Rallye de la Semois 2016 :Première victoire au scratch à domicile pour Laurent Mottet

Imprimer

Disputé dans des conditions dantesques, ce Rallye de la Semois 2016 s’est révélé particulièrement éprouvant pour les hommes et les mécaniques. Vainqueur sur ses terres, Laurent Mottet a sauvé l’honneur des Skoda Fabia WRC après l’abandon du septuple vainqueur en titre, Éric Cunin. Dans les Divisions 1 à 3, c’est Loïc Pirot qui tirait les marrons du feu, tandis que Christophe Demortier et Vincent Dorn prenaient les classements historiques à leur compte.

En alignant deux Skoda Fabia WRC emmenées par deux locaux et anciens vainqueurs de l’épreuve, la victoire à Bièvre ne pouvait théoriquement pas échapper à la régulière à l’équipe Rent Speed Racing. Pourtant, l’équipe de Poupehan a tremblé ce dimanche, preuve que la pratique peut se révéler parfois bien différente de la théorie !
Comptant près d’une minute d’avance après quatre spéciales, Éric Cunin confirmait les pronostics d’avant course en menant autoritairement « son » épreuve devant son co-équipier du week-end, Laurent Mottet, et la Mitsubishi de Jean-Philippe Radoux. Hélas pour le septuple vainqueur en titre, le moteur de son bolide tchèque commençait à montrer quelques signes de faiblesse au premier passage dans Opont avant de forcer l’équipage affublé du numéro 1 à en rester là à l’assistance, histoire de ne pas aggraver le mal.
Propulsé en tête du rallye alors que son objectif était de tenter de suivre le rythme de Cunin tout en profitant des sensations que procure le pilotage d’une WRC, Laurent Mottet changeait alors de stratégie en se disant qu’il avait désormais un sacré coup à jouer à la maison ! N’ayant toutefois pas encore tous ses automatismes avec sa monture du jour, le jardinier de Bertrix se faisait dans un premier temps surprendre par Radoux sous le déluge. Qu’à cela ne tienne, Mottet s’appliquait et parvenait à revenir à égalité avec la Mitsubishi avant d’entamer la dernière boucle. Il portait ensuite le coup de grâce lors du dernier passage sur la spéciale du circuit de Gedinne où il « collait » d’un seul coup 13 secondes à son rival. Un écart que n’allait plus pouvoir combler Radoux, malgré un nouveau scratch dans l’avant-dernière spéciale du rallye.
unnamed (13).jpgDéjà double vainqueur de l’épreuve en D1-2-3, Laurent Mottet complétait ainsi son palmarès avec une victoire en Division 4 : « Gagner à domicile a toujours une saveur particulière », déclarait-il aux côtés de son copilote Benjamin Falmagne sur le podium. « Il y a un an, j’étais ici en spectateur, toujours en convalescence après ma violente sortie au Rallye de la Famenne. Cette année nous l’emportons au classement général aux commandes d’une fantastique voiture. C’est magnifique ! »
Deuxième sans avoir jamais relâché son effort, Jean-Philippe Radoux pouvait se montrer fier de sa course menée tambour battant. Également au volant d’une Mitsubishi Lancer, Olivier Martin grimpait quant à lui sur la dernière marche du podium à près de cinq minutes du duo de tête non sans avoir connu quelques soucis mécaniques. Le top 5 était complété par un impressionnant Corentin Dozot (Renault Clio R3) qui dominait finalement Stéphane Delporte (Renault Clio RS) en classe 13. Comme au Rallye de la Famenne, c’est l’Allemand Benjamin Schmitt (Citroën C2 R2 Max, 7e) qui l’emportait en classe 12, tandis qu’Alexandre Guillemin (18e) imposait sa Nissan 350Z en 4/15.
Pirot maîtrise en D1-2-3
Au terme d’une course marquée par des conditions météorologiques dantesques et surtout changeantes, c’est finalement Dimitri Pirot (Renault Clio RS) qui s’en est sorti le mieux et qui décrochait une nouvelle victoire chez les utilisateurs de pneus du commerce. Parti le plus vite, l’ancien motard de cross n’a abandonné la tête de la course que le temps de deux spéciales à Bastien Rouard. Devant composer avec le couple important procuré par le moteur turbo de sa Peugeot 207 R3T sur un sol détrempé, ce dernier n’était pas mécontent d’avoir pu rester sur la route et de prendre le premier accessit.
D’autres ne pouvaient en effet pas en dire autant, à l’image d’Eddy Marique (Opel Astra), sorti de la route sans gravité dans l’ES13, ou encore Vincent Bouchat, trahi par la mécanique de sa Clio RS dans l’ES11 au même titre que Cédric Denis (Peugeot 206) dans l’ES9. De son côté, Philippe Castremanne ne terminait même pas la première spéciale, moteur hors d’usage sur sa Suzuki Swift. Ne prenant guère de plaisir dans ces conditions difficiles, Bruno Blaise (Renault Clio) sortait lui aussi de la route en fin de parcours.
Parmi les rescapés de cette véritable hécatombe, c’est finalement Marc Thelen qui prenait la médaille de bronze avec sa Ford Escort. Quatrième, Nicolas Vanderweerde (Peugeot 106) concrétisait une course appliquée, par un bon résultat. Il devançait même le vainqueur en titre Jean-Yves Lejeune, tout heureux d’être à l’arrivée après une sortie de route en première boucle, ce qui valait à sa Renault Clio une face avant drôlement "restylée". De son côté, Frédéric François (BMW E30) remportait la classe 11 depuis la 6e position. Le top 10 était complété par les jeunes Julien Bertholet (Peugeot 206) et Thirifays (Honda Civic, vainqueur en classe 6), ainsi que par les propulsions d’Olivier Querinjean (Escort) et Nicolas Blérot (BMW 325i).
Dans le reste des catégories, on notera bien évidemment la victoire en classe 5 de David Schmetz (Citroën Saxo, 16e), auteur d’un temps scratch dans la terrible ES4, mais aussi les succès d’Arnaud Goire (VW Polo, 19e) en 3/8, de Benoît Mathy (VW Polo, 21e) en 2/4 et de Jean-Claude Daniels (Renault Clio RS, 39e) en D1 et en classe 3.
Du côté des voitures historiques, Christophe Demortier profitait du retrait d’Arnaud unnamed (14).jpgClause (problème de boîte de vitesses) pour s’imposer en Classic devant les autres Escort de Jeroen Van Wanseele et Rik Vanniewenhuyse. Septième, Christophe Calay gagnait la classe 16 avec son originale Fiat X1/9. En SR, Vincent Dorn (Opel Ascona) prenait l’avantage sur Romuald Thirion en toute fin de parcours lorsqu’un cylindre du moteur de l’Opel Ascona de ce dernier refusait tout service.

