Lopez champion du monde à Suzuka

Imprimer

lopez, suzuka,wtccAprès le titre constructeur acquis il y a deux semaines en Chine, la couronne des pilotes devait encore trouver une tête sur laquelle se poser. Pechito Lopez en était le digne prétendant mais son équipier alsacien Yvan Muller pouvait encore y prétendre. Au final le destin a choisi en course 1.

À l’extinction des feux, il réussissait son meilleur départ de la saison pour virer en tête devant Yvan Muller. Troisième sur la grille, Sébastien Loeb manquait son envol et il bouclait le premier tour en cinquième position, derrière Tom Chilton et Hugo Valente.

Pare-chocs contre pare-chocs, les deux Citroën de tête décrochaient rapidement leurs poursuivants. Mais après quelques tours, Yvan Muller ressentait une possible crevaison à l’arrière. Le mal se confirmait et le quadruple Champion du Monde abandonnait à mi-distance. Cet événement était décisif sur l’attribution du titre Pilotes, mais l’équipe restait totalement concentrée sur la course. Dans un fauteuil, José María López filait vers la victoire, tandis que Sébastien Loeb continuait sa bagarre au sein du peloton. L’explication entre Chilton et Valente tournait à l’avantage de Seb, qui décrochait la troisième marche du podium dans l’avant-dernière boucle !

Cinquante sept ans après Fangio, Lopez est le premier argentin à remporter un titre mondial en sport automobile. Mais malgré la joie de ce titre mondial acquis au pays du soleil levant, les esprits devaient se reconcentrer pour la course 2.

Sur la grille de départ, Loeb, Muller et López se plaçaient aux 8e, 9e et 10e positions. Dans le premier virage, Yvan Muller se montrait le plus inspiré en débordant ses adversaires par l’extérieur. Au premier passage sur la ligne de chronométrage, il était sixième devant Seb et Pechito.

Groupées dans un mouchoir, les trois Citroën butaient derrière Hugo Valente. Muller tentait sa chance au cinquième tour. Les deux voitures se touchaient et Valente abandonnait. Dans la foulée, López se glissait dans un trou de souris pour prendre le dessus sur Loeb. Cinquième, sixième et septième, les trois C-Elysée WTCC restaient dans cet ordre jusqu’au drapeau à damiers. Et c’est la Honda Civic de Gabriele Tarquini qui remportait la bataille et offre la victoire à domicile pour son équipe. La joie est également palpable dans le chef du petit italien.

Evidemment Pechito Lopez est sur un petit nuage : « Ce qui m’arrive aujourd’hui me procure un sentiment incroyable. Comme toujours, ce sont les remerciements qui me viennent en premier à l’esprit. Merci à ma famille, à tous ceux qui m’ont permis d’avancer dans des moments plus difficiles, et à Citroën qui m’a choisi pour piloter une de ses C-Elysée. Merci à tous les ingénieurs et mécaniciens. Pas seulement ceux qui s’occupent de ma voiture, car nous travaillons tous ensemble. C’est très spécial de gagner sur un des circuits fétiches d’Ayrton Senna. Il a conquis deux titres ici et je suis fier de faire de même. C’est également un honneur de succéder à Juan Manuel Fangio au palmarès des Champions du Monde argentins. C’est grâce à lui que notre pays est aussi passionné de sport automobile et je suis fier de faire briller nos couleurs en FIA WTCC. »

Il reste désormais un meeting et deux courses pour les concurrents du WTCC dans les rues de Macao du 13 au 16 novembre prochain pour clôturer cette saison.

 

Les commentaires sont fermés.