NASCAR Whelen Euro Series 2015 :Eric De Doncker : « Une sacrée expérience ! »

Imprimer

NASCAR Whelen Euro Series,De Doncker,moteur,sudinfo,la meuse,motor sport

La redécouverte de la NASCAR Whelen Euro Series s’est poursuivie ce week-end pour Eric De Doncker et l’équipe Insulco Motorsport 98, qui ont fait connaissance avec le mode de compétition favori des Américains : la course sur piste ovale ! Deuxième manche de la série européenne s’inspirant du sport auto roi aux States, l’Autospeedway American Style disputé sur le Raceway Venray aux Pays-Bas, un ovale de 800 mètres (soit un demi-mile), a forcément demandé un temps d’adaptation…

« Une sacrée expérience, clame le pilote de la Ford Mustang #98. Après un tour, je suis rentré en me disant que ce n’était pas pour moi ! Puis je suis remonté en piste, et j’ai commencé à apprécier. Les chronos descendaient, j’ai pris confiance… avant de brosser le mur, sans gravité heureusement ! Hélas, lors des essais libres, j’ai été pris dans un carambolage typique sur ce genre de piste. Un concurrent devant moi est parti en tête-à-queue, je suis monté sur les freins pour l’éviter, et cela a tapé de l’arrière ! Résultat : suspension avant cassée, tout comme la servo-direction, du temps de piste perdu, et des conséquences plus tard dans la journée… »
 
Il n’empêche, pour ses grands débuts sur ovale, De Doncker était clairement dans le coup… « Je suis satisfait de mes performances chronométriques, même si nous avons consacré une bonne partie du week-end à tenter de comprendre pourquoi la voiture devenait parfois difficile à piloter, poursuit Eric. La réponse se trouvait au niveau de la pression des pneus. Parfaite illustration que le pilotage sur ovale n’a rien à voir avec ce qu’on connaît en Europe. En outre, c’est quelque-chose de très physique sur un ‘Half Mile’ comme le Raceway Venray. J’avoue qu’après deux courses en Elite 1 et autant en Elite 2, il était temps que cela se termine. En course, j’ai avant tout veillé à éviter les gros soucis, faisant confiance à mon ‘spotter’, et contrairement à d’autres, je n’ai pas été victime d’un gros crash. Mais il est difficile de doubler sur ce type de piste, car la trajectoire la plus rapide est celle en haut du ‘banking’. Quand vous voulez piquer un concurrent en lui faisant l’intérieur, vous manquez clairement de jus au moment de la relance. Pas simple… »
 
Résultat de cet apprentissage en version accélérée : une jolie collection de places d’honneur, deux nouvelles victoires en Legend (pilotes de plus de 50 ans en Elite 2) et des podiums en Challenger (pilotes non-Gold en Elite 1). « Un week-end globalement positif, même si j’aurais souhaité de meilleurs résultats au classement général des différentes courses, analyse le pilote de la #98 aux couleurs d’Insulco. Samedi soir, on a procédé au remplacement du boîtier de direction assistée, conséquence du carambolage des essais libres, car des ennuis de direction m’ont handicapé lors de la Course 1 en Elite 1 et en Elite 2, alors que j’avais signé le 8ème meilleur temps des qualifs en Elite 1. Or, comme le classement de ces premières épreuves servait à l’élaboration des grilles de départ dominicales, le mal était fait. Mais bon, la régularité paye, puisque je me retrouve à la 6ème place de la compétition Elite 2, et aux portes du top 10 en Elite 1. Le prochain rendez-vous aura lieu sur la piste Indy de Brands-Hatch, en Angleterre, le premier week-end de juin, et j’espère pouvoir enfin passer la vitesse supérieure. Mais dans une compétition aussi relevée que la NASCAR Whelen Euro Series, il importe avant tout de ne rien précipiter et de faire preuve d’humilité. Et là, je m’applique… » (com)    

Les commentaires sont fermés.