4ème Montée Historique Forêt Trooz:une Lenkin GP de 1938 au départ !

Imprimer

L’événement aura lieu le dimanche 29 mai et sa popularité est telle qu’une fois encore, l’Ecurie du Maquisard organisatrice va jouer à guichets fermés ! Quelque 120 voitures d’hier et d’avant-hier s’élanceront à tour de rôle dans la côte de 2335 mètres qui constituait naguère le tracé de la Course de Côte de Fléron, et qui s’impose désormais comme le parcours de la Montée Historique de Forêt-Trooz, entre le cœur de Trooz jusqu’à l’entrée officielle du château de Forêt Village.

Grâce à son revêtement d’excellente qualité, mais aussi au déroulement d’une journée dénuée de toute prise de chrono jusqu’à 16 heures, on se presse au portillon pour rouler sur les traces des champions de naguère. Résultat : une liste d’engagés aussi foisonnante qu’éclectique, avec l’une ou l’autre surprise qui va plaire aux amoureux de bolides de course… belges !

C’est ainsi que cette année, la doyenne du plateau sera un bolide de course, de type Grand Prix, tout droit sorti de la fin des années… ’30 ! C’est dans le Hainaut, entre La Louvière et Mons, qu’est née la Lenkin GP. Passionné de sport auto, Désiré Boudart était un garagiste n’ayant guère les moyens de s’offrir une Alfa Romeo ou une Maserati, les bolides de référence de l’époque, pour aller affronter la concurrence sur des circuits comme Chimay. A défaut, il assurait l’assistance technique des voitures d’Arthur Legat, double vainqueur du fameux Grand Prix des Frontières.

A défaut de deniers, il avait des idées. En compagnie d’un ami carrossier, il décidait ainsi un jour de monter… sa propre auto de course ! La base du châssis serait d’origine Ford, le moteur un Steyr 6 cylindres autrichien greffé de trois carburateurs Solex, la boîte de vitesses d’origine Rosengart, et la ligne ferait dans un premier temps penser à une Amilcar, avant de s’adoucir pour copier les standards italiens de l’époque. L’aventure peut sembler sympathique, sans plus, si ce n’est qu’au sortir de la Deuxième Guerre Mondiale, en 1946, Désiré Boudart s’en allait défier 15 pilotes de calibre international lors du Grand Prix des Frontières à Chimay, épreuve qu’il achevait… en 4ème position, acclamé tel un héros national ! Sa Lenkin GP, baptisée selon le… surnom de son grand-père, lui avait certes valu quelques frayeurs, mais les performances et la fiabilité étaient au rendez-vous !

Ayant roulé à Chimay à l’insu de son épouse, qui ne supportait pas la compétition automobile, Boudart n’eut d’autre solution que de ne pas renouveler l’expérience. Ce qui ne l’empêcherait pas de divorcer par la suite… Conséquence directe de cette fin de carrière plus que hâtive, la Lenkin GP 1938 allait passer la majeure partie de son existence en pièces détachées au fond d’un garage, oubliée de tous, ou presque. C’est un concessionnaire… Lada qui allait avoir l’attention attirée par cet amas de pièces, avant de céder le tout en échange d’un coupé Alfa, d’une moto et de pièces à Roger Troiani, son actuel propriétaire. Qui décidait d’entreprendre le remontage d’une auto sur laquelle il avait bien pris quelques renseignements, mais dont il ignorait jusqu’à l’aspect final.

Désormais nantie d’un bloc d’origine BMW greffé des mêmes carburateurs Solex que la version originale, la Lenkin GP, tel le Phoenix, a pu renaître de ses cendres, ayant entamé une seconde carrière à laquelle elle ne rêvait sans doute plus perdue au fond de son garage. Francorchamps, Zolder, Mettet, Chimay, en plus de quelques courses de côte parmi les plus célèbres, Roger ‘Ruggerro’ Troiani l’a emmenée là où Désiré Boudart aurait sans doute aimé la piloter en course dans les années d’après-guerre.

C’est donc une pièce unique, qui compte parmi le patrimoine automobile belge, que Roger Troiani va aligner le dimanche 29 mai au départ de la Montée Historique de Forêt-Trooz. Et quand on connaît le nombre de passionnés d’histoire de l’automobile que compte l’endroit situé en bord de Vesdre, entre Verviers et Liège, on se dit que plus d’un regard scrutera l’horizon dans une grosse semaine afin de voir débouler cette machine un peu folle, sortie de l’imagination de Désiré Boudart. Pilote éphémère. Le rendez-vous est pris…

Les commentaires sont fermés.