Asaf

  • Classement par discipline du challenge rupteur 2020 et infos pour 2021

    Imprimer

    challenge , rupteur magazine ,lameuse ,sudinfo ,yokohama ,nord pneus ,moteur

    Malgré la situation covid certaines manches ont eu lieu, j’ai donc décidé pour repartir sur un autre challenge en 2021, de clôturer cette année.

    Comme il est stipulé dans le règlement un trophée par personne afin de laisser la chance à tout le monde. C’est pourquoi dans certaines disciplines le 4ème ou 5ème reçoit un trophée étant donné que le prix du co-pilote, dame et le général sont dissociés des rallyes, rallye sprint, histo et course de côte 

    Je tiens à remercier nos partenaires qui nous ont offert de très beau cadeaux

     

    challenge , rupteur magazine ,lameuse ,sudinfo ,yokohama ,nord pneus ,moteur

    Sur le liens ci-dessous vous pouvez suivre les classements ainsi que le document d’inscription GRATUITE pour le challenge 2021

    challenge , rupteur magazine ,lameuse ,sudinfo ,yokohama ,nord pneus ,moteur

    Quelques changements pour 2021, afin d’avoir une meilleure gestion, les plus important est d’avoir  bien rentré son bulletin d’inscription et surtout apposé le stikers du challenge comme il se doit.

  • RS du Trèfle,succès inattendu d’Eddy Mariqueen D123. & Melissa Debackere en D4

    Imprimer

    rs trèfle, moteur , rupteur magazine , lameuse, sudinfo

    Troisième épreuve Asaf organisée en « conditions covid » (après la course de côte de Richelle et le critérium Jean-Louis Dumont) et deuxième rallye-sprint de l’année (après celui de la Lhomme disputé le 1 er mars dernier), le « Trèfle » avait rassemblé un superbe plateau de 107 équipages (dont 9 inscrits en Histo Démo) qui a dû composer avec une météo pluvieuse ayant rendu le parcours très piégeux.
    Des conditions difficiles qui ont marqué le déroulement de l’épreuve, réduite de 4 à 3 passages suite au retard très important consécutif aux deux sérieuses sorties de route de Kimberley Beguint dès l’ES1 et de Philippe Dewulf dans l’ES2.

    rs trèfle, moteur , rupteur magazine , lameuse, sudinfo


    Si la demoiselle a rapidement pu quitter l’hôpital – « elle souffre de contusions au bassin et d’un problème de rotule tandis que son copilote était indemne », précisait- on du côté de l’organisation qui avait pu la contacter – l’état de la Skoda Fabia R5+ du dernier vainqueur en date de l’épreuve et premier leader ce dimanche matin a provoqué de vives inquiétudes parmi les suiveurs quant à la santé de l’équipage. Evacué vers l’hôpital de Chimay, Emmanuel Mercy, le copilote, a pu quitter l’établissement le soir même tandis que le pilote avait été évacué vers l’hôpital Marie Curie de Charleroi où son épouse, Patty, a pu le voir ce lundi : « Il est en soins intensifs, son état étant jugé sérieux. Mais plusieurs spécialistes l’ont examiné et ont confirmé qu’aucun organe vital n’avait été touché. Ce qui me rassure, c’est qu’il est bien pris en charge ! », nous confiait-elle ce lundi en fin de journée.
    Tout le monde croise en tout cas les doigts pour qu’il se rétablisse très vite ! Melissa Debackere la première, elle qui aurait préféré terminer 2 e que perdre de cette manière son seul concurrent direct, à qui elle n’avait concédé que 5 secondes dans le premier exercice.
    Elle a en effet d’autant plus facilement imposé sa Skoda Fabia R5 en Division 4 (voitures de grosse cylindrée et/ou pneus de compétition) que la troisième R5 présente, la Fiesta de Devleeschauwer, avait, elle aussi, rapidement renoncé suite à des soucis de transmission. Une Ford déjà devancée à ce moment par sa « grand-mère », l’Escort Millington du Luxembourgeois Bob Kellen qui s’est mis en valeur en décrochant le premier accessit après avoir résisté jusqu’au bout à Jean-Philippe Radoux et sa Mitsubishi Evo10, a priori
    plus adaptée à de telles conditions météo ! 4 e avec sa BMW Compact, Xavier Debaere a surtout dû cravacher pour garder le plus mince avantage (1’’) sur Tom Rensonnet qui a découvert avec bonheur (5 e et 1 er de la classe 4-12) la nouvelle Peugeot 208 Rally 4, en première belge s’il vous plaît ! Cela dit, on précisera que son second en classe 12, Loïc Dumont, a fait mieux que résister avec sa Fiesta R2 ! Enfin, Yves Deffet (11 e ) a imposé sa Citroën DS3 R3T en classe 13.

    Dans les Divisions 1, 2 et 3, la participation de Vincent Gallet, notamment vainqueur en 2017 et 2018 et encore en tête l’an passé avant une panne mécanique, ne laissait guère de doute sur le nom du favori ! Mais si le pilote de la Peugeot 306 signait assez nettement le meilleur temps au premier passage devant une autre référence en la personne de Bruno Blaise… qui allait renoncer peu après (moteur), il subissait l'application du règlement en vigueur pour le calcul d'un temps de remplacement, consécutive à une
    neutralisation dans l’ES2 (moyenne des temps réalisés lors des passages précédents - donc le temps de son premier passage sur un sol plus humide, dans le cas présent-), permettant à ses plus proches poursuivants (Soyeurt et Page) de revenir à 2 et 3 secondes au départ de l’ultime spéciale. Parti le couteau entre les dents, le leader arrachait une route, laissant alors la victoire à… l’inattendu (« seulement » 10 e après
    l’ES1) Eddy Marique qui coiffait de fort belle façon ses adversaires au poteau pour à peine plus d’une seconde !
    4 e , Cédric Petrisot emmène un peloton compact d’autres très rapides « tractions 2 litres » parmi lesquelles on remarque la bonne vieille Kadett GSI d’un Philippe Marchal qui ne vieillit pas (5 e ) alors que, juste derrière Clerbois et Linchamps, Thibaut Janty (8 e ) a pâti, comme Vincent Gallet, de un temps de remplacement sans quoi il aurait pu prétendre au top 5.
    Les premières petites cylindrées n’ont pas démérité avec la 10 e place de la Citroën Saxo de Maël Michaux, victorieux dans une classe 9 orpheline de Blaise et la 13 e place de la VW Polo de Philippe Brion, inabordable en classe 8.
    Beau comportement également des meilleures « D2 » avec la victoire de David Bossicart (20 e ) en 2-6 devant Mehdi Benali (22 e ) et Nicolas Appart (23 e et lauréat en 2-5) sans oublier Joël Borgnet, 26 e et large vainqueur en 2-4. Enfin, seul engagé en D1, Luc Delfosse s’est offert, comme à son habitude, une nouvelle victoire en classe 1.
    Moins de suspense (mais pas de spectacle!) dans les catégories historiques où les favoris n’ont rien lâché : Christophe Jacob a largement imposé son Escort « tarmac légère » (la référence à VHK74S n’est pas que dans l’immatriculation) en PH et PH18 tandis que l’Irlandais Frank Kelly, déjà vu à son avantage dans la région à l’occasion de l’Escort Rally Special, faisait de même avec son Escort « Baby Blue » en S/R (véhicules non conformes à leurs homologations d’époque) dans un temps total absolument (d)étonnant !
    On notera encore la deuxième place de Laurent Detal en PH où Jean-Claude Simon a complété le podium (et s’est adjugé la classe PH19) avec sa toujours superbe Talbot Sunbeam Lotus. Du côté S/R, une belle lutte a opposé Christophe Le Nouvel à Cédric Deshayes tout au long de l’épreuve, la « petite » Peugeot 205 Rallye conservant finalement l’avantage sur l’Opel Ascona A du dernier vainqueur en date tandis que divers soucis (neutralisation, courroie…) ont retardé la BMW 320i des Mayné père et fils, Jean- Claude officiant comme copilote d’Anthony !

