-end.

    Pour sa dix-septième édition déjà, le Supercar Challenge, un fidèle des organisations du RAC Spa et de Pierre Delettre, fait peau neuve avec un peloton désormais scindé en deux.

    Le SCC (qui n’est pas le « safety car » challenge !) fera désormais la part belle dans sa catégorie de pointe aux Porsche ou Ferrari de type Cup ou Supercup ainsi qu’aux Silhouettes. Un peu comme notre BTCS d’antan. Dans les divisions inférieures on retrouvera des voitures de Tourisme, TCR, GT4 ou Clio Cup. La course n’en sera que plus ouverte et plusieurs pilotes belges devraient être de la partie.

    Les GT3, Super Silhouette style Renault RS01 ou prototypes participeront à une épreuve à part baptisée tout simplement GT et Prototype Challenge. Voilà qui promet. Et là aussi, quelques pilotes nationaux devraient être au départ.

    Pour en terminer avec nos amis néerlandais, on assistera aussi à deux manches de l’ACNN Cup, une compétition très démocratique équivalente à notre BGDC.

    Pour rester dans les voitures à essuie-glace, réjouissons-nous de la mise sur pied d’une joute commune entre la Clio Cup française et Central Europe. De quoi garantir un essaim d’une quarantaine de bombinettes françaises toujours synonyme de luttes serrées et de grand spectacle.

    Spa Euro Race a souvent aussi été un meeting innovant permettant au public belge (entrée gratuite, paddock à 5 euros) de découvrir de nouvelles séries : Ce sera le cas avec le championnat LMP3 et GT Cup britannique se produisant pour la première fois chez nous. Avec un plateau de protos s’annonçant très alléchant puisqu’une quinzaine de LMP3 minimum est attendue.

    Enfin, « last but not least », le SER renouera avec la tradition des monoplaces. Les Formule 4 de la FFSA Academy remplaceront les Opel Lotus du début des années 90 avec des chronos comparables. Une meute d’une vingtaine de jeunes loups de 14 à 22 ans issus de neuf pays différents en découdront à trois reprises. Avec notamment la présence du champion du monde de karting Junior, le Français Victor Martins, mais aussi de deux compatriotes, les benjamins du peloton, avec le Bruxellois Ugo de Wilde et l’Anversois Amaury Cordeel, la participation d’un troisième pilote national pour cette épreuve n’étant pas à exclure.

    Voilà, rendez-vous donc les 10 et 11 juin sur le plus beau circuit du monde pour un week-end de sport automobile s’annonçant très excitant.(com)

  • Cédric De Cecco avec le soutien de DMACK pour la suite de sa saison 2017

    Imprimer

    Cédric De Cecco ,peugeot ,DMACK ,brc ,rallye ,lameuse ,sudinfo ,moteur

    Trop rapidement contraint de mettre pied à terre au Spa Rally, Cédric De Cecco a rapidement annoncé qu’il serait au départ du prochain Rallye de Wallonie, du 28 au 30 avril, au volant de la Peugeot 208 T16 R5. Une bonne nouvelle en entraînant souvent une autre, le pilote liégeois est heureux d’annoncer un nouveau partenariat en vue de cette épreuve, mais aussi de la suite de la compétition nationale…

     

    « C’est en effet avec fierté que je peux annoncer que je porterai les couleurs du manufacturier de pneumatiques DMACK lors de mes prochaines participations, explique Cédric. Bien connu sur la scène mondiale des rallyes, DMACK a décidé de faire de moi son ambassadeur en Belgique, marquant ainsi sa volonté de s’implanter dans notre pays. Je vais dès lors bénéficier d’un soutien technique de DMACK lors du Rallye de Wallonie, de l’East Belgian Rally, du Rallye du Condroz-Huy… mais aussi d’une autre épreuve que je suis en train de finaliser avec mes partenaires ! »

     

