Moteurs - Page 4

  • condroz 2017:Timing plan de Es et de la test

    Imprimer

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Plan des ES et la test ainsi que le timing pour bien organiser sont wk et non pour faire le guignol avant en reco .

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    SAMEDI

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    DIMANCHE

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    rallye , condroz ,huy ,BRC ,RACB ,moteur ,lameuse ,sudinfo

  • Concours pour une place de co-pilote pour la Ladbrockes SR Cup à Maasmechelen.

    Imprimer

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

    Nous avons récolté les sensations de nos gagnants, Mathias grand fan de rallye et Laura qui a eu la chance de prendre la place de son compagnon qui est déjà co-pilote de rallye.
     
    Mathias

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

     
    Grand fan de rallye ce fut une expérience extraordinaire avec des sensations de fou
    Une équipe géniale, un pilote (maxime pasture) d'une gentillesse incroyable qui nous a fait partager sa passion de pilote.
    Un moment unique qui restera gravé dans nos mémoires, c'était tellement bien que c'était limite trop court ... et oui on y prend gout facilement
    Le village vip était juste topissime.
    Malgré les 480 km aller retour, on ne regrette pas. A refaire dès que possible
     
    Laura

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

     
    Tout d’abord l’accueil était très sympa, le pilote Maxime nous a bien accueilli et m’a bien guidée. Il nous a tout expliqué, nous a mit à l’aise. 
    C’était une journée de fou  je m’en rappellerai toute ma vie. C’est passé super vite et je me suis éclatée comme une folle. 
    C’est la première fois pour moi d’être copilote dans une voiture de rallye, j’ai trop aimé c’était super. Je voudrai dire un grand merci à Maxime d’avoir pu faire partager sa passion et me transmettre quelques conseils de pilotage. Je remercie également mon compagnon qui a gagné le concours mais qui m’a laissée sa place dans la voiture car il a déjà été copilote en compétition et qu'il savait que ça me plaisait d’essayer. Je repars avec de très bons souvenirs et des étoiles plein les yeux. 

    Ladbrockes , rallycross ,Maasmechelen ,moteur , lameuse ,sudinfo

  • 24h 2CV :Plus de 110 voitures sur la grille de départ!

    Imprimer

    francorchamps ,2CV ,24h ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Pour leur 33ème édition, programmée les 20, 21 et 22 octobre, les 24H2CV vont allègrement remplir les paddocks, pitlanes et grilles de départ du circuit de Spa-Francorchamps ! En effet, plus de 110 équipages ont rentré leur bulletin d’engagement, se partageant entre 2CV des catégories Hybrides, Protos, Améliorées, Classiques et Expérimentales, mais aussi C1 Racing Cup. Plus qu’une réussite, un plébiscite !

    « Depuis toujours, les 24 Heures 2CV sont une ode au sport auto démocratique, explique Robert Van Gysegem, Président du 2CV Racing Teams organisateur. En constatant un tel enthousiasme de la part des participants, on se dit que la tradition de cette épreuve est plus ancrée que jamais. Cela fait 33 ans que ça dure, et c’est que du bonheur ! »

    D’aucuns rétorqueront que si la grille est aussi bien achalandée, c’est essentiellement grâce à l’arrivée des C1 Racing Cup. De fait, une grosse soixantaine de 2CV et Dyane sont dénombrées, contre une bonne quarantaine de C1 Racing Cup. « Avant tout, avec plus de 60 2CV et Dyane, on confirme les grilles de départ des années précédentes, poursuit Robert Van Gysegem. Lorsqu’on a introduit la mécanique BMW dans les bolides de la catégorie ‘Hybrides’, certains puristes ont crié au scandale et annoncé la fin de la discipline. Or, que constate-t-on aujourd’hui ? Que cette mécanique s’est généralisée, car elle est avant tout gage de fiabilité. On se rend compte en fait que tout a été fait pour renforcer le caractère démocratique de la discipline. Et on ne peut que s’en féliciter… »