    photos sur www.rupteur.be

  • Rallye Sprint du Trèfle: Parcours

    Imprimer

    rallye , asaf , trefle , froidchapelle ,rupteur ,lameuse , sudinfo , moteur

    Le public sera autorisé le long de l’étape spéciale avec le port du masque obligatoire pour tous.

    Pour la survie de l’épreuve, respecter  bien les règles « nous avons  donné notre parole au Bourgmestre » nous dit l’organisateur sous peine d’amende ou même d’arrestation administrative.

    La carte du parcours sera sur le site internet www.r-ac.be durant la journée de samedi.

  • Carton plein pour le Dumont 2020

    Imprimer

    asaf, rupteurmagazine ,rallye , waremme, sudinfo, lameuse

    La semaine dernière, l’Ecurie Hesbaye avait le plaisir d’annoncer que le public serait finalement autorisé à assister à cette édition du Critérium Jean-Louis Dumont. Une autorisation soumise à conditions, celle des gestes barrières et du port du masque. Le canevas de l’épreuve ayant lui-même été modifié pour éviter les attroupements : buvettes et petites restauration interdites, procédures de contrôles techniques et administratifs revisités, suppression du podium final et de la remise des prix en fin d’épreuve. « C’est à ce prix que nous sommes autorisés à organiser cette 37ème édition. Ces sacrifices sont nécessaires si nous voulons relancer notre sport sur le territoire wallon. J’encourage tout un chacun à respecter scrupuleusement les mesures imposées. Dans le cas contraire, le Jean-Louis 2020, et les autres épreuves du reste de la saison pourraient subir un coup d’arrêt ! » rappelle Jacques Ravet, directeur de course de l’épreuve. Des précautions qui ont d’ailleurs généré une légère marche arrière en termes d’accès au public. Pour éviter que les équipes d’assistances ne doivent jouer aux gendarmes en refoulant le public lors des phases d’assistance, il a été décidé que le centre du rallye serait réservé aux organisateurs, aux équipes d’assistance et aux équipages. Pour assister à l’épreuve, le public devra se rendre en bord de spéciales, dont l’accès reste libre. « Nous le regrettons, mais nous devons limiter les risques sanitaires pour assurer la tenue de l’épreuve », ponctuait Jacques Ravet.

    Le centre du rallye devrait donc se distinguer par une quiétude… que l’on ne retrouvera assurément pas en spéciale. Parmi les 189 équipages vedette du jour, on en dénombre plus de 60 en Division 4. La vedette de l’épreuve sera assurément l’infatigable et toujours aussi rapide Patrick Snijers, engagé sur une Porsche 911. Il aura toutefois fort à faire pour se mêler à une lutte impliquant par ailleurs cinq R5 (3 Skoda Fabia et 2 Citroën DS3), une quinzaine de Mitsubishi Lancer, une poignée de Subaru, une demi-douzaine de BMW, trois Porsche supplémentaires à celle du grand Patrick et une ribambelle de furieuses tractions. Les pilotes à surveiller seront nombreux, à commencer par les très rapides Davy Vanneste, Philippe Dewulf, Jonas Langenakens, Cédric De Cecco, Niels Reynvoet, Mathias Boon, Jos Pennartz, Hein Jonckers, Jan Jacobs, Johnny Vanzeebroeck, Kenny Herbillon, Erik Moree, Patrick Diels, Jean-Fred Colignon… On notera encore la présence des originales Mitsubishi Mirage Proto de Poelmans et l’Abarth S2000 de Dedoncker.

    Le plateau des équipages de la Division 3-2-1 ne démérite pas, avec la crème de la crème de la catégorie, dont une bonne part sont également du cru hesbignon. Humblet, Delleuse, Mottet, Balthasar, Dumont, Vecoven, Delrez, Jamoulle, Marique, Hubin, Remilly nous ont habitués à des luttes à couteaux tirés et à des rebondissements à répétition. On ne manquera pas de surveiller les volées de bois vert que s’échangeront entre les animateurs des autres classes. On attend le meilleur de Joffrey Wuidar, David Schmetz et Bruno De Wilde en 3-9, de Radoux, Pirnay et Doeran en 3-8. Et avec près de 20 équipages en 2-5, on peut là aussi penser que cela va jouer des coudes !

    Toujours aussi populaire, les catégories PH/SR réservées aux véhicules historiques. 40 équipages sont annoncés. Côté SR, on isolera la Ford Escort du grandissime favori, Hubert Deferm, ainsi qu’un nom qui évoquera des souvenirs à certains : Thierry Reginster, engagé sur une Opel Kadett. Le plateau se distribue entre les Opel Ascona, Manta et Kadett de Neskens, Driesen, Pesser, Wauthier, Jussiant, une poignée de BMW pour Destexhe, Michiels, Mattart et Fruyt, deux Porsche aux noms de Klouytten et Wilkin, la superbe Ford Sierra de Denis Jacob et une seconde Ford Escort.

    A l’inverse, la moitié du plateau de la catégorie PH se compose de Ford Escort, avec les spécialistes du genre que sont Philippe Hellings, Laurent Detal, Emile Tollet, Etienne-Philippe Courtin, Arnaud Delchambre, Luc Savigny… Eddy Schouffler et la Porsche 944 seront à nouveau au rendez-vous, tout comme Manu Gustin et sa fidèle 205. On notera encore le retour au volant de Yannick Peigneur, pour la première fois en « Histo », ainsi que la présence de trois originales Lada pour Vanrompaey, Campforts et Peeters.

