Baisse significative de fréquentation depuis de nombreuses années pour la 32e édition du rallye de Wallonie

Imprimer

20150317150503-c0845878.jpg

Avec seulement 96 voitures engagées, c'est au rallye de Wallonie que, pour la première fois de la saison, les partisans des R5, S2000, WRC et R-GT vont enfin tous pouvoir se livrer à une véritable lutte à armes égales entre eux. En effet, l'organisateur a pris ses responsabilités en évitant de mettre des bâtons dans les roues de certains... Tant mieux pour le sport, évidemment, et pour le spectacle !

La fin de la S2000 ?

Après avoir décroché le premier podium d'une S2000 au rallye de Wallonie l'an passé, Freddy Loix, champion en titre, disputera peut-être sa dernière course avec sa fidèle Skoda Fabia S2000 avant de passer à la R5.

Des adieux en fanfare? Il l'espère sans doute mais la concurrence sera âpre. A commencer par Kris Princen, dernier vainqueur en date à Namur et actuel leader de la compétition, dont la Peugeot 208T16 emmènera les nombreuses R5 de la concurrence: Ford Fiesta R5 pour Philippe Stéveny et Michiel Biecx; DS3 pour Vincent Verschueren, Cédric Cherain, Jourdan Serderidis et, surtout, le jeune Français Stéphane Lefebvre, champion du monde junior en titre et pilote officiel DS en WRC-2 cette saison, tout à fait capable d'étonner la galerie pour sa première participation au rallye de Wallonie... car il pourra compter sur l'énorme expérience de son copilote, Pieter Tsjoen, huit fois vainqueur à Namur... au volant !

Signalons encore la présence de la Peugeot 207 S2000 ex-Neuville et Deferm du Luxembourgeois Steve Fernandes, toujours en plein apprentissage.

Cinq WRC  

Alignant des montures certes plus « anciennes » mais pas moins performantes, les pilotes de WRC entendent bien profiter de l'occasion qui leur est offerte de rouler à Namur dans de bonnes conditions pour se mettre en avant.

A commencer par Xavier Bouche, engagé de toute dernière minute au volant d'une fringante Ford Fiesta WRC 1.6T. Sera-ce la bonne année pour le Marchois, 2e l'an passé et en 2006 ? A voir...

Sur le rapide tracé namurois, les anciennes WRC 2.0T ne seront-elles pas plus à l'aise ? Trois pilotes particulièrement risquent de faire parler d'eux : Benoît Allart, auteur l'an passé de cinq meilleurs temps au volant de la même Skoda Fabia que celle dont il dispose cette saison ; David Bonjean, qui, sans objectif en BRC, a finalement décidé d'aligner comme l'an passé une Citroën Xsara italienne afin d'économiser sa splendide Subaru S12B et Bertrand Grooten, lassé de la DS3 R5, qui a en conséquence jeté son dévolu sur sa soeur aînée, la Citroën C4 WRC.

Il ne faudra pas non plus sous-estimer Laurent Léonard qui évoluera à domicile au volant de sa nouvelle Subaru WRC S9. Seul, sans doute, Laurent Mottet aura besoin d'un temps d'adaptation à sa Skoda Fabia WRC de location.

Désormais reléguées par la réglementation FIA, à un rôle de faire-valoir, différentes Mitsubishi, tantôt inscrites en RC1 (configuration Gr.A), tantôt en RC2 (configuration Gr.N ou R4), ne manqueront pourtant pas de montrer qu'elles ont de beaux restes, surtout aux mains d'Olivier Collard et Anthony Martin (deux A8), Eric Cunin et Johan Faes (deux R4) voire encore de Michaël Albert (N4) mais pas de Laurent Benoît, finalement forfait.