    Quant à la présence des C1 Racing Cup, dont de nombreux exemplaires arrivent du Royaume Uni et sont présents en qualité de ‘Guests’, au même titre que les ‘City Bug’ d’origine hollandaise, elle relève d’une évidente logique par les temps qui courent… « Dans les médias, il est beaucoup question de l’avenir des courses sur circuit en regard des tarifs de location des pistes, toujours plus élevés et moins raisonnables, poursuit l’organisateur des 24H2CV. Il est évident que le salut passe par une association de plateaux. Avec la C1 Racing Cup, on reste dans la grande famille Citroën, avec des autos qui sont fidèles à la philosophie de la 2CV, à savoir un maximum de plaisir à des coûts réduits. En n’acceptant que les 2CV, la grille de départ serait certes bien garnie, mais il nous faudrait répercuter sur la soixantaine de concurrents le prix de location d’une piste comme Francorchamps. Ensemble, on est donc plus fort… et c’est moins cher ! Qu’on ne s’y trompe néanmoins pas : cette épreuve est avant tout celle des 2CV, ce qui signifie que jamais, le 2CV Racing Teams ne désavantagera des équipes qui engagent des 2CV ou Dyane ! Et la C1 Racing Cup ne devient en aucun cas une catégorie supplémentaire de la 2CV Racing Cup. Pour la saison 2018, nous devrions être en mesure d’organiser des courses distinctes pour les 2CV et les C1 Racing Cup durant la saison, et les 24 Heures deviendront la seule réunion de ces voitures. »

    Signalons encore qu’une équipe télé de la célèbre émission Auto-Moto de TF1 viendra mettre en boîte un reportage sur le caractère exceptionnel des 24H2CV ! Preuve ultime du pouvoir d’attraction et de séduction de cet événement unique en son genre… Rendez-vous en début de semaine pour faire le point sur les favoris dans les différentes catégories… et l’annonce de la participation de plusieurs personnalités parfois inattendues !(com)

  • Legend Boucle de Bastogne 2018:Retour début février, nouvelle catégorie, coefficients revus, parcours remanié,....

    Imprimer

    boucle de bastogne , moteur , sudinfo , lameuse

    A un peu plus de trois mois et demi d'une édition confirmée les 2, 3 et 4 février 2018, les Legend Boucles font déjà l'actualité ce mercredi avec une conférence de presse qui s'est tenue ce mercredi matin dans le Palais abbatial de Saint Hubert, une des communes servant de plaque tournante à une épreuve basée pour la quatrième année déjà au coeur de Bastogne.

     

    A l'ordre du jour de ce point presse, plusieurs aménagements apportés à notre grande classique hivernale. On a beau organiser la plus belle épreuve historique du royaume, on aime au RAC Spa se remettre en questions, évoluer et tenir compte des remarques des concurrents.

     

    Outre la confirmation officielle du retour à la date du premier week-end de février, trois  nouveautés importantes ont été dévoilées aujourd'hui.

     

    Les deux principales concernent la création d'une nouvelle catégorie intermédiaire entre Legend (temps imparti) et Classic (60 km/h de moyenne) baptisée Challenger avec un retour à une moyenne imposée de 80 km/h. Mais aussi des coefficients revus et corrigés en fonction des années d'homologation des véhicules.

     

    Pour la première fois depuis la création de notre épreuve en 2006, il y aura un changement pour les coefficients correcteurs en fonction des années d'âges dans les catégories Legend et Challenger (on ne touche à rien en Classic).

     

    Dans un souci d'équité sportive, afin de ne plus trop favoriser les anciennes et d'éviter les « erreurs » concernant les années de fabrication et d'homologation, après de nombreuses simulations, le comité des sages passionnés veillant aux intérêts de l'épreuve a décidé de ne plus appliquer que les coefficients correcteurs suivants :

     

    -Pour les voitures de la catégorie d'âge 1 homologuées avant le 31 décembre 1961 : 0,95

    -Pour les voitures de la catégorie d'âge 4 homologuées entre le 1er décembre 1982 et le 21 décembre 1986 : 1,05

    -Pour les voitures à traction intégrale de plus de 2000cc : il faut ajouter un coefficient correcteur supplémentaire de 1,1

    -Pour les voitures à traction intégrale de moins de 2000cc : suppression du coefficient correcteur.