    La revue des troupes se termine avec la catégorie Démo dont la dizaine de véhicules clôturera la marche. Cinq BMW, deux Opel, une Mini, une MG et une Lada, pour le plaisir !

    Infos pratiques :

     

    Critérium Jean-Louis Dumont – 20/09/2020

     

    Parcours :                             3x5 EC (Donceel, Heiselt-Oleye, Limont, Opheers, Oreye)

    Ordre de passage :               PH/SR – D4-3-2-1 – Demo

    Départ EC 1 :                                    7h56

    Programmes :                       5€, dès samedi 19/09, 9h

    uniquement dans les stations-service Q8 de Waremme,

    (Rue de Huy 157 et Chaussée Romaine 210)

    Classements :                        www.time-sportauto.be

     

    Rappel des mesures COVID

    • Port du masque obligatoire sur l’entièreté des EC
    • Gestes barrières
    • Mesures de distanciation
    • Respect des bulles sociales (maximum 10 personnes)
    • Pas de public au Centre du Rallye
    • Pas de buvette/friterie
    • Pas de remise des prix

     

    Toutes les infos sur : www.hesbayemotorclub.be

  • Huis clos levé pour le Dumont 2020

    Imprimer

    asaf, rallye  ,waremme ,lameuse , sudinfo ,moteur , rupteur magazine

    La nouvelle est tombée en ce vendredi après-midi, suite à une décision des autorités de la Ville de Waremme. Celles-ci ont décidé d’appliquer les changements intervenus depuis que l’Arrêté Royal du Gouverneur de la Province de Liège a été abrogé, non sans quelques conditions… bien dans l’air du temps.

     

    Voilà une nouvelle qui va réjouir bien des amateurs de sport automobile. Alors que le Critérium Jean-Louis Dumont était parti pour se dérouler entre rallymen et organisateurs, l’Ecurie Hesbaye est soulagée de pouvoir annoncer que le public, l’entourage des équipages et autres amateurs de sport automobile seront autorisés à assister à la course. « C’est une bonne nouvelle. Organiser dans les strictes conditions initiales était compliqué. Cela dit, cela ne veut pas dire que les autorités lâchent complètement la bride. », déclare Jacques Ravet, directeur de course. En effet, les stands de petite restauration et autres buvettes resteront aux abonnés absents. De même, le masque facial et le respect de la distanciation seront imposés à tout moment, que ce soit au centre du rallye ou en bord de spéciale. Des spéciales qui resteront en libre accès pour les spectateurs. L’éventualité d’agglutiner le public dans des zones prédéfinies apparaissant peu logique aux yeux des organisateurs, comme à ceux des autorités compétentes sur le territoire waremmien.

    « Nous devons cependant insister lourdement auprès du public ! Il est essentiel que les règles soient respectées par chacun. Nous faisons figure d’épreuve pilote. J’aime à croire que nous relançons la saison en Wallonie. Il est essentiel pour le bon déroulement du Jean-Louis Dumont 2020, comme pour toutes les autres compétitions qui vont suivre, de démontrer que nous pouvons parfaitement faire vivre ce superbe sport sans prendre le moindre risque sanitaire. J’en appelle à la responsabilité et au bon sens de chacun ! », martelait cet après-midi l’expérimenté chef d’orchestre de l’épreuve Hesbignonne. Les distraits seront rappelés à l’ordre par les services de Police et les stewarts de l’organisation.

    D’un point de vue sportif, le Dumont 2020 gagne une spéciale par rapport au parcours initial. Très semblable à l’an dernier, il comptera donc trois boucles de cinq spéciales pour un total de plus de 135 km contre le chrono. Bien que la date de clôture des inscriptions soit encore éloignée, le plateau est complet, toutes catégories confondues, et la liste des réservistes est déjà bien garnie ! Entre équipages locaux, valeurs sûres des épreuves régionales et les quelques pointures annoncées, cette édition ne déméritera pas en matière de compétition, assurément !

    Comme de coutume, la catégorie PH/SR aura l’honneur d’ouvrir la route, suivie par les équipages inscrits en divisions D4-3-2-1, les afficionados de la divertissante catégorie Demo clôturant la marche. Le départ sera donné à 07h30 et la première voiture est attendue sur le podium final à 18h06. Pour rappel, toujours pour des raisons sanitaires, il n’y aura pas de remise des prix lors de cette édition. Les équipages seront libres de quitter les lieux après le passage au CH de fin de troisième boucle !

     

    Compte tenu de l’ouverture de l’épreuve au public, des programmes seront disponibles dans les deux stations-service Q8 de Waremme (Rue de Huy 157 et Chaussée Romaine 210) au prix de 5 euros, l’accès aux spéciales restant libre, au respect des gestes barrières près, et ce dès le samedi matin.(com)

     

    Toutes les infos sur : www.hesbayemotorclub.be

     

    N’hésitez pas à consulter notre page Facebook :

    https://www.facebook.com/criteriumjldumont

  • Le rupteur 02/2020 sera en chemin demain vers chez vous .

    Imprimer

    rupteur magazine ,lameuse,sudinfo ,moteur , brc, asaf

    rupteur magazine ,lameuse,sudinfo ,moteur , brc, asaf

    rupteur magazine ,lameuse,sudinfo ,moteur , brc, asaf

  • Rupteur magazine:On ne change pas une équipe qui gagne pour faire encore mieux

    Imprimer

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

    2020 deuxièmes anniversaires pour rupteur magazine

    Actuellement  près de 300 abonnés et une centaine  qui sont preneurs du magazine occasionnellement, plus de 15000 vues sur les réseaux sociaux sans oublier la reconnaissance des diverses organisations (rallyes , courses de côte et slalom) qui nous accueillent chaque wk pour l’installation de notre stand. Un peu plus de 50 courses du nord au sud et de l'est à l'ouest

    Il a fallu le temps que la mayonnaise prenne, voilà c’est chose faite.

    Pour cette nouvelle année nous voulons faire encore mieux et avec :

    -Notre boutique de vente d'accessoires et photos sur le site rupteur

    -Une revue avec plus de pages nous passons à36 pages alors que nous étions à plus ou moins 24 pages.

    -Notres stand avec les photos et les infos que vous voulez.