 

Les photos: Quentin Champion


Principaux abandons : E. Cunin (moteur, ES5), H. Beckmann (moteur, ES1), Br. Blaise (sortie, ES11), E. Marique (sortie, ES13), C. Denis (moteur, ES9), V. Bouchat (mécanique, ES11), J. Degreef (perte d’une roue, ES1), Cl. Feltus (moteur, ES1), Ph. Castremanne (moteur, ES1), J-P. Van de Wauwer (mécanique, ES6), A. Clause (boîte, ES11)

CLASSEMENT :
Division 4:
1. L. Mottet-B. Falmagne (Skoda Fabia WRC-1er 4/14) en 1h27’19
2. J-Ph. Radoux-Fr. Forclaz (Mitsubishi Lancer Evo IX-4/14) à 0’14
3. O. Martin-Fr. Etienne (Mitsubishi Lancer Evo IX-4/14) à 4’43
4. C. Dozot-R. Lietar (Renault Clio R3-1er 4/13) à 5’58
5. St. Delporte-G. Baiwy (Renault Clio RS-4/13) à 7’31
6. M. et D. Wilders (Honda Civic Type R-4/13) à 7’52
7. B. Schmitt-K. Pohl (Citroën C2 R2 Max-1er 4/12) à 8’39
8. U. Gropp-T. Braun (Citroën DS3 R3T Max-4/13) à 9’07
9. A. Konrath-T. Korb (Opel Kadett E GSi-4/13) à 11’47
10. P. Lemince-Fr. Mercy (Subaru Impreza-4/14) à 12’45
18. A. Guillemin-V. Dubus (Nissan 350Z-1er 4/15) à 21’43
(20 classés)
Divisions 1-2-3:
1. L. Pirot-E. De Bolle (Renault Clio RS-1er 3/10) en 1h32’50
2. B. Rouard-F. Poncelet (Peugeot 207 R3T-3/10) à 0’52
3. M. Thelen-S. Constant (Ford Escort MkII-3/10) à 2’55
4. N. Vanderweerde-A. Sacré (Peugeot 106-1er 3/9) à 3’25
5. J-Y. Lejeune-L. Denis (Renault Clio RS-3/10) à 3’31
6. Fr. François-J. Penoy (BMW E30-1er 3/11) à 4’06
7. J. Bertholet-M. Lambot (Peugeot 206-3/10) à 4’18
8. J. Thirifays-M. Dujardin (Honda Civic-1er 2/6) à 4’59
9. O. Querinjean-M. Zians (Ford Escort-3/10) à 5’51
10. N. Blerot-C. Henkinet (BMW 325i-3/11) à 6’21
16. D. Schmetz-J. Depierreux (Citroën Saxo-1er 2/5) à 7’38
18. A. et Fr. Goire (VW Polo-1er 3/8) à 9’52
21. B. Mathy-M. Bastaits (VW Polo-1er 2/4) à 10’52
39. J-Cl. Daniels-P. Barthélemy (Renault Clio RS-1er 1/3) à 19’13
(50 classés)

Prov'Historic “Classic”:
1. Chr. Demortier-C. Jacques (Ford Escort MkII-1er PH/17) en 1h03’09
2. Chr. Daco-L. Decroupette (Ford Escort MkII-PH/17) à 0’27
3. J. Van Wanseele-Kr. Durie (Ford Escort MkII-PH/17) à 1’11
4. R. Vanniewenhuyse-K. Deroo (Ford Escort Mk2-PH/17) à 2’12
5. S. Glaude-J. Ernoux (Volvo 144-PH/17) à 7’15
6. C. Deridder-T. Gilson (Opel Manta-PH/17) à 7’50
7. Chr. Calay-Gr. Massart (Fiat X1/9-1er PH/16) à 23’11
(7 classés)
Prov'Historic "SR":
1. V. Dorn-K. Vandenbussche (Opel Ascona-1er PH/SR) en 1h04’16
2. R. Thirion-Fr. Jacquemin (Opal Ascona-PH/SR) à 0’26
3. A. Kerkhove-N. Gendarme (Ford Escort MkII-PH/SR) à 5’18
4. T. Lattaque-St. Delmelle (Opel Manta-PH/SR) à 9’30
(4 classés)

Prochaine épreuve : Critérium Jean-Louis Dumont (Waremme), le 18 septembre

Les commentaires sont fermés.