    Si Cédric De Cecco portera les couleurs de DMACK sur sa Peugeot 208 T16 R5, c’est Renaud Jamoul, célèbre copilote belge, déjà vu dans le baquet de droite de la lionne dans un passé récent, qui est à la base de cet accord de partenariat… « Comme chacun le sait, Renaud roule avec Quentin Gilbert en WRC 2, également avec le soutien de DMACK, poursuit Cédric. Il nous a mis en contact, avec pour résultat un excellent accord de collaboration qui constitue une vraie nouveauté pour le Belgian Rally Championship. L’arrivée de DMACK sur les épreuves belges, on va forcément en parler, et cette visibilité profitera aussi à mes autres partenaires, sans lesquels je ne pourrais pas monter d’aussi beaux projets. Qu’on ne s’y méprenne cependant pas, si je bénéficie d’un soutien de DMACK, tout équipage qui le souhaite aura également accès à cette marque de pneus, qui a démontré à maintes reprises son savoir-faire en Championnat du Monde, que ce soit dans la catégorie WRC ou WRC 2, dans le Fiesta Trophy, mais aussi dans des compétitions nationales, comme l’a encore illustré le titre britannique d’Elfyn Evans l’an dernier, sur des routes certes plus étroites que les nôtres, mais avec un certain nombre de points communs… à commencer par la météo ! Ce qui en dit long sur le potentiel de ces pneumatiques… »

     

    Pouvant bénéficier de la présence d’un ingénieur DMACK lors du Rallye de Wallonie, ce qui lui permettra de choisir entre des gommes ‘Soft’ et ‘Super Soft’ homologuées pour 2017, en plus des ‘pluie’ figurant dans la désormais célèbre Annexe 5 de la FIA, Cédric De Cecco est confiant au moment d’aborder l’épreuve namuroise du BRC. « Pour l’arrivée de DMACK dans notre pays, si je termine ce Rallye de Wallonie en ordre utile, ce sera déjà une belle performance, reprend Cédric. Disons que le top 5 me paraît un objectif réalisable, vu la qualité du plateau. Un podium, ce serait déjà comme une victoire pour mon nouveau partenaire. Croisons les doigts, mais avec un tel soutien, l’optimisme est de rigueur… »

     

    A Jambes, Cédric De Cecco et son copilote Jérôme Humblet porteront également les couleurs du Groupe Schyns, de Peugeot, Roof Isolation, René Claeys, AMV Engineering, Artec Piscines, NPR Technic, Nutri-Shop, Industrie-Maintenance, ECM, Defraine Manutention, TSN et Infi-Nath.(com)

  • RS de Marchin:Chasse pascale fructueuse à Marchin pour Matton, Castremanne et Hellings

    Imprimer

    Deuxième manche du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Rallye-Sprint de Marchin a attiré une bonne centaine de montures, véhicules de la catégorie Histo-Démo compris. Sur un parcours apprécié mais rendu délicat par une longue portion de terre, Yves Matton n’en a pas moins survolé l’épreuve. De retour aux affaires dans les Divisions 1-2-3, Philippe Castremanne n’était quant à lui jamais vraiment inquiété au même titre que Philippe Hellings qui remportait haut la main le classement réservé aux historiques.

    Lire la suite

  • Spa 400 :Meulders-Renmans-De Wilde (Porsche), Danneels-Danneels-Gi​lot (Renault) et Semoulin-Semoulin-La​mbert (Peugeot) premiers vainqueurs

    Imprimer

    Une course d’endurance dans les règles de l’art, avec des incidents et des rebondissements, mais aussi une ambiance aussi bon enfant que détendue, telles ont été les caractéristiques majeures de la première édition des Spa 400 disputée ce dimanche entre 11h00 et 17h40 par une météo changeante sur le circuit de Spa-Francorchamps. Pas de doute, l’histoire de ce nouveau meeting est en marche…

    Lire la suite

  • Rallye Wallonie:Un parcours modifié à 60 % !

    Imprimer

    BRC , RACB , rallye de Wallonie , namur , lameuse , moteur , sudinfo

    L'époque où les organisateurs de rallye piochaient à l'envi dans toutes les routes ou chemins des communes traversées par leurs épreuves pour renouveler, année après année, leur parcours est révolue depuis bien longtemps. En région namuroise, l'Automobile Club de Namur a toutefois le privilège d'entretenir de solides liens de confiance et de fidélité avec la plupart des communes traversées par le rallye de Wallonie depuis plus de 30 ans. Grâce à cela, dans le respect du cadre légal et sportif bien entendu, les organisateurs de la 4e manche du championnat de Belgique des rallyes ont encore certaines latitudes pour modifier son parcours.

    La 34e édition du rallye de Wallonie profitera ainsi, cette année, de multiples changements. Mais pas le vendredi soir quand les concurrents s'élanceront, à deux reprises, à l'assaut de la spéciale-show de la Citadelle, identique à l'an passé.