    -Un suivi sur sudinfo moteur des divers disciplines

    -Du E-sport

    Et un nouveau projet, le challenge rupteur (rallye, course de cote et slalom) dans les provinces de Liège, Namur, Hainaut, Brabant, Luxembourg en un mot dans tout le pays  De début février à mi novembre challenge repris sur  Racing Channel

    Infos Challenge : ICI

    A la fin du challenge nous ne remettrons pas moins de 40 trophées

     

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

     

  • la cover du Rupteur 9 est sortie ainsi que le sommaire

    Imprimer

    rupteur, magazine ,lameuse ,asaf ,sudinfo ,moteur

    Sommaire du N°9

    Rallye de la Semois

    Mémorial Yves Feilner

    rs Balou

    cc de Houyet

    Escort Rally Special

    Rallye Jean-Louis Dumont

    cc La Roche

    La Femme du mois

    Emilien Allart

     

    Liker notre page pour en savoir plus sur le futur concours du Rallye du Condroz:

    https://www.facebook.com/rupteurs/?modal=admin_todo_tour

  • sommaire et cover du rupteur magazine n°8

    Imprimer

    asaf, racb ,lameuse la nouvel gazette ,sudinfo ,moteur ,rupteur magazine

    Sommaire:

    cc de Grandcourt

    bcle Chevrotine

    Slalom Dommartin

    mh Maquisard

    rs Condruzien

    slalom Lescheret

    rallye Famenne

    cc l'M Bomerée

    la femme du mois

    .......

    asaf, racb ,lameuse la nouvel gazette ,sudinfo ,moteur ,rupteur magazine

  • 14ème Rallye de la Haute-Senne: Cette édition s'annonce somptueuse .

    Imprimer

    rallye , asaf , moteur ,lameuse ,sudifno

    C'est le dimanche 17 juin que s’élanceront nos amis, et leurs bolides a la découverte du parcours 2018 du Rallye de la Haute Senne. Pas moins de 150 voitures passeront sous le chapiteau le samedi a partir de 15h pour les vérifications techniques habituelles.
    Ce sont plus de 40 D4 comme on dit dans le milieu "rallystique" qui partiront de la Grand Place de Braine le Comte en direction de la toute nouvelle étape chronométrée se situant sur Seneffe pour 8610m contre le chrono. Totale découverte pour tous. 
    Questions pilotes et voitures, les R5 faisant parties du championnat National sont citées parmis les favorites de cette 14em edition du Rallye de la Haute Senne.
    Steve Fernandes (Fabia R5), Erik Morée (DS3 R5) et Guillaume Dilley (Fiesta R5) auront de certaines difficultés a tenir les assauts des pilotes locaux tels que Christophe Verstaen (Astra Kit-Car) , Bouvard ( Corolla WRC) Johnny Vanzeebroeck (Subaru). N'oublions pas non plus la superbe Escort Cosworth groupe A (ex championne d'Europe aux mains du grand Patrick Snijers) que nous decouvrirons cette fois avec Lionel Hansen a son volant dans ses couleurs d'origine (Bastos)
    Les Mitsubishi de Laurent Stassin,Vincent Vertommen, Jos Pennartz,, Degeling et de Manu Cantraine , Martin en découdront très certainement a coup de secondes sur ce parcours typiquement Brainois.


    Une forte delegations de BMW débarquera dans la région. Les propulsions de Plaisant Eric, Defontaine, Masquelier.
    N'oublions pas non plus, la Porsche de Guillemin , les Nissan 350z de Alexandre Guillemin, Fiquet, la Toyota GT86 du Luxembourgeois Gengler et la Punto S2000 de Dendoncker


    Plusieurs montures de categorie R3 viendront etoffer le plateau Brainois. Les Clio , Peugeot, DS3 Max, Honda Civic.
    La plus petite classe de la D4 est la 12 et celle-ci sera emmenée de main de maitre par Gregoire Munster voulant se faire plaisir au volant de son Opel Adam R2.
    Comme d'habitude, il est impossible de citer tout le monde dans le communiqué de presse, le comité du Braine Auto Club s'en excuse auprès des pilotes non-cités.
    Nous vous donnons rendez vous demain, vendredi 08 juin pour la suite du CP, et ce pour les voitures des divisions 1-2-3.(com)


    N'oubliez pas que les reconnaissances sont interdites avant le 16 juin.

  • Course de côte de Mont-Saint-Aubert:« Ah, ben j'ai gagné alors !... »

    Imprimer

    course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfo

    Victoire surprise d'Olivier Dubois dans les Divisions 1, 2 et 3 lors de l'épreuve d'ouverture du championnat ASAF-FWB des courses de côte qui s'est déroulée ce dimanche au Mont Saint-Aubert alors que Bruno Collard, qui avait effectué le lointain déplacement depuis Vresse, s'est imposé en Division 4

    C'est avec un « beau petit plateau » qu'a débuté, ce dimanche 8 avril, la saison 2018 des courses de côte puisque pas moins de 49 concurrents avaient rejoint la très décentrée épreuve du Mont-Saint-Aubert, non loin de Tournai, pour y disputer la manche d'ouverture du championnat ASAF-FWB de la spécialité.

     

    Si 9 d'entre eux étaient inscrits en « Histo-Démo » (dont le bien connu Yvon Gits et sa Porsche 911 ou Emeline Coinne au volant de la terrible Simca Rallye 2 familiale), on retrouvait avec plaisir plusieurs concurrents en Division 4, une catégorie qui a connu une très « clairsemée » saison 2017... Pas encore de monoplace mais l'ex-course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfochampion Asaf Bruno Collard était bien présent et n'a laissé le soin à personne de l'emporter au volant de son toujours joli BRC Evo malgré les assauts du local Maxime Larivière, très spectaculaire et rapide au volant de son kartcross Raptor. Au volant de son proto d'autocross, Jean-Louis Deroeck a dû se contenter de la 3e place tandis que Philippe Deminne, 4e devant Patrick Scauflaire, a effectué un retour remarqué après sa sérieuse sortie de route l'an passé à Felenne : « Touché à la colonne, j'ai été contraint de rester 3 mois couché, ce qui m'a laissé le temps de réfléchir. Je vais refaire la Nissan mais j'ai voulu que mon come-back s'accompagne d'une évolution sur le plan matériel. J'ai donc acquis ce petit proto au look de Ford Ka animé par un moteur de moto en Italie où il a connu de nombreux succès. N'ayant pas pu faire de tests, l'épreuve d'aujourd'hui est un essai grandeur nature ! » Les trois grosses secondes gagnées au terme des trois montées officielles sont un bon présage pour la suite !