    -Pour les voitures des catégories d'âge 2 et 3 homologuées entre le 1er janvier 1962 et le 31 décembre 1981 il n'y a plus de coefficient correcteur.

     

    Voilà une mesure qui devrait simplifier notre système et bien des calculs.

     

    Enfin, même si notre parcours reste secret et les reconnaissances limitées à la journée du vendredi pour les étapes non forestières de la première étape, on peut d'ores et déjà annoncer qu'il y aura encore pas mal de nouveautés par rapport aux éditions précédentes :

    « Notre terrain de jeu est tellement vaste et la demande si importante que l'on peut se permettre de visiter certaines communes seulement une année sur deux, » explique l'organisateur Pierre Delettre. « Ainsi, en 2018, nous traverserons quatre nouvelles communes. L'étape du samedi sera composée de six Regularity Tests à parcourir à deux reprises pour un total de 106 km, tandis que l'étape forestière dominicale sera composée de non moins de sept spéciales « terre » différentes avec 104 km contre le chrono dont un nouveau gros morceau de 35 bornes. Il va encore y avoir du sport et l'occasion de découvrir de superbes paysages de notre superbe pays.

    Les engagements  seront ouverts dès le dimanche 15 octobre prochain à minuit via le site www.racspa.be  (com)

  • Rallye du Condroz 2017 , bientôt toutes les infos timing, plan de ES etc

    Imprimer

    Rallye du Condroz 2017 , bientôt toutes les infos timing, plan de ES etc

  • Cédric Cherain : « Gonflé à bloc en vue du Condroz ! »

    Imprimer

    Cédric ,Cherain ,Condroz ,rallye ,BRC ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Vainqueur de l’édition 2016 de l’East Belgian Rally, avant-dernière manche du championnat de Belgique, Cédric Cherain est monté sur la troisième marche du podium ce samedi soir, devancé par les deux Skoda Fabia R5 de Kris Princen et Vincent Verschueren. Un résultat qu’il convient de qualifier de logique… quand bien même le Liégeois propose une analyse différente.

    « Sur un parcours tel que celui tracé dans la région de Saint-Vith, les Skoda bénéficient d’un atout moteur intéressant, comme j’avais pu le constater l’an dernier, explique Cherain. Je savais donc qu’avec la DS 3 R5, la partie serait plus délicate cette année. Il n’empêche, le temps perdu au cours des cinq premières spéciales est avant tout la conséquence de pneus pluie trop durs, qui m’ont handicapé. Il suffit d’analyser les résultats des spéciales pour s’en convaincre. Après l’ES5, je me retrouvais à 39 secondes du futur vainqueur Princen. Et au bout des 13 spéciales du rallye, je termine 3ème à… 27 secondes ! Ce qui signifie qu’une fois la voiture chaussée de pneus plus efficaces, en l’occurrence des slicks ultra tendres retaillés, j’étais en mesure de faire au moins jeu égal avec les Fabia R5. Je ne prétends pas que j’aurais pu remporter le rallye aisément, mais la deuxième place était à ma portée. Au minimum… »

    La comparaison directe, c’est plutôt avec la Peugeot 208 T16 R5 du Hollandais Kevin Abbring que Cédric Cherain veut la faire… « On sait qu’il existe de nombreux points communs entre la Peugeot et la DS, poursuit Cédric. Or, dès que j’ai été chaussé de pneus me convenant parfaitement, j’ai repris du temps à Abbring, qui a fini par sortir. Dommage car j’aurais apprécié qu’on se batte jusqu’au bout pour le podium… »

    Satisfait de sa médaille de bronze à Saint-Vith, Cédric Cherain aspire à se retrouver au départ de la finale du championnat, à Huy, dans le cadre du très populaire Rallye du Condroz… « Vu les conditions météorologiques de samedi, cet East Belgian Rally avait des allures de petit Condroz, sourit Cédric. Ce qui signifie qu’au niveau set-up de la voiture, nous avons très bien travaillé ce samedi. Il n’en faut pas plus pour que je sois gonflé à bloc en vue de l’ultime épreuve de l’année ! »

