Pierre-Yves Rosoux de retour aux 24 Hours of Zolder et au volant d’une Radical SR3 !

Imprimer

Si la carrière en circuit du Liégeois Pierre-Yves Rosoux est aussi longue qu’éclectique, il n’a néanmoins pris part qu’à deux reprises aux 24 Hours of Zolder, épreuve phare de la piste limbourgeoise. D’aucuns se souviendront peut-être que c’était en 1998 et en 1999, au volant de bolides impressionnants, puisqu’il s’agissait à l’époque d’une Porsche GT2 RS et d’une Marcos Mantara LM600 !

Dans la foulée de ces deux expériences, Rosoux avait pris beaucoup de plaisir en s’alignant lors d’épreuves réservées aux prototypes Radical SR3, avec en guise de point d’orgue un top 3 dans le championnat d’Europe de la spécialité en 2001.

Voilà qui ne rajeunit personne… et pourtant, ce prochain week-end, ‘Pierrot’ va pouvoir faire le plein de souvenirs, renouant - plutôt deux fois qu’une avec le passé. Il va en effet disputer pour la troisième fois les 24 Hours of Zolder, prenant le volant d’une… Radical SR3 RS ! La #44 de l’équipe Euroracing de Christophe Pampel…

« Pour être honnête, cette participation à Zolder en Radical, je ne m’y attendais vraiment pas, explique Rosoux. J’étais en vacances quand Christophe Pampel m’a proposé de compléter l’équipage qu’il formera avec son fils Maxim et le revenant Bruno Vermeeren. J’avoue que l’opportunité de reprendre le volant d’un proto Radical me comble de joie. Paraît que c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas… »

Le team Euroracing de Christophe Pampel n’est pas non plus une découverte pour Pierre-Yves… « Il y a deux ans, j’avais déjà eu l’occasion d’accompagner Christophe en BRCC avec une BMW M3 issue de sa formation, poursuit le pilote. J’arrive donc en terrain de connaissance, dans une équipe dont la passion est capable de déplacer des montagnes. »

Quant aux prétentions sportives à l’aube de ces 24 Hours of Zolder, elles concernent avant tout la catégorie Belcar 2, réservée aux Protos… « Inutile de s’enflammer, en performance pure, face aux Wolf, Ligier et Norma, on risque d’accuser le coup. Mais le propre des 24 Heures de Zolder, c’est de rester une course très exigeante envers les hommes et les mécaniques. L’objectif est donc de jouer la carte de la distance, et de se retrouver en ordre utile dimanche après-midi. Dans cette perspective, un podium de Classe est absolument jouable, car pour certains autres protos, ce sera l’attaque à outrance, avec les risques que cela comporte… »

Back to the Roots donc pour Pierre-Yves Rosoux ce prochain week-end dans le Limbourg. Un sympathique double clin d’œil à l’histoire, une nouvelle combinaison étrennée en course… et un pilote heureux, tout simplement.

Les commentaires sont fermés.