• Rupteur magazine:On ne change pas une équipe qui gagne pour faire encore mieux

    Imprimer

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

    2020 deuxièmes anniversaires pour rupteur magazine

    Actuellement  près de 300 abonnés et une centaine  qui sont preneurs du magazine occasionnellement, plus de 15000 vues sur les réseaux sociaux sans oublier la reconnaissance des diverses organisations (rallyes , courses de côte et slalom) qui nous accueillent chaque wk pour l’installation de notre stand. Un peu plus de 50 courses du nord au sud et de l'est à l'ouest

    Il a fallu le temps que la mayonnaise prenne, voilà c’est chose faite.

    Pour cette nouvelle année nous voulons faire encore mieux et avec :

    -Notre boutique de vente d'accessoires et photos sur le site rupteur

    -Une revue avec plus de pages nous passons à36 pages alors que nous étions à plus ou moins 24 pages.

    -Notres stand avec les photos et les infos que vous voulez.

    -Un suivi sur sudinfo moteur des divers disciplines

    -Du E-sport

    Et un nouveau projet, le challenge rupteur (rallye, course de cote et slalom) dans les provinces de Liège, Namur, Hainaut, Brabant, Luxembourg en un mot dans tout le pays  De début février à mi novembre challenge repris sur  Racing Channel

    Infos Challenge : ICI

    A la fin du challenge nous ne remettrons pas moins de 40 trophées

     

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

     

  • Legend Boucles @ Bastogne 2020:Un parcours revu en profondeur !

    Imprimer

    bastogne , rallye , rupteur magazine ,sudinfo, moteur

    Après cinq années de Legend Boucles au départ de Bastogne, l’édition 2020 verra son parcours complètement renouvelé, seul un test de régularité (RT) restant identique par rapport au passé, tandis qu’un autre sera parcouru en sens inverse. Sur les 5 RT du samedi et les 6 du dimanche, 10 RT seront donc inédits ! Qu’on se le dise…
    « La première raison d’un tel renouvellement, c’est la décision de ne plus aller en province de Liège, explique Eric Chapa, responsable du parcours, ce qui nous a permis de proposer de nouveaux RT autour de Bastogne et les communes avoisinantes, avec des points spectacles pas trop éloignés de la région de Liège, sur Houffalize et Gouvy, mais aussi dans l’autre direction, à Vaux-sur-Sûre et Léglise pour le samedi, tout en conservant les habitudes à Bastogne, Tenneville et Bertogne, avec un RT Show très spectaculaire. »
    Le dimanche, la raison du changement est plutôt liée au respect de l’environnement et de la forêt qui accueille l’épreuve, en collaboration avec le DNF, le souhait des gestionnaires forestiers d’avoir une rotation entre les parcours afin de ne pas mettre une pression répétée sur les mêmes massifs, mais aussi et surtout à cause de la peste porcine qui, si elle ne semble plus progresser, a obligé le DNF à créer des zones de protection qui englobent les anciens RT de la région de Florenville, Herbeumont, Bertrix…
    « Mais la collaboration est telle avec le DNF que dès le lendemain de l’édition 2019, ils nous ont proposé des parcours alternatifs, où nous avons été très bien accueillis par de nouvelles communes sur le territoire desquelles il n’y avait jamais eu de rallye par le passé, comme Martelange et Libin, poursuit Eric Chapa. C’était très amusant de leur expliquer le déroulement d’un rallye et la différence entre un RT sur route fermée et un parcours de liaison… Ils ont eu peur que l’on ferme la N4 pour faire passer le rallye ! Résultat : après explications : un RT de 7,20 km avec seulement 500 mètres d’asphalte ! »
    Si le nombre de RT est réduit par rapport à 2019 - 16 au lieu de 19 -, le kilométrage total est en augmentation, avec 220 kilomètres contre 208 en 2019.
    Inutile donc pour les petits malins de tenter de reconstituer le parcours à partir des roadbooks précédents… tout a changé !(com)

  • GRÉGOIRE MUNSTER DÉCROCHE LA VICTOIRE AU RALLYE NATIONAL HIVERNAL DU DÉVOLUY

    Imprimer

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Grégoire Munster et Louis Louka (Skoda Fabia R5) ont remporté le Rallye National Hivernal du Dévoluy, en France. Leader du début à la fin, auteur de quatre scratches, le jeune Belge de 20 ans a achevé l’épreuve avec un avantage de 37 secondes sur la VW Polo R5 d’Olivier Burri. Yohan Rossel (Citroën C3 R5), champion de France sur asphalte, a terminé en troisième position, à 45’’8. Bertrand Pierrat et André Leyh, au volant d’une VW Polo R5 BMA, ont clôturé l’épreuve en 9ème position.

