Jean-Noël Tournay et Vincent Gallet ouvrent le bal sur un nouveau parcours apprécié mais délicat

Imprimer

10531399_10153287988264797_8284124634891114728_o.jpg

Pour entamer la saison 2015 du championnat des rallyes-sprint de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Namur Racing Club proposait un nouveau tracé inédit entre les campagnes de Surice et Villers-le-Gamblon. Jean-Noël Tournay (Division 4) et Vincent Gallet (Divisions 1-2-3) s’y sont imposés sans faille, imités dans les classements historiques par Christophe Van Riet (classic) et Nicolas Thiery (S/R).(photo:J.Deskeuvre)

Sous une météo clémente, le championnat communautaire des rallyes-sprint a repris ses droits ce dimanche lors de cette épreuve initiée à la mémoire de Bernard Muller et de David Gilson. Largement appréciée par les 74 concurrents présents au départ, cette nouvelle « spéciale » allait, hélas, faire beaucoup de dégâts. Les nombreuses sorties de routes, entrainant un retard trop conséquent, contraignaient d’ailleurs l’organisation à faire l’impasse sur le 4ème passage. Et si certains équipages ont pu nous donner des sueurs froides au vu des dégâts matériels, on ne déplorait heureusement aucun dommage corporel important, si ce n’est quelques courbatures chez les concurrents piégés.

Au sein de la Division 4, qui regroupe les véhicules de haute cylindrée et/ou ceux des concurrents ayant choisi l’utilisation de pneus de compétition, Jean-Noël Tournay partait avec la cote de favori sur sa Mitsubishi Lancer Evo8. Un statut qu’il allait parfaitement assumer, même s’il ne s’imposait finalement qu’avec une quinzaine de secondes d’avance sur l’autre Mitsubishi Lancer, celle de Jean-Marc Becker, auteur du meilleur chrono de la journée dans l’ultime spéciale. Belle performance quand on sait que ce dernier évoluait en pneus de tourisme. La troisième marche du podium revenait à Nicolas Cabu qui, avec sa BMW 325i E36, ne pouvait logiquement rien faire face aux tractions intégrales japonaises. Derrière lui, la lutte faisait rage pour le gain de la classe 13, entre Fabrice Gomet et Philippe Ledoux. Le pilote de la Peugeot 306 GTi ne s’imposant que pour 4" face à celui de l’Opel Astra GSi. Venu découvrir sa nouvelle Peugeot 207, Jean-Louis Delogne prenait la 6ème place devant le toujours spectaculaire Christian Paquet, lauréat dans sa catégorie sur son habituelle Toyota Corolla GT.

Du côté du classement réservé aux divisions 1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, Vincent Gallet prouvait qu’il n’est pas le champion en titre de la discipline par hasard en prenant d’emblée le commandement pour ne jamais le quitter sur sa Peugeot 306 GTi. La bonne surprise venait d’Alan Marée, auteur du meilleur temps au 2ème passage ; le pilote de l’Opel Kadett GT/E en étonnait plus d’un en terminant en brillant dauphin du vainqueur. Même son de cloche pour Thierry Lefin, venu vérifier le bon fonctionnement de sa Citroën C2-R2 Max ex-Dilley : il entamait sa course par un excellent  2ème temps au général avant de décider d’en rester là. Derrière eux, Vincent Bouchat livrait une course régulière au volant de son habituelle Renault Clio RS, ce qui lui permettait de ravir la dernière marche du podium. Au pied de celui-ci, la lutte faisait, par contre, rage entre un quatuor mettant aux prises Antoine Regnier (Peugeot 205 GTi), Geoffray Vecoven (VW Golf 2 GTi 16v), Serge Minet (Renault Clio RS) et Nicolas Vanderweerde. Alerté par un comportement anormal de sa Peugeot 106 GTi dans les derniers mètres de la course, ce dernier préférait relâcher son effort, laissant les trois autres terminer dans cet ordre, groupés en 4 secondes à peine ! Notons que sans deux petits excès d’optimisme en début et en fin d’épreuve, Karl Dutronquois (Renault Clio R3) aurait également pu se mêler à eux ; en atteste son excellent chrono lors du 2ème passage. Plus sage, Jean-Claude Mayné (BMW M3) se contentait de la victoire en classe 11 et du 7ème rang au général. Dans sa catégorie, il devançait Marcel Wirtz (Mercedes 190-E) classé deux places derrière lui, au « général ». Marc Delfosse, quant à lui (Suzuki Swift GTi), clôturait le top 10 en repartant avec la coupe du vainqueur en classe 8, juste devant Thierry Baivier (Honda Civic Type-R), lui aussi victorieux dans sa classe.