    Au moment de dresser le bilan de l’East Belgian Rally 2017, Cherain ne peut que remercier ceux par qui toute cela a une fois encore pu arriver… « Nous avons disposé d’une DS 3 R5 D-Max qui n’a pas montré le moindre signe de faiblesse, ce qui est très important. Merci à l’équipe pour le boulot accompli, à mon copilote Olivier Beck, dont l’engagement était total, mais aussi à mes partenaires. Je suis particulièrement heureux d’offrir un premier podium en BRC à Citropol, et d’avoir porté bien haut les couleurs de Herregods-Franssen, Evolusys, Aliplast, Label Immo Huy, CHL NGR Challenger, DMACK et Eros, sans oublier le Groupe Sud Presse. Merci aussi à Michel Cartiaux (CD Designers) pour les superbes décos qu’il réalise en vue de chaque rallye. Rendez-vous à Huy pour conclure la saison de la meilleure des façons… »(com)



  • Mettet :plan du circuit pour ce 31ème Ladbrokes Superbiker

    Imprimer

    superbiker , mettet , ladbrokes , moto , moteur , lameuse , sudinfo

  • World Rallycross : François Duval en Lettonie sur la Peugeot DA Racing–Eurodatacar

    Imprimer

    moteur ,duval ,world rallycross ,FIA ,peugeot ,208 ,lameuse ,sudinfo

    François Duval effectuera son retour en Championnat du Monde FIA de Rallycross ce week-end. Le pilote belge a en effet été recruté par l’équipe DA Racing–Eurodatacar de la famille Dubourg pour prendre part à la dixième épreuve de la compétition mondiale à Riga, en Lettonie.
     
    « Je remercie la famille Dubourg, et notamment Dominique, d’avoir pensé à moi », se réjouit le vainqueur du Rallye d’Australie 2005. « Jean-Baptiste, qui dispute normalement toute la saison, est retenu en France par un heureux événement et la place était vacante. Quand j’ai reçu la proposition, je n’ai pas hésité une seconde ! »
     
     
    Encore dans le Top 5 lors de l’étape belge du Mondial de Rallycross en 2016, François Duval démontre lors de chacune de ses apparitions qu’il n’a rien perdu de son immense talent. Mais l’ex-star du WRC sait que le défi qui l’attend en Lettonie est de taille !
     
    « Je n’aurai pas eu l’occasion d’effectuer un seul mètre d’essais avec cette Peugeot 208 WRX et je vais évidemment découvrir le circuit », glisse le pilote portant les couleurs de Gordon Finest Beers. « Mais c’est quelque chose qui ne devrait pas trop me pénaliser. Le DA Racing-Eurodatacar est une équipe privée qui vient affronter directement les usines. Nous serons donc un peu David contre Goliath, mais le challenge est très excitant ! J’espère que la météo sera plutôt changeante, ce qui permet de niveler les différences de puissance. Sportivement, il est difficile de se fixer un objectif précis… Mais comptez sur moi pour donner le maximum et remercier la famille Dubourg et toute l’équipe DA Racing-Eurodatacar pour leur confiance ! »
     
     
    Après les vérifications techniques et administratives le vendredi, les pilotes prendront pour la première fois la piste samedi matin pour des essais libres. S’ensuivront ensuite quatre manches qualificatives au terme desquels les 12 pilotes les mieux classés sont qualifiés pour les demi-finales, qui débuteront dimanche à 15h00. Avec François Duval parmi eux ? Réponse dimanche !(com)
  • Rallye de la Famenne :Olivier Collard et Laurent Wilkin, nouvelle victoire pour les habitués de la Famenne

    Imprimer

    Manche incontournable des rallyes communautaires, le Rallye de la Famenne accueillait 124 concurrents à son départ. Sans trop de surprises, les régionaux Olivier Collard et Laurent Wilkin ont tenu bon jusqu'à l'arrivée même s'ils ont dû tenir un œil sur la concurrence. En Prov'Historic, Frédéric François et Maxime Hébrant ont dominé leurs classements respectifs.

    Lire la suite

  • Course de côte de l'M de Bomerée:Julien Vandeput (D4) et Francis Gilles (D123) s'imposent devant un très large public !

