Rallye de la Famenne:Benoît Allart s’offre un cadeau de mariage avant l’heure, Laurent Wilkin reste le maître des lieux dans les divisions 1-2-3

Imprimer

Comme toujours très relevé qualitativement, le Rallye de la Famenne n’a pas failli à sa réputation, d’autant qu’une météo capricieuse alternant averses et temps sec ne facilitait pas la tâche des 115 participants. En Division 4, Benoit Allart a renoué avec le chemin de la victoire alors qu’au sein des divisions 1-2-3, Laurent Wilkin a répondu présent à ceux qui le désignaient comme favori. Dans les catégories réservées aux ancêtres, Patrick Deblauwe ne laissait le soin à personne de l’inquiéter en « Classic », là où Jean-Luc Fuger s’imposait en solitaire en « S/R ».

6ème round du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des rallyes, le Rallye de la Famenne proposait cette année un parcours sensiblement remanié. Si, sur le papier, les changements proposés par l’écurie Bayard avaient peut-être l’avantage de niveler les performances face aux habitués des lieux, ceux-ci n’en n’ont néanmoins pas démordu, à tout le moins dans les deux classements dédiés aux voitures « modernes ».   

 

Ainsi la Division 4 (réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition) était l’apanage des marchois qui, sans les soucis de Xavier Bouche, victime de soucis mécaniques provoquant un début d’incendie sur sa Skoda Fabia R5 en début de 2ème boucle, auraient même pu réaliser le triplé au classement général.

Absent de nos compétitions depuis le dernier Rallye de Wallonie et exceptionnellement copiloté par sa future épouse, Benoit Allart a renoué avec la victoire au terme d’une course moins facile qu'il n’y paraissait : « Tout d’abord je devais retrouver le rythme et il faut aussi savoir que ce n’était que la seconde expérience de ma compagne dans le siège de droite après un rallye-sprint disputé ensemble voici quelques années. Nous nous marions le week-end prochain et, sans forfanterie aucune, je dois dire qu’elle s’en est sortie comme une chef. Voilà un bien joli cadeau que nous nous offrons un peu avant l’heure. Sportivement, je retiendrai qu’avant ses ennuis je devançais Xavier Bouche à la régulière et je remercie aussi l’équipe Aldero qui a solutionné un problème qui aurait pu se solder par un abandon. Les pénalités routières concédées suite à l’intervention prolongée nous ont obligés à continuer à attaquer ».

Derrière, un autre local retrouvait la place de dauphin avec le sourire puisque, au volant de sa Mitsubishi Lancer E10, Olivier « Flash » Collard n’aurait pas pu espérer beaucoup mieux. Il devançait facilement la Porsche 997 GT3 de son complice Francis Lejeune qui, en dépit de ses seules deux roues motrices arrières, parvenait à prendre le dessus sur la Peugeot 207 S2000 du Luxembourgeois Steve Fernandes. Ce dernier pouvait se consoler avec la victoire en classe 13. Il devançait son compatriote Yann Munhowen (Subaru Impreza STi N12) qui clôturait le quintet de tête. Figurant parmi les concurrents de l’Euro-Rallye-Trophée, pour lequel l’épreuve entrait aussi en ligne de compte, l’Allemand Benjamin Schmitt (Citroën C2-R2 Max) repartait avec les lauriers en classe 12, imité par Jean-Claude Picard (Mini Cooper S) dans la 15.

 

unnamed (2).jpgDans le classement réservé aux concurrents des D1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, le vainqueur se prénommait sans surprise Laurent Wilkin (Peugeot 206 RC). Se faisant plus rare derrière le volant depuis qu’il a décidé de privilégier son activité professionnelle de location de véhicules de compétition, cet autre marchois a une nouvelle fois prouvé que son surnom de « Patron de la Famenne » n’avait rien d’usurpé, reléguant l’opposition à plus d’une minute au terme de la course. Dès lors, c’est derrière lui que la lutte s’organisait, et de bien belle manière puisqu’elle opposait les Renault Clio RS de Dimitri Pirot, David Drieskens et Jean-Yves Lejeune qui terminaient finalement dans cet ordre, groupés en moins de 6 secondes ! Hélas pour Dimitri Pirot la sanction tombait comme une douche froide à l’arrivée finale puisqu’il était mis hors-course à la suite d'S/Rune manœuvre de demi-tour effectuée dans une étape-show. Derrière ces furieux, la famille Marique (Opel Astra GSi) suivait à bonne distance devant l’autre Opel (Kadett GT/E celle-là) d’Alan Marée, toujours très à l’aise. La classe 6 faisait l’objet d’une intense bagarre entre Sébastien François et Julien Thirifays. La Renault Clio RS du local s’imposant finalement face à la Honda Civic Type-R du Hennuyer pour 2 minuscules secondes. Aux portes du top 10, Frédéric François se rappelait aux bons souvenirs de tous en enlevant la classe 11 au volant d’une BMW 325i. En classe 5, Pascal Bomblé (Peugeot 106) continuait sur sa bonne lancée du rallye-sprint Condruzien en repartant, ici aussi, avec la coupe de 1er de classe. Il s’octroyait même le luxe de devancer le vainqueur de la 9, Christophe Thomas (Peugeot 106). Comme il en a pris l’excellente habitude, Benoit Mathy (VW Polo) raflait la 4, suivi de près par Joffrey Wuidar (Opel Corsa GT) qui prenait la 8 à son compte. Enfin, Mickaël Masson réalisait le coup double en remportant la D1 et la classe 3 sur sa BMW 320i, tandis que Laurent Degreve s’octroyait la plus petite des catégories.