     

    C'est toutefois du côté des « voitures fermées » que les débats ont été les plus animés avec la présence des trois pointures que sont Christophe Le Nouvel, Philippe Dewulf et Olivier Dubois. Lesquels ont monopolisé le podium des Divisions 1, 2 et 3 toute la journée. Mais si le pilote de la Xsara WRC a largement dominé les essais (au bénéfice d'une arrivée tardive qui lui a valu de monter juste avant la pause de midi sur un asphalte sec alors que de nombreux autres concurrents s'étaient occasionné quelques frayeurs sous les averses matinales...), de petits soucis techniques (allumage et/ou pompes à essence?) ont empêché un fonctionnement optimal de la « bête » ensuite. Et si Philippe a tout de même signé le meilleur temps de la journée, il s'est fait souffler la victoire (à l'addition des chronos des deux meilleures des trois montées) par un Olivier Dubois tout étonné de son premier succès 2018 : « Ah ? course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfoBen, j'ai gagné alors ? » s'interrogeait-il face au panneau d'affichage officiel en fin de journée. « Après Houyet, on a refait un moteur sur lequel on a placé une nouvelle gestion. Avec un gain de puissance mais, surtout, une réponse beaucoup plus nerveuse. Le matin, sur le mouillé, c'était même trop... » Mais, sur le sec, il semble bien que la Lotus a résorbé une partie de son retard sur l'ex-reine des rallyes. A confirmer lors des prochaines manches !

    3e, le champion en titre qu'est Christophe Le Nouvel (1er en 3/11) a tout donné, comme à son habitude, régalant le nombreux public de passages incroyables pour, au final, ne concéder qu'un peu plus d'une seconde face au vainqueur tandis que Michel Dubois – pourtant déstabilisé lui aussi par la nouvelle gestion de la Lotus verte – a nettement remporté le match des outsiders face à la voiture soeur de Jean de Sutter, la BMW M3 de Bror Lehoucq et les Porsche GT3 d'Alain Cricus (996, lauréat en 2/8) et Loïc Cordier (997) plus à l'aise qu'en fin de saison dernière.

     

    course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfoTrès en verve au volant de son kartcross, Maxime Larivière l'a été également au volant de sa Peugeot 205 GTI. Un peu trop même avec un spectaculaire tête à queue en fin de journée qui ne l'a pas empêché d'empocher nettement la classe 2/7 et une belle 9e place absolue juste devant Daniel Dierckx qui complète le top 10 avec une nouvelle Citroën AX GTI qui va lui demander un peu de mise au point pour régler châssis et trains roulants.

     

    Dans les autres classes, citons encore le beau succès d'Axel Blockmans et de sa Honda Civic en 2/6, 13e au général, non loin de la version plus élaborée que Laurent Tholbecq (11e) a imposée en 3-12 et celui, isolé, du Luxembourgeois René Welter en 1/3 qui place tout de même sa Westfield ZEI de « tous les jours » au 19e rang final, juste derrière Arnaud Vincke, lauréat en 3/10 avec sa Peugeot 205. Enfin, victoire isolée de Malory Stojka en 2/5 (25e).                                                             course de cote ,CSAP ,ASAF ,ADEPS ,moteur ,st Aubert ,lameuse ,suinfo

    Bons débuts aussi du jeune (19 ans) Gauthier Derenne (27e et 3e de classe 2/6) au volant d'une très propre VW Golf II qu'il destine, à moyen terme, au rallye.

    Moins de réussite pour Bruno Cazzoli (15e), ralenti par une nouvelle commande séquentielle de boîte de vitesses sur sa Kadett GT/E ex-Derivière dont il faudra aussi peaufiner les réglages... Un détail face à Yoric Glasset qui a bien abîmé sa VW Golf dans le « droite du café » qui en a surpris plus d'un...(com)

     

    Prochaine épreuve : course de côte de Sy le 22 avril

    Classements complets : www.csaphainaut-live.be

     

    Vainqueurs de catégories : 1-1: / ; 1-2 : / ; 1-3 : R. Welter ; 1-4 : / ; 2-5 : M. Stojka ; 2-6 : A. Blockmans ; 2-7 : M. Larivière ; 2-8 : A. Cricus ; 3-9 : / ; 3-10 : A. Vincke ; 3-11 : Ch. Le Nouvel ; 3-12 : L. Tholbecq ; 3-13 : O. Dubois ; 4-14 : M. Larivière ; 4-15 : B. Collard ; 4-16 : / ; 4-17: /.

     

    Leaders successifs :

    D4 : J-L Deroeck (essai 1), M. Larivière (essai 2), B. Collard (montées 1, 2 et 3)

    D123 : A. Cricus (essai 1), Ph. Dewulf (essai 2), O. Dubois (montée 1), Ph. Dewulf (montée 2), O. Dubois (montée 3)

     



    Le classement final des Divisions 1, 2 et 3 : 1. O. Dubois (Lotus Elise-1er 3/13) 1.45.93 ; 2. Ph. Dewulf (Citroën Xsara WRC-3/13) 1.46.35 ; 3. Ch. Le Nouvel (Citroën AX GTI-1er 3/11) 1.47.34 ; 4. M. Dubois (Lotus Elise-3/13) 1.51.71 ; 5. J. De Sutter (Lotus Exige-3/13) 1.54.73 ; 6. A. Cricus (Porsche 996GT3-1er 2/8) 1.54.73 ; 7. B. Lehoucq (BMW M3-2/8) 1.55.82 ; 8. L. Cordier (Porsche 997 GT3 Cup-3/13) 1.55.84 ; 9. M. Larivière (Peugeot 205-1er 2/7) 1.57.63 ; 10. D. Dierckx (Citroën AX GTI-3/11) 1.59.31 ; 11. L. Tholbecq (Honda Civic-1er 3/12) 1.59.61 ; 12. A. Anastasi (Fiat Cinquecento-3/11) 2.00.18 ; 13. A. Blockmans (Honda Civic-1er 2/6) 2.01.39 ; 14. D. Fiquet (Nissan 350Z-2/8) 2.02.07 ; 15. B. Cazzoli (Opel Kadett GT/E-3/12) 2.02.97 ; 16. L. Blockmans (Honda Civic-2/6) 2.03.94 ; 17. J. Leroy (Renault Clio 2 RS-2/7) 2.04.83 ; 18. A. Vincke (Peugeot 205-1er 3/10) 2.06.68 ; 19. R. Welter (Westfield ZEI-1er 1/3) 2.06.93 ; 20. L. Degroote (VW Golf 16V-3/12) 2.08.81 ; 21. F. Nicolas (Alfa 145 QV-2/7) 2.09.74 ; 22. Th. Beguint (Citroën AX GTI-3/10) 2.12.48 ; 23. T. Wilms (Honda Civic-2/7) 2.14.93 ; 24. B. Nicolas (Alfa 145 QV-2/7) 2.18.36 ; 25. M. Stojka (Suzuki Swift-1er 2/5) 2.21.13 ; 26. K. Moreau (Citroën AX GTI-3/10) 2.22.10 ; 27. G. Derenne (VW Golf 2-2/6) 2.25.82 ; 28. A. Bouche (Ford Puma-2/7) 2.25.83 ; 29. D. Dericq (VW Golf 2-2/7) 2.26.89 ; 30. E. Dericq (VW Golf 2-2/7) 2.29.75. (30 classés)