    Imprimer

    Enorme succès populaire, la 59e édition de la course de côte de l'M de Bomerée a vu Julien Vandeput s'imposer dans son jardin en Division 4 et Francis Gilles venir à bout, pour la première fois cette saison, de Christophe Le Nouvel en Divisions 1, 2, 3.

    Lire la suite

  • 34ème Critérium Jean-Louis Dumont

    Imprimer

    ASAF , ADEPS ,CSAP ,rallye , moteur ,JL Dumont ,lameuse ,sudinfo

    Un petit mois, il ne reste qu’un petit mois avant que les terres du Waremmien Jean-Louis Dumont, brillant pilote, tragiquement décédé au Circuit des Ardennes 1985, ne résonnent à nouveau au bruit des moteurs qui l’ont fait tant vibrer. Une classique hesbignonne qui, à la sortie de l’été, attire toujours la grande foule. Voici un premier avant-goût, alors que les bulletins d’engagement commencent à rentrer.


    Les 16 et 17 septembre prochain, le « grand Waremme » vivra au rythme du sport qui a façonné la vie de l’un de ses plus grands champion, le Rallye, celui de Jean-Louis Dumont. Pour la 34ème année, l’Ecurie Hesbaye donnera, ces 16 et 17 septembre, le départ d’une épreuve appréciée par les locaux, mais également par les amateurs de parcours rapides.


    Inscrite au calendrier 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des CSAP Brabant et Liège, le 34ème Critérium Jean-Louis Dumont prendra à nouveau ses quartiers au Hall omnisport de Waremme (Rue des prés 43, 4300 Waremme) le samedi 16 septembre prochain. Le parcours, légèrement modifié comptera trois boucles de cinq spéciales, pour un total de 139,68 kilomètres chronométrés, toutes intégralement asphaltées. Comme de coutume, toutes les spéciales ont été tracées « en ligne ». Certaines sont historiques, d’autres de conception plus récente, mais elles assurent de départager les équipages sur leur pointe de vitesse, leur adresse dans les virages rapides et leur précision aux freinages. Ces cinq spéciales portent les noms de Donceel, Tourinne, Oreye, Oleye et Berloz. Seule la première et la dernière ont été légèrement modifiées, nous y reviendrons dans une communication ultérieure.


    A nouveau, le Critérium Jean-Louis Dumont ouvre ses engagements aux divisions 4 (voitures de hautes performances et/ou chaussées de pneus compétition), aux divisions 1-2-3 (pneus homologués pour la route obligatoires), à la division Prov’Historique et à une catégorie « Demo ». Réservée à des véhicules d’avant le 31 décembre 1990, cette catégorie a pour objectif de permettre aux propriétaires de véhicules plus anciens et plus originaux de se faire plaisir et de régaler le public dans un cadre sécurisé, sans aucune notion de compétition ou de chronométrage.


    A l’heure où nous rédigeons ces lignes, une septantaine d’équipages sont en ordre d’engagement. Sans vous faire une litanie des duos annoncés, nous pouvons déjà vous révéler la présence de Deferm, Deveux, Delleuse, Balthasar, Vrijdags, Verboven ou Dumont et Dumont (fils et petit-fils de Jean-Louis). Chacun ayant, dans sa classe, plus qu’une carte à jouer…


    L’Ecurie Hesbaye donne donc Rendez-vous à tous les pilotes, copilotes, riverains, amateurs de sport automobile dès le samedi 16 septembre, dès 14h30 au Hall omnisport de Waremme pour les contrôles technique et administratif. Le lendemain, le dimanche 17 à 08h09, la voiture portant le numéro 1 s’élancera dans la première spéciale, Donceel.


    Comme de coutume, l’accès aux spéciales demeure gratuit pour les spectateurs et le programme comprenant cartes et liste d’engagés sera vendu au centre sportif de Waremme au prix de 5 euros, et ce dès l’ouverture du contrôle technique.