Dans les autres catégories, Benjamin Thomas (Opel Corsa GSi) venait à bout de l’expérimenté Frédéric Denis (Honda Civic VTi) dans la classe 5 alors que Raphaël Stasse (Peugeot 106 Rallye) profitait des déboires de Benjamin Dubasin (roue dans l’ES3) pour s’imposer en classe 4. Seul au départ dans la classe 2, Jeson Staelens (Citroën C2 VTS) avait le mérite de voir l’arrivée, contrairement à beaucoup d’autres. Enfin, la plus petite des classes tombait dans l’escarcelle de Luc Delfosse qui dominait cette fois son habituel rival, Joël Borgnet (tous deux sur Suzuki Swift GTi).

Dans la Division Prov’Historic « Classic », Christophe Van Riet et son envoûtante Ford Escort MKI prenaient progressivement le meilleur sur Carl De Ridder et sa spectaculaire Opel Manta B. Ajoutant une dose de variété bienvenue sur sa Talbot Lotus, Jean-Claude Simon grimpait sur le podium en emportant sa catégorie au passage. Tout aussi originale, la Toyota Corolla d’Eddy Tschmil ravissait également la victoire de classe. Seul engagé dans le classement S/R, Nicolas Thiery menait sa Porsche 944 à bon port. Prochain rallye-sprint F.W.B. : R.S Franco-belge, le 26 avril

Division 4:
 
1. J-N. Tournay-L. Didier (Mitsubishi Lancer E8-1er 4/14) en 21’34
2. J-M. Becker-A. Rolin (Mitsubishi Lancer E6-1er 4/15) +16"
3. N. Cabu-A. Lambert (BMW 325i E36-4/15) +1’04
4. F. et J-R. Gomet (Peugeot 306 GTi-1er 4/13) +2’06
5. P. Ledoux-T. Broddle (Opel Astra GSi 16v-4/13) +2’10
6. J-L. Delogne-A. Prégaldien (Peugeot 207-4/13) +3’03
7. C. Paquet-D.Dehaybe (Toyota Corolla GT-1er 4/12) +3’52
8. J. PayenN. Marseguerra (Peugeot 206 RC-4/13) +4’24
9. M. Delage-M. Tonnon (Opel Corsa GT-4/12) +5’30
10. D. Gadisseur-T. Minne (Peugeot 205-4/12) +5’57 (10 classés)
 
Divisions 1-2-3:
 
 
1. V. Gallet-M. Lapaille (Peugeot 306 GTi-1er 3/10) en 21’39
2. A. Marée-M. Van Orschaegen (Opel Kadett GT/E-3/10) +15"
3. V. Bouchat-T. Brassine (Renault Clio RS-3/10) +20"
4. A. Regnier-N. Descarte (Peugeot 205 GTi-3/10) +40"
5. G. Vecoven-M. Reynaert (VW Golf 2 GTi 16v-3/10) +42"
6. S. Minet-A. Macors (Renault Clio RS-3/10) +43"
7. J-C. Mayné-M. Gourmeur (BMW M3-1er 3/11) +54”
8. N. Vanderweerde-A. Sacré (Peugeot 106 GTi-1er 3/9) +58”
9. M. Wirtz-F. Martin (Mercedes 190-E-3/11) +1’2
10. M. Delfosse-F. Babelaine (Suzuki Swift GTi-1er 3/8) +1’29
 
11. T. Baivier-F. Lahaye (Honda Civic Type-R-1er 2/6) +1’52
12. W. Piccinni-M. Kerf (Opel Corsa GSi-3/9) +2’01
13. J. Rousselet-R. Olivier (Citroën Saxo 16v-3/9) +2’04
14. B. et A. Thomas (Opel Corsa GSi-1er 2/5) +2’06
15. C. Biris-Y. Vanden Broeck (Honda Civic VTi-3/9) +2’11
(38 classés)
 
 
Prov’Historic Classic :
 
 
1. C. Van Riet-N. Bertrand (Ford Escort MKI-1er PH/17) en 22'56
2. C. De Ridder-T. Gilson (Opel Manta B-PH/17) +46”
3. J-C. Simon-C. Knott (Talbot Lotus-1er PH/18) +2’26
4. Y. Bar-S. Bailly (Opel Manta B-PH/17) +2’52
5. L. Renard-D. Fraipont (Ford Escort MKII-PH/17) +3’34
6. E. Tschmil-M. Carte (Toyota Corolla-1er PH/16) +5’53
(6 classés)
 
 
Prov’Historic S/R:
 
1. N. Thiery-M. Lejeune (Porsche 944-1er PH/SR) en 24'46  

Les commentaires sont fermés.