     

    Le classement final de la Division 4 : 1. B. Collard (BRC Evo-1er 4/15) 1.49.41 ; 2. M. Larivière (Kart Cross Raptor-1er 4/14) 1.53.47 ; 3. J-L. De Roeck (Proto-4/15) 1.55.53 ; 4. Ph. Deminne (Ford Ka proto-4/15) 1.59.46 ; 5. P. Scauflaire (Kart Cross-4/14) 2.06.14. (5 classés)

  • Cédric De Cecco à Spa, au Wallonie et au Condroz au volant d’une Abarth 124 Rally R-GT aux couleurs de Yacco Belgique

    Imprimer

    Cédric De Cecco ,Abarth 124 Rally ,DMACK ,lameuse ,moteur ,sudinfo

    Alors que le Belgian Rally Championship 2018 va bientôt frapper ses trois coups, une excellente nouvelle nous arrive sous la forme de la présence au départ de trois manches du BRC – pour l’instant… - d’une inédite Abarth 124 Rally R-GT alignée par la structure française Milano Racing de Patrick Canavese pour Cédric De Cecco et Jérôme Humblet ! Un bolide qui fera sa première apparition lors du Spa Rally dans un bon mois…

     

    « A dire vrai, ce super projet est arrivé un peu par hasard, explique Cédric De Cecco. Renaud Jamoul, responsable de DMACK Benelux, m’a incité à prendre contact avec Milano Racing afin d’envisager l’engagement d’une Abarth 124 Rally R-GT en Belgique. Je me suis directement rendu dans la région de Marseille, et quatre heures plus tard, le projet était ficelé ! Dans l’état actuel des choses, l’auto sera engagée à Spa, au Wallonie et au Condroz, mais des options existent pour Ypres et l’East Belgian Rally. »

     

    Et à peine le projet expliqué à ses habituels partenaires que Cédric De Cecco a pu se rendre compte de la popularité de ce bolide qui devrait s’imposer comme un concurrent de choix pour les traditionnelles Porsche 997 GT3. « En quittant le giron de Peugeot, je savais que j’allais perdre des partenaires liés à la marque au lion, poursuit Cédric. D’autres n’ont pas tardé à faire leur apparition, à l’instar de Yacco Belgique, d’emblée emballé par le projet ! Au point d’en devenir le partenaire titre. Ce qui signifie que les couleurs de base de l’auto seront celles de Yacco. Je me doutais qu’une auto inédite en Belgique pouvait susciter un certain enthousiasme, mais j’avoue que cela va au-delà de mes espérances. Or, comme vous le savez, sans tous ces partenaires, je ne pourrais jamais m’aligner en course. Je pense donc que ce projet Abarth 124 est plus intéressant en termes de retours médiatiques et autres que l’engagement d’une énième Skoda Fabia R5. C’est le bon choix ! »

     

    Reste maintenant à cerner le niveau de performances de cette Abarth 124 Rally R-GT… « Quand on voit l’engouement du public pour les Porsche alignées dans la catégorie GT, je me dis que la bagarre va vraiment être sympa, analyse De Cecco. Milano Racing fait de gros efforts pour venir en Belgique avec cette auto, et je pense que le jeu en vaut la chandelle. Avec son moteur 1800 turbo développant 345 chevaux, son rapport poids-puissance intéressant vu les 1050 kilos sur la balance, son châssis à l’idéale répartition des masses, sa boîte SADEV 6 rapports avec palettes au volant, des systèmes tels que l’ALS et le Traction Control, les pneus DMACK, sans oublier des freins et des roues proches de ceux d’une voiture de la catégorie R5, je pense que je serai en mesure de titiller les meilleures Porsche lors des différentes épreuves. Sur papier, le cocktail est en tout cas très séduisant… »

     

    Dès le Spa Rally, l’Abarth 124 Rally R-GT Milano Racing de Cédric De Cecco et Jérôme Humblet portera les couleurs de Yacco Belgique, DMACK Benelux, Herock, Dunez, Roof Isolation, Hofman, Alterego Design, Tonic, Amv Engineering, Artec Piscines, NPR technic, René Claeys, EC&M / Industrie Maintenance / TSN, CED Mobility, Nutri-shop Center et Auto-Attelage. « Au moment d’entamer cette nouvelle aventure avec un produit inédit en nos basses contrées, j’aimerais remercier Peugeot Belux, le Groupe Schyns et DG Sport Compétition pour le soutien exceptionnel dont j’ai bénéficié ces cinq dernières années. Une confiance que je n’oublierai jamais… », conclut Cédric De Cecco.   (com)

  • Rallye-Sprint Villersois: Les outsiders Vecoven et Peigneur surprennent Lentz, Soyeurt et Simon sont les nouveaux champions

    Imprimer

    asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfo

    Finale du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des Rallyes-Sprints, le Villersois avait tout d’un mini Condroz. Sur l’habituelle spéciale show, les conditions étaient dantesques du début à la fin avec une pluie incessante qui rendait le parcours aussi boueux que délicat. Malgré tout, Yannick Peigneur parvenait à imposer sa puissante propulsion en Division 4 tandis que Geoffray Vecoven terminait l’année en beauté en D1-2-3. Enfin, Emile Tollet et Benoit Gillot remportaient chacun la victoire dans les classements réservés aux historiques.

     

    Avec 121 voitures au départ, le Motor Club Hannutois pouvait être fier du succès rencontré une nouvelle fois par son épreuve. Chaque année, certains licenciés sont nombreux à y terminer la saison en beauté tandis que d’autres y préparent les dernières courses de l’année. Tracé autour de Fize-Fontaine, le parcours en boucle reste très complet et quand la météo s’en mêle comme c’était encore le cas cette année, il est important d’y rouler intelligemment. Favori attendu avec sa Toyota Corolla WRC, Philippe Dewulf rentrait déjà avec une petite vingtaine de secondes d’avance après le premier passage. Derrière lui, Geoffrey Godinas (BMW M3) et surtout Nicolas Lamy (Citroën C2 R2) en surprenaient plus d’un. Suite à des soucis de pont, Dewulf devait déjà en rester là dans la deuxième spéciale où Godinas prenait le commandement, cette fois devant l’autre M3 de Yannick Peigneur et les Subaru Impreza de Philippe Latour et Christophe Lux. Alors qu’il comptait une trentaine de secondes d’avance, le leader sortait de la route et laissait sa place à la BMW de Peigneur. Avant la dernière boucle, ce dernier possédait douze secondes d’avance sur Latour qui rejoignait malheureusement la liste des abandons en fin d’épreuve. Christophe Lux n’en demandait pas tant pour se hisser à la deuxième place du général devant le nouveau champion de la Fédération Wallonie-Bruxelles en D4 (voitures de hautes performances et/ou équipées de pneus de compétition), Frédéric Lentz.