    Toutes les infos sur www.hesbayemotorclub.be/


    N’hésitez pas à consulter nos pages Facebook :
    www.facebook.com/ecurie.hesbaye


    https://www.facebook.com/criteriumjldumont

     

  • La balade Francorchamptoise dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein

    Imprimer

    20727835_162907360937817_68390915022736545_n.jpg

  • 12ème Montée Historique du Maquisard Enfin la victoire pour Johnny Delhez !

    Imprimer

    Johnny Delhez , historique , lameuse , moteur , sudinfo

    Une fois encore, l’Ecurie du Maquisard a rendu une copie parfaite au soir de la 12ème édition de la Montée Historique du même nom. Epreuve par laquelle l’histoire de ces courses de côte réservées aux ‘anciennes’ a commencé, pour devenir le ‘championnat du monde des gars du coin’ que l’on connaît aujourd’hui, et dont la réputation se confirme au gré des ans. Ce dimanche 13 août, plus d’une centaine de voitures garnissaient la liste des engagés, prêtes à enchaîner les montées dans un mode ‘démo’ de mise jusqu’à 16 heures. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé, se pressant en nombre dans les différents points ‘spectacle’ du tronçon serpentant entre le hameau de Marteau et le monument du Maquisard Inconnu, sur le territoire de La Reid, bien décidé à faire honneur à un soleil daignant faire sa réapparition dans le ciel belge pour l’occasion.

     

    A l’image de la superbe Alpine A110 Groupe 4 ex-usine du Français Joël Favé-Lesage, inconditionnel des événements de l’Ecurie du Maquisard, de la Porsche 356 Pré-A de Michel Closjans, la plus ancienne au départ, de la Volvo Amazon de David Troquette ou de la Renault 8 Gordini de Vincent Delhasse, quelques ‘oldtimers’ ont assuré leur part du show au beau milieu d’un plateau de ‘youngtimers’ toujours plus impressionnant ! Comme une certaine part de ces machines issues des années ’80 et ’90 sont des propulsions, les amateurs de glisse ont pleinement pu profiter d’une ‘bonne rasade’ de travers et autres figures plus ou moins contrôlées. Bref, un dimanche convivial à souhait, parfaitement orchestré par une équipe organisationnelle plus que rodée.

     

    Délicieuse tradition des Montées Historiques, dès 16 heures, les chronos sont de sortie pour un système de manches par élimination. Cette année, ils étaient 18 à s’offrir une, deux ou trois montées supplémentaires, afin de bien figurer au classement. Et surprise lors du premier exercice officiel, la Montée en Or, c’est… Aurélie Dehaye qui signait le meilleur chrono au volant de son habituelle VW Golf ! Quand bien même l’application d’un coefficient d’âge permettait à Johnny Delhez de se retrouver en haut de la feuille de classement, une fois les chronos corrigés.

     

    De retour aux affaires après une trop longue absence au Maquisard, Tony Kevers disposait pour l’occasion d’une Porsche 911 accusant… 52 ans d’âge, en fait la machine qu’il a utilisée lors du dernier Liège-Rome-Liège. « Rien à voir avec la Golf 2 au niveau du potentiel, mais je me suis vraiment bien amusé, commentait l’ancien vainqueur de l’épreuve. Je n’ai pas passé le cap de la Super Finale (soit la deuxième montée officielle)car je n’avais pas envie de casser cette belle auto, mais c’était vraiment une belle journée. Promis, l’an prochain, on me verra plus souvent ! »

     

    Dans le clan Dehaye, si Aurélie se fendait d’un nouveau solide chrono, elle était finalement devancée par… son paternel Jean-Marie, qui a clairement de beaux restes ! On imagine les conversations dans l’atelier familial cette semaine ! Les Dehaye père et fille se classaient aux 6ème et 7ème rangs, notamment devancés par la diabolique Mini Sprint de Denis Depelsenaire (vainqueur de la Classe A), et de l’Opel Ascona B de Maxime Hebrant. Le top 10 était complété par Bernard Cornet, médaillé de bronze sur sa VW 1303S engagée dans la Classe S/R (comme la Golf des Dehaye), et donc crédité d’un coefficient défavorable, Jean Duchesne (Ford Escort RS2000 MK2) et Lionel Junius, aussi efficace que spectaculaire sur sa BMW 320i E30.

