Le Citroën Belux Junior Team constituera l'une des attractions du Championnat de Belgique des Rallyes 2016

Imprimer

Réactions des principaux acteurs de l'opération Citroën Belux Junior Team qui débutera officiellement lors du Spa Rally, les 18 et 19 mars.

KEVIN DEMAERSCHALK

Kevin, votre intégration au Citroën Belux Junior Team est-elle cette seconde chance que vous attendiez ?

"Tout à fait. À 25 ans, je réfléchis davantage et j'ai évidemment gagné en maturité. Je dois aussi souligner l'apport de mon copilote, Bram Eelbode, qui m'a fait comprendre pas mal de choses. Déjà qu'avant de vouloir faire des résultats, il faut d'abord terminer les rallyes. Depuis deux ans, je pense que mes résultats prouvent que j'ai assimilé ce principe. Et je me réjouis maintenant de pouvoir grimper d'une catégorie avec ce beau programme de 5 courses en DS3 R5."

Ces dernières saisons, vous avez enchaîné les performances en DS3 R3. Avez-vous le sentiment d'avoir fait le tour de cette catégorie ?

"En Belgique, sur les différentes épreuves que nous avons pu disputer, je ne pense pas que nous aurions pu aller encore plus vite avec la DS3 R3... Je suis content aussi de voir que Citroën a pensé à moi pour ce projet. Après deux saisons passées en DS3 R3, nous avions décidé l'an passé avec Bram d'acquérir notre propre voiture. Les liens avec Citroën Belux et Yves Matton ne sont donc pas nouveaux et notre fidélité est aujourd'hui récompensée. Je suis heureux de recevoir leur confiance."

Comment allez-vous aborder cette saison 2016 en DS 3 R5 ?

"Lors des premiers rallyes, la priorité absolue sera d'apprendre la voiture et d'accumuler les kilomètres. Avec Loix, Princen et Verschueren, le niveau du championnat de Belgique est vraiment très relevé. Dès le troisième ou le quatrième rallye, c'est-à-dire à Ypres ou à Roulers, j'espère être déjà un peu plus près. Et l'objectif est évidemment d'essayer de me hisser à leur hauteur en fin de saison, au Condroz."

GUILLAUME DILLEY

Guillaume, votre nomination dans un Junior Team officiel est-elle plutôt un aboutissement ou le début d'une nouvelle aventure ?

"C'est à la fois un aboutissement et un nouveau challenge. Je suis très heureux et fier de pouvoir défendre en 2016 les couleurs de Citroën Belux. Mais c'est aussi évidemment un nouveau défi. J'ai roulé en R2, puis en R3, et je me retrouve maintenant au volant d'une DS3 R5. Quelque part, c'est la suite logique de mon apprentissage en championnat de Belgique des rallyes."

Au Condroz, vous avez découvert le pilotage de la DS3 R5, avec déjà un bon résultat à la clé. Ce fut la révélation que la DS3 R5 devait être votre future monture ?

"Instinctivement, j'ai toujours pensé que mon style de pilotage était plus adapté à une 4x4 qu'à une traction avant. Mais comme on peut le constater à tous les niveaux, pour aller vite en R5, il faut tout d'abord aller très vite en traction avant car les voitures modernes se pilotent davantage sur le train avant. Même si je me sens plus à l'aise au volant d'une 4 roues motrices, l'expérience acquise en R2 et en R3 me sera très bénéfique."

Ces dernières saisons, vous avez remporté les titres en Gr.M, Junior, R2 et R3. En plus du titre de vice-champion du BRC en 2015. Quelle sera votre  ambition cette année avec la DS3 R5 ?

"Notre programme débutera à Spa et je ne disputerai pas toutes les manches du championnat. Je n'ai donc pas d'objectif précis cette année en BRC. Si ce n'est celui de progresser. Je ferai comme je l'ai toujours fait: je prendrai mon temps pour découvrir la voiture et évoluer étape par étape. En comptant aussi évidemment sur le soutien de Stéphane Prévot pour progresser. Je ne suis pas une tête brûlée. Lorsque je me sentirai suffisamment à l'aise, je hausserai le rythme. Quant au programme, j'espère ajouter aux épreuves du BRC prévues une participation au rallye d'Allemagne. Dans l'immédiat, je suis surtout impatient de prendre mes marques sur ma nouvelle DS3 R5 et d'être au départ du Spa Rally !"

BRAM EELBODE

Bram, avez-vous le sentiment que Kevin Demaerschalk est désormais prêt pour ce grand défi au volant d'une DS3 R5 ? Et comment est-il dans la voiture ?

"Je pense en effet que le moment est idéal pour passer à la catégorie supérieure. Kevin exploite au maximum la R3. Évidemment, nous allons avoir besoin d'une période d'adaptation à la R5. Il ne faut pas s'attendre à nous voir jouer en début de saison avec Loix et Princen. Ce que j'apprécie le plus chez Kevin, c'est qu'il écoute vraiment bien. Quand je ressens que le tempo est un peu trop élevé et qu'il n'a pas besoin d'attaquer autant pour faire un bon chrono, il est à l'écoute et réagit tout de suite. C'est aussi mon rôle d'assurer la sérénité dans l'habitacle."

Que serait une bonne saison à vos yeux ?

"Le plus important pour moi est que nous puissions progresser de rallye en rallye. Et évidemment éviter au maximum les erreurs. Si nous connaissions désormais parfaitement la R3, ce sera évidemment une autre histoire avec la R5. Il faut prendre la voiture en main et la comprendre. Si nous sommes proches des meilleurs en fin de saison, l'objectif sera atteint."