     

    Durant toute l’année, ce classement aura été très disputé entre trois pilotes et asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfosurtout trois amis. En débarquant à Villers-le-Bouillet, Philippe Dewulf était leader mais n’avait pas droit à l’abandon car Jordy Rousselet (Citroën Saxo), Frédéric Lentz et Jean-Marc Larivière (chacun avec leur Peugeot 106) pouvaient encore prétendre au titre. Après les retraits mécaniques de Larivière puis Dewulf, Jordy comptait encore huit point d’avance sur Frédéric. Malheureusement, le pilote de la Saxo n’était pas à l’aise sur le parcours liégeois et accumulait les petites erreurs. En signant un superbe troisième temps de nuit dans la dernière spéciale, Frédéric se propulsait de la cinquième à la troisième place du général tout en gagnant sa classe 12 pour quelques secondes face à Nicolas Lamy. Dans les Divisions 1-2-3 (pneus de tourisme obligatoires), Sébastien Soyeurt (Renault Clio) devait simplement terminer pour se voir titré. Ce qu’il faisait après un très bon début de saison avant une sortie de route qui ne lui facilitait pas la tâche par la suite. Derrière lui, on retrouvait un excellent Jean-Julien Gaudin, absent ici, mais qui n’aurait pu faire mieux et qu’il faudra tenir à l’œil en 2018 avec sa nouvelle monture. Du côté des historiques, Jean-Claude Simon (Ford Escort) se voyait titré en PH Classic tandis qu’en abandonnant suite à des soucis de boîte de vitesse sur sa Porsche 944, il manquait un résultat à Benoît Dimischstein pour être champion.

     

    De bagarre, il en était également question en D1-2-3 où Geoffray Vecoven (VW Golf) asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfoprenait la tête de l’épreuve dès la première spéciale devant Laurent Mottet (Peugeot 306) et Jérôme Linchamps (Peugeot 206). Excellent quatrième avec sa 106 de classe 5, Pascal Bomblé réussissait l’exploit de devancer l’Opel Astra de Julien Delleuse. En signant le meilleur temps dans la deuxième boucle, Linchamps prenait la tête à Vecoven pour 31 centièmes ! Malheureusement, un cardan cassé anéantissait ensuite les espoirs de première victoire du licencié luxembourgeois. Même sort pour Mottet qui suivait à moins de deux secondes, de quoi permettre à Vecoven de reprendre la tête pour ne plus la quitter devant Jean-Michel Dumont (Renault Clio) qui précédait Delleuse. Avec sa victoire, Vecoven permettait également à son copilote local, Christophe Chaudière, de remporter son premier titre FWB en copilote (imité par Emmanuel Mercy en D4 et Gilles Simon en PH Classic). Venu prendre en mains sa Citroën DS3 R3 en vue du Rallye des Crêtes, Gaëtan Dupuis terminait dans le top 5 devant Soyeurt. Sixième, Laurent Cravillon (Clio) remportait une nouvelle victoire de classe 6 au même titre que l’intouchable Bomblé en 2-5 devant Loïc Dumont (12ème du général avec sa 106). Huitième et vainqueur en classe 9, Maxime de Fina (Honda Civic) précédait Stéphane Spiertz de retour aux affaires avec sa Citroën C2 R2. En 3-11, Nicolas Cabu (13ème du général) remportait une nouvelle fois sa classe devant l’autre BMW 325i de Guillaume Lejeune qui aura également assuré le spectacle. A la porte du top 20, Michaël Pirnay (Citroën AX) remportait la classe 4 devant le vainqueur de classe 8 (après le cardan cassé de Benoit Mathy), Lionel Radoux. Classé 33ème avec sa 106, il précédait la monture similaire de Didier Liégeois pour une bonne seconde seulement. Enfin, Sébastien Fréhisse (Skoda Fabia) s’imposait en 1-1 avec la plus petite voiture du plateau (entièrement d’origine au passage) et prenait la 57ème place au général.

     

    asaf ,rallye ,villers ,moteur ,lameuse ,sudinfoEn historique, Marc Reynaert et sa VW Golf surprenaient toutes les Escort dans le premier passage. Malheureusement, il rencontrait ensuite quelques soucis mécaniques qui permettaient à Emile Tollet de prendre la tête pour ne plus la quitter. Il s’imposait finalement face aux autres Escort de Philippe Hellings et Michaël Renson. Quatrième, Reynaert remportait néanmoins sa classe 16. Du côté du classement Prov’Historic Silhouette / Replica réservé aux anciennes qui diffèrent de la fiche d’homologation de l’époque, Benoît Gillot imposait une autre Escort devant les Opel de Philippe Meuleman (Manta) et Pascal Dussart (Ascona).




    Principaux abandons : Dewulf (pont), Godinas (sortie), Latour (raison inconnue), Tack, Larivière, Linchamps, Mottet, Mathy (cardan) Vanderweerde (souci électrique), Dimidschstein (boîte)

     

     

     

    Division 4 :

    1. Y. Peigneur-M. Jansemme (BMW M3-1er 4/14) en 39’14
    2. Chr. Lux-A. Lomascolo (Subaru Impreza-4/14) +49’’
    3. Fr. Lentz-J-Y. Scheers (Peugeot 106 S16-1er 4/12) +1’01
    4. N. Lamy-M. Petit (Citroën C2 R2-4/12) +1’04
    5. N. et J. Geilenkirchen (Skoda Fabia R2-4/12) +1’18
    6. F. Massin-St. Vanaubel (Subaru Impreza-4/14) +1’44
    7. J. Rousselet-A. Hardy (Citroën Saxo-4/12) +3’11
    8. H. Keyens-J. Castelein (Peugeot 205-1er 4/13) +3’18
    9. G. Delizée-A. Defise (Citroën Saxo-4/12) +5’29
    10. Chr. Delcroix-G. Delforge (Audi TT-1er 4/15) +7’20

    (12 classés)

     

    Divisions 1-2-3 :

