Xavier Portier copilotera Yves Matton à la place de Daniel Elena

Imprimer

Le patron de Citroën Sport, privé des services du nonuple champion du monde Daniel Elena, retenu par ses obligations pour le Dakar, a jeté son dévolu sur un régional de l’étape, le Marchinois Xavier Portier, pour viser une nouvelle fois le podium.

Xavier comment ce projet a-t-il été mis sur pied ? Daniel Elena étant pris par ses engagements sur le Dakar avec Sébastien Loeb et Peugeot, Yves Matton cherchait un autre copilote. Il a demandé conseil à Bruno Thiry avec qui j’avais roulé en 2011 sur cette épreuve et apparemment les propos de Bruno étaient enthousiastes. Assez pour convaincre le patron de Citroën qui m’a contacté début octobre. C’est assez particulier car si je n’avais pas eu cette proposition, j’aurais bien tenté de ramener Bruno derrière le volant.

Ressentez-vous une pression supplémentaire en prenant la relève d’Elena ? Même si j’essaye d’en faire abstraction, elle est là. Daniel est un monument du sport automobile avec ses 9 titres aux côtés de Loeb. Et puis je serai avec le patron de Citroën Sport. Je sais qu’Yves est super pro dans son boulot et qu’il doit donc avoir des exigences lors de « son » rallye du Condroz, mais le mot d’ordre premier est de s’amuser. Mes proches savent toutefois que dès le mercredi de la course, je serai dans ma bulle, concentré sur mon job de copilote.

Vu le planning serré d’Yves Matton, comment préparez-vous cette compétition ? Ce n’est pas évident. Yves est souvent à l’étranger. Nous avons pu effectuer une journée de reconnaissances vers le 11 octobre au cours de laquelle on a filmé en continu. Cela m’a permis d’adapter de mon côté les notes que Daniel Elena m’avait refilé. J’étais donc prêt pour la deuxième journée libre dans notre timing, dimanche dernier. J’ai pu y affiner quelques détails. Mais c’est surtout pour s’adapter à la voiture que cela sera très serré. On disposera d’une seule journée, le jeudi du rallye, pour la découvrir.

Ce sera votre grande première en DS3 WRC ? Oui. Pour moi et pour Yves. Il a roulé les deux éditions précé- dentes sur une Xsara WRC quant à moi, j’étais aux côtés de Philippe Stéveny dans une C4 WRC au Wallonie et à Hannut. Mais ni l’un ni l’autre n’avons déjà testé ce modèle. On aura la version 2011 et Jourdan Serderidis aura lui la mouture plus récente (2014). Un pari a d’ailleurs été lancé entre les deux patrons pour voir qui allait terminer devant.

Quels seront vos objectifs sur cette course ?Officiellement, nous viserons le top 5. Mais officieusement, Yves aimerait à nouveau monter sur le podium. Sans oublier qu’il espère terminer devant Jourdan (Serderidis) et Stéphane (Lefèbvre). Pour moi, améliorer la 8e place de 2009 serait déjà intéressant, mais si tous paramètres (auto, pilote, chance…) sont de notre côté, nous n’hésiterons pas à inscrire notre nom au palmarès. Ce serait la cerise sur le gâteau.

Gagner le Condroz est votre rêve ? J’avais deux rêves par rapport à ce rallye : courir avec Bruno (Thiry) et m’aligner dans une WRC. Gagner l’épreuve n’est pas au programme mais quand on a atteint ses objectifs, il faut s’en fixer d’autres comme (re )prendre part à certaines manches mythiques du championnat du monde ou remporter la manche nationale hutoise.

Source info Sudpresse:MR

Edition en PDF :

Capture.PNG

 

Les commentaires sont fermés.