François De Spa (Escort MK1) et le concept des Montées Historiques grands vainqueurs du jour !

Imprimer

 

IMG_7948.jpg

Une côte de toute beauté, une météo conciliante, et un public plus nombreux que jamais ! Ce dimanche 31 mai 2015, c’est à la plus belle édition de la Montée Historique de Forêt-Trooz que l’on a assisté, preuve définitive que le concept est bien dans l’air du temps, et même porteur d’avenir… « Toute l’équipe de l’Ecurie du Maquisard peut être très satisfaite du travail accompli ici et de la manière dont les choses se sont déroulées, explique Robert Vandevorst, Président de l’écurie organisatrice.

Non seulement nous avons une nouvelle fois pu compter sur un plateau de près d’une centaine de voitures, mais je vois au moins deux autres raisons de savourer la réussite de cet événement qui rend ses lettres de noblesse à ce qui s’appelait naguère la Course de Côte de Fléron. En ce dimanche 31 mai, plusieurs concurrents habitués de nos Montées Historiques n’ont pu être de la partie, pour diverses raisons notamment en rapport avec le calendrier, mais visiblement, le vivier est conséquent, puisque ces absents ont été remplacés par un nombre intéressant de nouveaux venus ! Et parmi ceux-ci, nous avons pu remarquer la présence de nombreux jeunes pilotes, au volant de voitures construites bien avant leur naissance ! Le principe des Montées Historiques est donc bien des les mœurs, et il permet à de très nombreux amateurs de pratiquer le sport automobile sans se prendre la tête. Là est le plus important… »

 Pas un seul incident majeur n’est venu perturber le déroulement d’une journée au cours de laquelle les concurrents ont pu monter un maximum de fois jusqu’au cap des 16 heures. Parmi les bolides que le public a apprécié à leur juste valeur, il convient de relever la BMW E21 Groupe 5 de Stéphane Petre, une bavaroise aux spectaculaires appendices aérodynamiques datant de 1980, propulsée par un moteur 2,5 litres développant 270 chevaux ! Ou encore la réplique de Porsche RSK de Paul Royen, qui a permis au public d’apprécier un bolide qui faisait tourner bien des têtes au cœur des années ’60. Ou quand qualité et quantité se disputent la vedette au gré des épingles et autres courbes rapides du tronçon de route grimpant en direction de Forêt-Village depuis le centre de Trooz…

 Comme le veut la coutume dans les organisations de l’Ecurie du Maquisard, dès 16 heures, la côte était réservée aux concurrents souhaitant défier le chronomètre au cours de la Montée en Or. Ils étaient une quinzaine à se livrer à l’exercice cette année, et en l’absence de Jean-Pierre Van de Wauwer, Tony Kevers et Geoffrey Leyon, François De Spa n’a pas eu à forcer son talent pour imposer sa Ford Escort RS1600 MK1 lors des trois montées officielles, clôturant l’exercice avec 3’’9 de bon sur son plus proche poursuivant… « Et pourtant, tout n’a pas été simple, expliquait François en fin de journée. Mon Escort est en effet privée de 5ème rapport depuis la Montée Historique de Richelle, ce qui m’a forcé à user de subterfuges pour ‘allonger’ les rapports. J’ai ainsi monté des jantes de 15’’ sur des pneus conventionnels, en lieu et place des très efficaces jantes de 13’’ avec des pneus Racing. Résultat : je me suis fait surprendre quelques fois, et je suis même parti en tête-à-queue. Mais bon, la victoire est au bout de la journée, je ramène des coupes à la maison, ce qui fera plaisir à mes enfants ! »

 Si De Spa faisait honneur à son rang de grand favori, remportant également la Classe C, ses derniers adversaires lors du ‘Final Three’ n’ont pas démérité, Bernard Cornet étant cette fois épargné par les ennuis techniques sur sa spectaculaire VW Cox, tandis que Patrick Albert tirait le maximum de sa Porsche 911. Ces deux pilotes s’imposaient dans les Classes B et D. Au pied du podium, c’est pour 3 dixièmes de seconde que Maxime Hebrant (Opel Manta) prenait l’avantage sur Walter Piccinini (Opel Corsa). Quant au local José Chacon (Fiat 128), il doublait sa 6ème place finale d’une victoire dans la plus petite des catégories (Classe A). On notait encore la 9ème place absolue de la superbe Porsche 356 Pré-A 1954 de Michel Closjans, qui finissait dans le sillage des VW Golf de Bruno Claessens et Benoît Thiry, mais devant la VW Polo G40 de Christophe Bouille, l’Opel Corsa GSI de Geoffrey Gilles, la Fiat 128 d’Edouard Chacon et la VW Golf de Paul François. Moins de chance pour Charles ‘Chavan’, dont la Porsche 911 était victime d’un bris de cardan sur la ligne de départ de la première montée officielle… Mais la présence de ce grand Monsieur du sport automobile belge n’est nullement passée inaperçue…

Signalons encore que si François De Spa a méritoirement décroché le titre très convoité de ‘Roi de l’Escort’, Lionel Junius (BMW E30) s’en est retourné avec le Prix du Spectacle.

 Une fois encore, la collaboration entre l’Ecurie du Maquisard, la commune de Trooz et le Syndicat d’Initiative local s’est soldée par un événement de qualité et convivial à souhait. Une franche réussite qui en appelle d’autres, avec une quatrième édition d’ores et déjà programmée au printemps prochain…(com vf)   

Les commentaires sont fermés.