    1. G. Vecoven-Chr. Chaudière (VW Golf 2 Gti 16v-1er 3/10) en 38’31
    2. J-M. Dumont-J. Moxhet (Renault Clio RS-3/10) +19’’
    3. J. Delleuse-G. Burniat (Opel Astra GSi 16v-3/10) +22’’
    4. G. Dupuis-A. Noël (Citroën DS3 R3-3/10) +59’’
    5. S. Soyeurt-J-L. Hottelet (Renault Clio RS-3/10) +1’18
    6. L. Cravillon-C. Magain (Renault Clio RS-1er 2/6) +1’45
    7. P. Bomblé-J. Alexandre (Peugeot 106-1er 2/5) +1’46
    8. M. De Fina-L. Freuville (Honda Civic-1er 3/9) +1’56
    9. St. Spiertz-J. Mignon (Citroën C2 R2-3/9) +2’21
    10. N. Felten-C. Meyer (Mitsubishi Colt-3/10) +2’28
    11. J-L. et F. Delogne (Peugeot 106-3/9) +2’53
    12. L. Dumont-O. Jamoul (Peugeot 106 GTi-2/5) +3’07
    13. N. Cabu-C. Lambert (BMW 325i-1er 3/11) +3’16
    14. G. Lejeune-M. Quoidrini (BMW 325i-3/11) +3’41
    15. A. Huberty-G. Schumaker (Honda Civic-3/9) +3’47
    16. M. Pirnay-C. Steukers (Citroën AX Sport-1er 2/4) +4’44
    17. L. Radoux-Br. Olivier (Peugeot 106-1er 3/8) +5’45
    18. S. et A. Fréhisse (Skoda Fabia-1er 1/1) +10’12

    (66 classés)

     

    Prov’Historic :

    1. E. Tollet-Chr. Knott (Ford Escort RS-1er PH/17) en 41’16
    2. Ph. Hellings-J. Lejeune (Ford Escort RS-PH/17) +52’’
    3. M. Renson-Br. Maurice (Ford Escort MK2-PH/17) +2’15
    4. M. Reynaert-G. Derenne (VW Golf 1-1er PH/16) +2’23
    5. B. Horicks-N. Naignot (Ford Escort MK2-PH/17) +2’53

    (7 classés)

     

    Prov’Historic S/R :

    1. B. Gillot-G. Mattart (Ford Escort-1er PH/SR) en 41’34
    2. Ph. Meuleman-J. Wingel (Opel Manta-PH/SR) +3’58
    3. P. Dussart-S. Tortolani (Opel Ascona A-PH/SR) +4’45
    4. G. Wauthier-S. Glenet (Opel Ascona-PH/SR) +5’26

    (4 classés)

  • 34ème Critérium Jean-Louis Dumont

    Imprimer

    ASAF , ADEPS ,CSAP ,rallye , moteur ,JL Dumont ,lameuse ,sudinfo

    Un petit mois, il ne reste qu’un petit mois avant que les terres du Waremmien Jean-Louis Dumont, brillant pilote, tragiquement décédé au Circuit des Ardennes 1985, ne résonnent à nouveau au bruit des moteurs qui l’ont fait tant vibrer. Une classique hesbignonne qui, à la sortie de l’été, attire toujours la grande foule. Voici un premier avant-goût, alors que les bulletins d’engagement commencent à rentrer.


    Les 16 et 17 septembre prochain, le « grand Waremme » vivra au rythme du sport qui a façonné la vie de l’un de ses plus grands champion, le Rallye, celui de Jean-Louis Dumont. Pour la 34ème année, l’Ecurie Hesbaye donnera, ces 16 et 17 septembre, le départ d’une épreuve appréciée par les locaux, mais également par les amateurs de parcours rapides.


    Inscrite au calendrier 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des CSAP Brabant et Liège, le 34ème Critérium Jean-Louis Dumont prendra à nouveau ses quartiers au Hall omnisport de Waremme (Rue des prés 43, 4300 Waremme) le samedi 16 septembre prochain. Le parcours, légèrement modifié comptera trois boucles de cinq spéciales, pour un total de 139,68 kilomètres chronométrés, toutes intégralement asphaltées. Comme de coutume, toutes les spéciales ont été tracées « en ligne ». Certaines sont historiques, d’autres de conception plus récente, mais elles assurent de départager les équipages sur leur pointe de vitesse, leur adresse dans les virages rapides et leur précision aux freinages. Ces cinq spéciales portent les noms de Donceel, Tourinne, Oreye, Oleye et Berloz. Seule la première et la dernière ont été légèrement modifiées, nous y reviendrons dans une communication ultérieure.


    A nouveau, le Critérium Jean-Louis Dumont ouvre ses engagements aux divisions 4 (voitures de hautes performances et/ou chaussées de pneus compétition), aux divisions 1-2-3 (pneus homologués pour la route obligatoires), à la division Prov’Historique et à une catégorie « Demo ». Réservée à des véhicules d’avant le 31 décembre 1990, cette catégorie a pour objectif de permettre aux propriétaires de véhicules plus anciens et plus originaux de se faire plaisir et de régaler le public dans un cadre sécurisé, sans aucune notion de compétition ou de chronométrage.


    A l’heure où nous rédigeons ces lignes, une septantaine d’équipages sont en ordre d’engagement. Sans vous faire une litanie des duos annoncés, nous pouvons déjà vous révéler la présence de Deferm, Deveux, Delleuse, Balthasar, Vrijdags, Verboven ou Dumont et Dumont (fils et petit-fils de Jean-Louis). Chacun ayant, dans sa classe, plus qu’une carte à jouer…


    L’Ecurie Hesbaye donne donc Rendez-vous à tous les pilotes, copilotes, riverains, amateurs de sport automobile dès le samedi 16 septembre, dès 14h30 au Hall omnisport de Waremme pour les contrôles technique et administratif. Le lendemain, le dimanche 17 à 08h09, la voiture portant le numéro 1 s’élancera dans la première spéciale, Donceel.


    Comme de coutume, l’accès aux spéciales demeure gratuit pour les spectateurs et le programme comprenant cartes et liste d’engagés sera vendu au centre sportif de Waremme au prix de 5 euros, et ce dès l’ouverture du contrôle technique.


    Toutes les infos sur www.hesbayemotorclub.be/


    N’hésitez pas à consulter nos pages Facebook :
    www.facebook.com/ecurie.hesbaye


    https://www.facebook.com/criteriumjldumont

     

  • Rallye-Sprint Condruzien:Yves Matton profite en famille de la DS3 WRC à Haversin Domination et nouvelle victoire de Valentin Burlet

    Imprimer

    Avec une nonantaine d'engagés au départ, le Rallye-Sprint Condruzien réunissait un plateau de qualité. Avec une DS3 WRC, Yves Matton se faisait plaisir sur une monture qui évoluait encore récemment en championnat du monde. Sur sa lancée d'Achêne, Valentin Burlet signait une nouvelle victoire de choix sur ce parcours rapide et naturel. Comme l'an passé, Hubert Deferm l'emportait en historique PH/SR tandis que Benoit Gillot gagnait du côté des Classic.

    Lire la suite