     

    Johnny Delhez , historique , lameuse , moteur , sudinfoCe qui signifie que cette année, le ‘Final Three’ a opposé deux Porsche 911 à une Ford Escort MK2 ! Et au bout de l’ultime effort, les belles allemandes de Jacques Evrard – la bonne surprise du jour – et André Lausberg – vainqueur de la Montée Historique de Forêt-Trooz il y a quelques semaines à peine – ont subi la loi d’un Johnny Delhez qui est enfin parvenu à imposer sa superbe Escort au look ‘Vatanen-Richards’ ! « Ouf, cette fois, ça y est, expliquait, soulagé, l’agent Ford de Trooz au terme de l’ultime montée. Après une petite sortie de route lors du Sprint Historique de Saive, l’auto est retournée chez le préparateur afin d’être remise en état, ce qui a permis de mettre le doigt sur le souci qui m’a handicapé lors des dernières montées historiques. C’est au niveau de la fourchette d’embrayage que cela ne tournait pas rond. J’ai récupéré une auto nickel, et la victoire est au rendez-vous ! Je suis satisfait et soulagé ! Après le succès de mon fils Alexandre avec l’Escort MK1 à Saive, j’ai enchaîné au Maquisard ! Voilà qui promet pour la suite… »

     

    D’autant que ce dimanche, le fiston était aux abonnés absents, pour cause… de deuxième session d’examens ! Sa revanche n’en sera sans doute que plus grande à Forêt-Trooz au printemps prochain, et qui sait, l’ére Delhez ne fait peut-être bien que commencer sur les épreuves régionales historiques…

     

    Pour être complet, mentionnons encore la victoire de Johnny Delhez en Classe C et d’André Lausberg en Classe D. Le très convoité titre du Roi de l’Escort est revenu à Olivier Querinjean devant Jean-Marc Ruwet, tandis que le Prix du Spectacle est allé à Lionel Junius, qui a devancé Maxime Hebrant et Denis Depelsenaire.

     

    Bref, une 12ème Montée Historique du Maquisard qui a ravi tout le monde. Vivement la suite…(com)

     

     

     Classement Montée en Or

     

    1. Johnny Delhez (Ford Escort MK2), 1’23”707
    2. André Lausberg (Porsche 911), 1’24”231
    3. Jacques Evrard (Porsche 911), 1’26”301
    4. Denis Depelsenaire (Mini Sprint), 1’26”496
    5. Maxime Hebrant (Opel Ascona), 1’27”976
    6. Jean-Marie Dehaye (VW Golf GTI), 1’29”676
    7. Aurélie Dehaye (VW Golf GTI), 1’30’’050
    8. Bernard Cornet (VW 1303S), 1’31’’468
    9. Jean Duchesne (Ford Escort MK2), 1’31’’899
    10. Lionel Junius (BMW 320i), 1’35’’831
    11. Jean-Marc Ruwet (Ford Escort MK2), 1’34’’067
    12. Tony Kevers (Porsche 911), 1’34’347
    13. Olivier Querinjean (Ford Escort), 1’34’’547
    14. Geoffrey Gilles (VW Polo G40), 1’34’’719
    15. Johan Libert (BMW 325i), 1’35’’648
    16. Jos Laudus (Opel Kadett GT/E), 1’35’’738
    17. Michel Closjans (Porsche 356 Pré-A), 1’37’’490
    18. Jacques Blavier (VW Golf VR6), 1’37’’520
  • Rallye-Sprint Condruzien:Yves Matton profite en famille de la DS3 WRC à Haversin Domination et nouvelle victoire de Valentin Burlet

    Imprimer

    Avec une nonantaine d'engagés au départ, le Rallye-Sprint Condruzien réunissait un plateau de qualité. Avec une DS3 WRC, Yves Matton se faisait plaisir sur une monture qui évoluait encore récemment en championnat du monde. Sur sa lancée d'Achêne, Valentin Burlet signait une nouvelle victoire de choix sur ce parcours rapide et naturel. Comme l'an passé, Hubert Deferm l'emportait en historique PH/SR tandis que Benoit Gillot gagnait du côté des Classic.

    Lire la suite