Un terrain idéal pour les Porsche

Mais si les conditions météo sont clémentes, ce sont les GT qui seront elles aussi appelées à briller sur les routes namuroises, surtout quand il s'agit de trois Porsche 997 GT3 – ce qui se fait de mieux en la matière à l'heure actuelle – aux mains de trois pilotes de grand talent comme Patrick Snijers, Tim Van Parijs, tous deux habitués de longue date au coupé allemand et Jean-Pierre Vande Wauwer. dont tout le monde a encore en tête l'exploit réalisé lors du dernier rallye du Condroz. Au sein de ce trio infernal, quelque chose nous dit que ce sera le plus malin qui émergera, et sans doute en (très) bonne place !

D'autres « deux roues motrices » spectaculaires et rapides, engagées en NCM, devraient jouer un rôle en vue. Il s'agit des BMW de Tobi Vandenberghe (130i, 9e à Landen, 7e à Tielt), Jordan Scaillet (M3 E90, champion de Belgique 2010 du Gr.M) et Stéphane Boelens (M3 E46).

Entre tractions et Juniors...

Le championnat Junior accueillera, de son côté, sept concurrents. Aux habitués que sont Andy Dewallef (actuel leader, Renault Twingo R1), Joël Vermeire (DS3 R1) et trois pilotes engagés en R2, Polle Geusens (un des participants de la Peugeot 208 Rally Cup), Amaury Molle et Gert-Jan Kobus (deux Fiesta), viendront s'ajouter Lucas Walbrecq (Citroën C2 R2 Max) et le débutant régional Simon Mirguet (Fiesta R2).

Mais, du côté des tractions, bien d'autres motifs d'intérêt vaudront le coup d'oeil. Comme la Peugeot 208 Rally Cup où Geusens retrouvera notamment Cédric De Cecco, la prestation hors cup (pour cause de pneus) de l'autre 208 de Caren Burton et celle d'Emeric Rary en Citroën C2 R2 Max, la lutte entre les DS3 R3T Max de Guillaume Deridder, Guillaume Dilley et Armand Fumal, les débuts en Opel Adam R2 du talentueux Stephan Hermann, la participation de Frédéricq Delplace avec une rare Suzuki Swift S1600, les autres Fordistes emmenés par Adrian Fernémont et Xavier Baugnet (Fiesta R2), Thibaut Radoux et Jean-Louis Boesmans (Fiesta R200) mais aussi tous les « occasionnels » que sont les rapides Christophe Verstaen (Opel Astra M2000), Bastien Rouard et P-J Kaufmann (Renault Clio RS) ou Aurélie Dehaye (VW Golf III kit-car)...notamment.

Du spectacle aussi avec les historiques

Enfin, relativement peu nombreux au départ, les véhicules inscrits dans le « HBRC » auront le privilège d'ouvrir les hostilités, vendredi soir, sur les pentes de la Citadelle de Namur. Sûr qu'avec des pilotes de la trempe de Christophe Demortier, Pascal Regnier, Jacky Hannon (Ford Escort RS Gr.4), Alexander Derez (BMW 2002, 3e du HBRC) ou Jens Maes, Stefaan Prinzie et Tony Lattaque (Opel Ascona ou Manta), le spectacle sera bel et bien assuré, la petite Austin A35 de l'Anglais Kevin Haselden jouant le rôle de mascotte de l'épreuve !

Rappelons, pour terminer, qu'il n'y a pas d'annexe Critérium cette année, ce qui peut expliquer partiellement la participation en baisse, même si le rallye de Wallonie, en collaboration avec le rallye du Condroz, a lancé le Challenge Mosan pour inciter les équipages purement régionaux à franchir le pas du BRC. Ainsi, tous les concurrents disputeront l'épreuve au complet, soit 251 km chronométrés répartis en 3 étapes et 27 spéciales.

Premier départ ce vendredi 1er mai à 18h avec la spéciale show de la Citadelle de Namur et arrivée finale prévue dimanche sur le coup de 16h dans le chapiteau installé au centre de Jambes(com)

Les commentaires sont fermés.