    Le samedi, les équipages débuteront la journée par la redoutable spéciale d'Arbre, dont le raccourcissement au départ – pour faciliter le déplacement de certains riverains - sera largement compensé dans sa finale par l'inédite traversée du village de Besinne et l'arrivée au terrain de football de Lesves. Bois-de-Villers suivra sans modification notoire pour arriver à l'autre spéciale show renommée de l'épreuve, Malonne. Si le départ est déplacé et l'arrivée modifiée, son tracé reste globalement semblable mais avec deux passages au lieu de trois, histoire de respecter la limite kilométrique des épreuves. Après un regroup à Jambes, c'est à Natoye que reprendront les hostilités avec, ici aussi, départ et arrivée modifiés, permettant un retour attendu depuis 4 ans à Maibelle mais autorisant également les Maibellois de sortir de chez eux, avant d'enchaîner avec la spéciale de Mohiville, 5e spéciale différente de la journée, revue seulement dans son arrivée afin, ici aussi, de respecter le kilométrage maximum des épreuves.

    Quatre spéciales distinctes seront à l'ordre du jour de l'étape plus courte du dimanche. Et si Vedrin puis Wartet seront parcourues en sens inverse (ce qui, cela dit, donne réellement des « nouvelles spéciales » pour ceux qui ne les ont jamais parcourues dans ce sens!) avec une configuration totalement inédite pour l'arrivée de la seconde, la spéciale de Crupet présentera, elle aussi, une vraie nouveauté avec un départ en show via le hameau de Jassogne tandis que le retour en bord de Meuse se fera via la spéciale de Naninne, avec le « ront-point en show » inauguré l'an passé et reconduit, voire élargi, vu son succès auprès du public et, en seconde partie de spéciale, le retour de l'ancien chemin de terre que les concurrents ne pourront plus qualifier de « cassant » puisque son revêtement sera refait avant l'épreuve.

    Au total, les concurrents disputeront donc ainsi pas moins de 25 spéciales réparties sur 3 jours (2 le vendredi, 3 boucles de 5 ES le samedi et 2 boucles de 4 ES le dimanche) pour un total de 740 km dont 230 km contre le chrono.(com)

     

     

  • Tour de Corse:Première journée en progression pour Neuville avec une troisième place au général

    Imprimer

    rallye, corse, wrc, fia, ostberg, breen, paddon, meeke, sordo, neuville, gilsoul, evans, lefebvre, tanak, latvala, ford, citroen, hyundai, ogier, moteur, lameuse, sudinfo, tour de corse, citroen racing

    On peux dire que le chiffre trois est celui de Thierry Neuville ce jour, il termine cette journée en progression en terminant à la troisième place du général tout comme lors du passage dans les 4ES où il fait à chaque fois le troisième temps. Le point positif c’est que lors du deuxième passage  dans  la spéciale un et deux il a amélioré son temps de moitié à chaque fois.

    "Tout le monde roule fort, cela se joue à un rythme très élevé», a expliqué le pilote germanophone. "L’après-midi, nous avons attaqué fort, mais l’écart avec Meeke et Ogier était trop grand. Nous roulions vraiment à la limite parfois. On va voir ce que l’on peut faire pour tenter de nous rapprocher, mais ils roulent vraiment vite."

     

    CLASSEMENT JOUR 1 OFFICIEUX

    1. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) 1h16’32’’1
    2. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta WRC) +10’’3
    3. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +25’’8
    4. Breen / Martin (Citroën C3 WRC) +52’’4
    5. Sordo / Marti (Hyundai i20 WRC) +53’’8
    6. Latvala / Anttila (Toyota Yaris WRC) +1’00’’2
    7. Paddon / Kennard (Hyundai i20 WRC) +1’18’’8
    8. Lefebvre / Moreau (Citroën C3 WRC) +2’07’’6
    9. Mikkelsen / Jaeger (Skoda Fabia R5) +2’57’’3
    10. Sarrazin / Renucci (Skoda Fabia R5) +3’17’’8

     

    Le programme de demain 131.96 km deux spéciales a parcourir à deux reprises .

    rallye, corse, wrc, fia, ostberg, breen, paddon, meeke, sordo, neuville, gilsoul, evans, lefebvre, tanak, latvala, ford, citroen, hyundai, ogier, moteur, lameuse, sudinfo, tour de corse, citroen racing