    Le Rallye National Hivernal du Dévoluy est une jeune épreuve, en étant à sa quatrième édition à peine, qui ne compte pas encore pour le championnat de France. Cette épreuve, disputée dans des conditions aussi difficiles qu’hivernales, est néanmoins considérée par beaucoup comme une préparation idéale en vue du Rallye de Monte-Carlo. Deux jours durant, les concurrents affrontent quelque 116 kilomètres contre le chrono. Samedi, Grégoire Munster et Louis Louka ont pris un solide départ, remportant la première spéciale, avant d’enchaîner avec trois autres scratches pour conserver le leadership du début à la fin.

    “La clef de cette épreuve résidait dans les troisième et quatrième spéciales, commente Grégoire Munster. Durant le premier passage de nuit, soit les 10,29 kilomètres entre Agnières et Dévoluy, j’ai devancé Rossel de 14 secondes et Burri de 27 secondes. S’en suivait la spéciale de 25,78 kilomètres du Col de la Bachassette, où les conditions étaient vraiment difficiles. Le brouillard était tellement épais qu’on voyait à peine plus loin que le capot de la voiture. C’est là que Louis s’est imposé comme un guide parfait. Nous avons roulé à notre propre rythme, signant le deuxième meilleur temps derrière Burri, mais en devançant le champion de France Rossel de 45 secondes ! Dimanche, nous avons privilégié une approche plus conservatrice. On a attaqué quand on le pouvait, et on a assuré dans les autres tronçons. Les conditions changeaient constamment. Neige et glace, en alternance avec du sec ou du mouillé. Il s’agissait aussi de rester bien attentif aux portions de neige en train de fondre, qui laissait une couche de boue particulièrement piégeuse sur la route. On est passé à travers tous ces obstacles sans commettre d’erreur. Nous sommes un jeune duo, mais notre course a été marquée du sceau de l’expérience. Nous étions soulagés à l’arrivée, et l’embrassade avec mon père était très intense. C’est chouette de conclure la saison de cette manière. Il s’agissait de mon cinquième rallye cette saison avec la Skoda Fabia R5. Un parcours qui a débuté au Monte-Carlo pour se poursuivre en Finlande et se conclure ici, en France. A chaque fois, les conditions étaient délicates. Mais c’est dans de telles circonstances qu’on apprend le plus.’’

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Papa de Grégoire et Team Principal de BMA, Bernard Munster était on ne peut plus satisfait, et même très fier au terme de cette épreuve. “Cette troisième spéciale était vraiment impressionnante, assurait Bernard Munster. Pour cette épreuve, nous avions choisi les types de gomme autorisées au Monte-Carlo 2020, selon la nouvelle réglementation WRC. C’était également notre approche au moment d’envisager notre participation à cet événement. Cela signifie qu’on était limité dans le choix de pneus. Burri, qui dispute le Monte-Carlo de façon amateur, n’est pas lié à la réglementation WRC, ce qui signifie qu’il disposait d’un plus large choix de pneus. Lorsqu’à la fin d’un tel rallye, vous êtes en mesure de l’emporter avec une ancienne Skoda Fabia R5 devant Burri et Rossel, pilote officiel Citroën Sport et champion de France, je pense que vous pouvez être très fier de vous-même. Grégoire a intelligemment bâti sa victoire. Il a disputé une course réfléchie, ce qui signifie qu’à ce niveau, il a largement progressé. J’espère sincèrement qu’il pourra continuer dans cette voie, si possible dès le Monte-Carlo en début d’année. Il s’agira de son premier rallye de la saison.’’