STEPHANE PREVOT

Stéphane, qu'est-ce qui vous a motivé à rejoindre Guillaume Dilley pour un programme en championnat de Belgique ?

 

"C'est un beau challenge ! Même s'il a engrangé les titres ces dernières saisons, Guillaume est un peu attendu au tournant maintenant qu'il a l'opportunité d'évoluer en R5. Mon objectif est vraiment d'essayer de l'aider à y arriver et de mettre mon expérience à son service. Mon rôle va donc être beaucoup plus large. Il compte sur moi pour évoluer dans de nombreux domaines et c'est un défi assez excitant. J'ai aussi la chance de bien connaître la DS3 R5, ce qui me permettra de l'aider à trouver le bon tempo et d'approcher les limites. Je connaissais évidemment déjà un peu Guillaume pour l'avoir côtoyé en Belgique et il m'avait déjà demandé quelques conseils par le passé."

Avez-vous déjà entamé votre collaboration ?

"Nous avons récemment passé une journée sur quelques spéciales du rallye du Condroz pour que je puisse mieux le connaître et déjà voir comment étaient ses notes. À cette occasion, nous avons déjà pu remarquer ce qui pouvait être amélioré à ce niveau. J'ai pu constater à quel point il était ouvert aux remarques et motivé. C'est un garçon intelligent et il comprend très rapidement ce qu'il faut faire pour progresser."

YVES MATTON (DIRECTEUR DE CITROËN RACING)

Yves Matton, pourquoi ce programme bénéficiera-t-il du soutien de Citroën Racing ?

"Citroën Racing soutient chaque filiale qui désire s'impliquer dans un programme sportif en phase avec les axes de développement de la marque. La vocation de Citroën Racing est aussi d'apporter son soutien aux programmes nationaux. Et le projet de Junior Team initié par Citroën Belux s'inscrit parfaitement dans cette démarche. Il existe au sein de Citroën Belux une vraie tradition en rallye."

Citroën Racing s'attelle notamment  à détecter les jeunes talents. Le concept du Citroën Belux Junior Team est-il aussi conforme à cette philosophie ?

"Totalement. Avec Guillaume Dilley et Kevin Demaerschalk, le Citroën Junior Team Belux peut compter sur deux jeunes pilotes qui n'en sont encore qu'au début de leur parcours. Nous sommes heureux de voir une filiale faire preuve d'autant de dynamisme. Et nous avons aussi la chance de pouvoir compter sur des teams et des personnalités comme Caren Burton et Jourdan Serderidis, qui n'ont pas épargné leurs efforts pour permettre la mise sur pied de ce beau projet, et qui permettent également depuis plusieurs années maintenant à nos produits de rayonner dans le monde du rallye."

CAREN BURTON (BURTON RACING)

Caren, entre le Burton Racing et Guillaume Dilley, la belle histoire continue…

"C'est une belle histoire en effet. Nous travaillons avec Guillaume depuis plusieurs saisons et chacun connaît les attentes de l'autre et sa façon de travailler. Nous avons connu Guillaume quand il n'avait absolument aucune expérience. D'année en année, nous avons évolué ensemble et c'est agréable de le voir aujourd'hui bénéficier de cette reconnaissance avec un programme en DS3 R5 avec le soutien de la marque."

Est-il prêt pour ce défi dans la catégorie reine du Belgian Rally Championship ?

"Guillaume a toujours rêvé de se battre devant. Il a saisi l'opportunité qui s'est présentée cette année avec la création du Citroën Junior Team. Naturellement, Guillaume devra composer avec un énorme déficit d'expérience de la R5 par rapport à des pilotes comme Loix, Princen ou Verschueren, qui connaissent très bien cette catégorie. Dès lors, il faudra plutôt viser la première place du second groupe. Au sein du Citroën Belux Junior Team, Guillaume sera évidemment comparé à Kevin. Mais le bilan, c'est en fin de saison qu'il faudra le faire."

JOURDAN SERDERIDIS (J-MOTORSPORT)

Jourdan, que signifie pour J-Motorsport ce projet avec Kevin Demaerschalk et le Citroën Junior Team ?

"Nous sommes particulièrement heureux chez J-Motorsport de nous lancer dans ce beau projet avec Kevin Demaerschalk et Citroën. Cette année, nous nous concentrerons sur un programme de 5 rallyes avec Kevin Demaerschalk et le Citroën Belux Junior Team. Pour la première fois, Kevin aura l'occasion de piloter une 4 roues motrices dans la catégorie de référence du championnat. Notre objectif est de mettre Kevin dans les meilleures conditions pour qu'il puisse rapidement évoluer avec les ténors du championnat de Belgique. Naturellement, il faudra quelques rallyes pour qu'il trouve ses automatismes au volant de la DS3 R5, mais nous espérons qu'il puisse jouer aux avant-postes à partir d'Ypres ou de l'Omloop van Vlaanderen."

Que pensez-vous de Kevin et comment se sont déroulés les premiers contacts ?

"Mon associé et copilote Fred Miclotte a eu l'occasion voici quelques années de disputer le rallye du Var avec Kevin Demaerschalk. Et il m'avait déjà dit que Kevin était vraiment un grand talent et qu'il possédait un potentiel  énorme. Cet avis était aussi partagé par Yves Matton. L'ambition de notre équipe est également d'aider les jeunes et le profil de Kevin cadre parfaitement avec cet objectif. Si l'image de Kevin est généralement celle d'un garçon timide, je n'ai pas du tout eu cette impression. Dès nos premiers contacts la saison dernière, le courant est tout de suite passé. Et je pense que nous allons faire du bon travail ensemble." (com-TM)

Les commentaires sont fermés.