 

unnamed.jpgChez les "Prov'Historic", Patrick Deblauwe ne faisait pas le détail en imposant largement sa Ford Escort MKII dans le classement réservé aux « Classic ». Il devançait l’originale Volvo 142 de Guillaume Glaude, en lutte avec l’autre Ford Escort de Michaël Renson. Sixième, Patrick Albert remportait la classe 18 sur sa Porsche 911. Seul inscrit du côté des « S/R » (silhouettes/répliques), Jean-Luc Fuger (Ford Escort MKII) avait le mérite de rallier le parc fermé final à la célèbre « Ferme de la vieille cense » de Marloie.



 

 

Principaux abandons : J. Grégorius (sortie ES1); J. Vanlanguenakers (sortie ES2); H. Hérion (moteur ES2); B. Kellen (freins ES3); B. Rouard (pont ES3); J. Delleuse (moteur ES6); X. Bouche (moteur ES6) ; Y. Kalbusch (moteur ES7); G. Jacoby (mécanique ES7); O. Martin (mécanique ES8); L. Léonard (mécanique ES9); S. Gertsmans (mécanique ES10); J. Pennartz (moteur ES10); J. Remilly (cardan ES11); D. Pirot (Mise hors-course à l’arrivée).  

 

Leaders successifs :

D4: B. Allart (ES1-12).

D1-2-3: L. Wilkin (ES1-12).

PH Classic : P. Deblauwe (ES1-8).

PH SR : J-L. Fuger (ES1-8).

 

Division 4 :

  1. B. Allart-C. Alboraletti (Skoda Fabia WRC-1er 4/14) en 1h06'59
  2. O. Collard-N. Borlon (Mitsubishi Lancer E10-4/14) +2’04
  3. F. Lejeune-G. Antoine (Porsche 997 GT3-4/14) +4’26
  4. S. Fernandes-T. Rollinger (Peugeot 207 S2000-1er 4/13) +4’38
  5. Y. Munhowen-S. Lanners (Subaru Impreza STi N12-4/14) +5’29
  6. G. Godinas-S. Boelens (BMW M3 E36-4/14) +6’26
  7. F. Lemaire-K. Botson (Skoda Fabia S2000-4/13) +7’53
  8. E. Morée-P. Meijs (Mitsubishi Lancer E10-4/14) +9’26
  9. E. Debaty-A. Peeters (Ford Focus RS MKI-4/14) +13’05
  10. D. Grandjean-P. Bourguignon (Opel Corsa C GSi-4/13) +14’17
  11. B. Schmitt-K. Pohl (Citroën C2-R2 Max-1er 4/12) +15’52
  12. J-C. Picard-M. Quadrini (Mini Cooper S-1er 4/15) +19’22

(21 classés)

 

Divisions 1-2-3 :

  1. L. Wilkin-E. De Bolle (Peugeot 206 RC-1er 3/10) en 1h14’20
  2. D. Drieskens-C. Pirotte (Renault Clio RS-3/10) +1’07
  3. J-Y. Lejeune-L. Denis (Renault Clio RS-3/10) +1’10
  4. E. et C. Marique (Opel Astra GSi 16v-3/10) +2’24
  5. A. Marée-N. Michaux (Opel Kadett GT/E-3/10) +3’05
  6. S. François-M. Piraux (Renault Clio RS-1er 2/6) +3’49
  7. J. Thirifays-M. Dejardin (Honda Civic Type-R-2/6) +3’51
  8. L. Pirot-J-C. Bodet (Peugeot 206 RC-3/10) +4’08
  9. V. Bouchat-B. Cochez (Renault Clio RS-3/10) +4’47
  10. S. Pezzetti-B. Beckers (Renault Clio RS-3/10) +6’37
  11. F. François-J. Penoy (BMW 325i-1er 3/11) +6’37
  12. A. Daco-K. Dejonge (Renault Clio RS-2/6) +6’58
  13. V. Compère-O. Piret (BMW 325i-3/11) +7’19
  14. P. Bomblé-J. Alexandre (Peugeot 106-1er 2/5) +8’06
  15. U. Naab-H. Korz (Opel Astra GSi 16v-3/10) +8’45
  16. C. & S. Thomas (Peugeot 106-1er 3/9) +9’50
  17. B. Mathy-M. Bastaits (VW Polo-1er 2/5) +10’10
  18. J. Wuidar-G. Detrait (Opel Corsa GT-1er 3/8) +10’58
  19. M. & E. Masson (BMW 320i-1er 1/3) +17’32
  20. L. Degreve-T. Solot (Fiat Seicento-1er 1/1) +26’26

(50 classés)

 

Prov’Historic  Classic :

  1. P. Deblauwe-J. Lemaire (Ford Escort MKII-1er PH/17) en 51’43
  2. G. Glaude-A. Henrot (Volvo 142-PH/17) +4’33
  3. M. Renson-B. Maurice (Ford Escort MKII-PH/17) +4’47
  4. S. Glaude-A. Van Houdenhove (Volvo 144-PH/17) +5’48
  5. O. Morelle-S. Delmelle (Ford Escort MKII-PH/17) +6’33
  6. P. Albert-A. Pirard (Porsche 911-1er PH/18) +7’44
  7. D. Noirhomme-J-C. Legros (Opel Kadett GT/E-PH/17) +10’46

(7 classés)

 

Prov’Historic S/R :

  1. J-L. Fuger-P. Iserentant (Ford Escort MKII-1er PH/SR)  en 52’04

(1 classé)

Prochain rallye F.W.B. : Rallye de la Semois, le 4 septembre 2016

Les commentaires sont fermés.