    Bertrand Pierrat et André Leyh ont de leur côté vécu un envol difficile. Ils ont achevé la première étape en 11ème position. Grâce à un 7ème temps dans la première spéciale de dimanche, le duo a intégré le top 10. Et après un top 5 dans l’ES8, Pierrat est passé en 9ème position. “Ce rallye promettait d’être vraiment difficile. Juste avant le départ, de fortes chutes de neige ont eu lieu, décrit Bertrand Pierrat. Et puis la météo a changé, il a commencé à dégeler, ce qui a entraîné la présence d’une grosse couche de neige fondue sur la route. J’étais constamment à la recherche de grip, ce qui rendait le pilotage de la voiture assez difficile. La dernière fois que j’ai pris le volant de la VW Polo R5 BMA, c’était au Monte-Carlo en début d’année. Avec le team, nous avons cherché des solutions, modifié et amélioré le set-up, ce qui m’a permis de retrouver de la confiance et d’avoir un meilleur feeling au volant de la voiture. Je suis assez satisfait de ma neuvième place, surtout face à une telle concurrence. Il s’agissait d’une préparation idéale en vue du Monte-Carlo, qui aura lieu dès le début d’année. J’y serai une fois encore présent avec la VW Polo R5 BMA.’’ com.
     

     

     

  • Legend Boucles @ Bastogne 2020:Des règles techniques et des coefficients simplifiés

    Imprimer

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur

    Qui n’avance pas recule… Mais parfois, il est préférable de reculer pour mieux avancer ! L’an dernier, les organisateurs des Legend Boucles @ Bastogne avaient joué la carte d’une certaine authenticité en inaugurant la catégorie ‘Super Legend’ pour les véhicules ne correspondant pas totalement à la réglementation technique. Une règle mal comprise, mal interprétée… et peu appréciée. Résultat : le RAC Spa a décidé de simplifier les règles techniques, mais aussi les fameux coefficients propres aux Legend Boucles…
    « Autant l’avouer, pour l’édition 2019, nous avions été trop loin côté règlement technique, ce qui en a agacé plus d’un, explique Pierre Delettre. La volonté pour 2020 est dès lors d’en revenir à quelque-chose de plus basique, donc de plus raisonnable. Il était notamment important que les catégories ‘Legend’ et ‘Challenger’ reposent sur les mêmes règles, afin d’éviter qu’une voiture non-conforme en ‘Legend’ soit reversée en ‘Challenger’. La seule différence, c’est que la catégorie ‘Challenger’ reste réservée aux voitures construites avant 1987, tandis qu’en ‘Legend’, nous acceptons les bolides relevant de l’Annexe J2 FIA, construits jusqu’en 1990, pour autant qu’il s’agisse de modèles à deux roues motrices seulement. Le coefficient d’âge de ces voitures construites entre 1987 et 1990 passe de 1,4 à 1,2. »


    Plus important encore, pour les catégories ‘Legend’ et ‘Challenger’, les freins et les suspensions sont désormais… libres ! Ce qui évitera la modification de voitures évoluant avec d’autres types de freins et de suspensions le reste de l’année. Quant aux boîtes de vitesses, elles peuvent être de type séquentiel… mais le coefficient passe alors à 1,5 !

    « Pour ce qui est des moteurs, source de bien de discussions avant, pendant et après l’épreuve, un réalésage de 20% est autorisé sans entraîner de modification du coefficient, poursuit Pierre Delettre. Si le réalésage par rapport à la mécanique d’origine est supérieur à 20%, ou si le moteur est passé de 8 à 16 soupapes, c’est un coefficient de 1,5 qui sera appliqué. Par contre, les Ford Escort de type ‘Milligton’, ou propulsées par des mécaniques d’autre marque, sont interdites ! Histoire de préserver l’aspect ‘historique’ de l’épreuve. »

    Last but not least, les coefficients d’âges ont été simplifiés eux aussi. Pour les véhicules construits jusqu’au 31 décembre 1961, le coefficient sera de 0,95, afin d’encourager l’engagement des plus anciennes, tandis que pour les voitures construites entre le 01/01/1962 et le 31/12/1986, le coefficient sera de 1,0.


    Reste le cas de la catégorie ‘Classic’, pour laquelle les règles techniques ne changent pas. Comme annoncé, un arceau de protection sera obligatoire dès l’édition 2021. Ce qui signifie que pour les Legend Boucles @ Bastogne 2020, cette obligation ne sera pas encore d’application. « Nous avons d’ailleurs d’ores et déjà décidé qu’en 2021, seules les voitures construites après le 01/01/1971 seront concernées par l’obligation d’installer un arceau de protection. Toujours dans le but de favoriser l’engagement de voitures plus anciennes, datant des années ’50 ou ’60 », précise Pierre Delettre.
    On l’a compris, pour cette édition 2020 des Legend Boucles @ Bastogne, une certaine convivialité technique et sportive sera de mise. Qu’on se le dise…(com)

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur