rallye

  • le rallye d' Ypres un " rêve"

    Imprimer

    rallye , WRC ,BRC , ypres ,moteur ,lameuse ,sudinfo ,rupteur magazine

    La flambée du virus avec une deuxième vague frappe fortement notre pays ces derniers jours et en toute logique tous les rassemblements publics ne sont plus autorisés.

    Donc la manche mondial de passage à Ypres est annulé

    La dernière manche devrait  se dérouler début décembre en Italie

     

  • Le rallye encore en deuil sur les routes du Portugal

    Imprimer

    laura salvo , portugal , moteur , crash , la meuse ,sudinfo,  rupteur magazine

    Laura Salvo, 21 ans, participait à la première étape du Rallye Vidreiro au Portugal .

    La Peugeot 208 était conduite par Miguel Socias et a percuté violemment un arbre.

    Il y a quelques semaine  au volant de la 208 ils était sur la première marche  du podium au Rally Ciutat de Xixona

    L’équipe de Rupteur Magazine et sudinfo Moteur présente ses plus sincères condoléances à la famille et les proches de  laura Salvo El Hage

     

  • RS du Trèfle,succès inattendu d’Eddy Mariqueen D123. & Melissa Debackere en D4

    Imprimer

    rs trèfle, moteur , rupteur magazine , lameuse, sudinfo

    Troisième épreuve Asaf organisée en « conditions covid » (après la course de côte de Richelle et le critérium Jean-Louis Dumont) et deuxième rallye-sprint de l’année (après celui de la Lhomme disputé le 1 er mars dernier), le « Trèfle » avait rassemblé un superbe plateau de 107 équipages (dont 9 inscrits en Histo Démo) qui a dû composer avec une météo pluvieuse ayant rendu le parcours très piégeux.
    Des conditions difficiles qui ont marqué le déroulement de l’épreuve, réduite de 4 à 3 passages suite au retard très important consécutif aux deux sérieuses sorties de route de Kimberley Beguint dès l’ES1 et de Philippe Dewulf dans l’ES2.

    rs trèfle, moteur , rupteur magazine , lameuse, sudinfo


    Si la demoiselle a rapidement pu quitter l’hôpital – « elle souffre de contusions au bassin et d’un problème de rotule tandis que son copilote était indemne », précisait- on du côté de l’organisation qui avait pu la contacter – l’état de la Skoda Fabia R5+ du dernier vainqueur en date de l’épreuve et premier leader ce dimanche matin a provoqué de vives inquiétudes parmi les suiveurs quant à la santé de l’équipage. Evacué vers l’hôpital de Chimay, Emmanuel Mercy, le copilote, a pu quitter l’établissement le soir même tandis que le pilote avait été évacué vers l’hôpital Marie Curie de Charleroi où son épouse, Patty, a pu le voir ce lundi : « Il est en soins intensifs, son état étant jugé sérieux. Mais plusieurs spécialistes l’ont examiné et ont confirmé qu’aucun organe vital n’avait été touché. Ce qui me rassure, c’est qu’il est bien pris en charge ! », nous confiait-elle ce lundi en fin de journée.
    Tout le monde croise en tout cas les doigts pour qu’il se rétablisse très vite ! Melissa Debackere la première, elle qui aurait préféré terminer 2 e que perdre de cette manière son seul concurrent direct, à qui elle n’avait concédé que 5 secondes dans le premier exercice.
    Elle a en effet d’autant plus facilement imposé sa Skoda Fabia R5 en Division 4 (voitures de grosse cylindrée et/ou pneus de compétition) que la troisième R5 présente, la Fiesta de Devleeschauwer, avait, elle aussi, rapidement renoncé suite à des soucis de transmission. Une Ford déjà devancée à ce moment par sa « grand-mère », l’Escort Millington du Luxembourgeois Bob Kellen qui s’est mis en valeur en décrochant le premier accessit après avoir résisté jusqu’au bout à Jean-Philippe Radoux et sa Mitsubishi Evo10, a priori
    plus adaptée à de telles conditions météo ! 4 e avec sa BMW Compact, Xavier Debaere a surtout dû cravacher pour garder le plus mince avantage (1’’) sur Tom Rensonnet qui a découvert avec bonheur (5 e et 1 er de la classe 4-12) la nouvelle Peugeot 208 Rally 4, en première belge s’il vous plaît ! Cela dit, on précisera que son second en classe 12, Loïc Dumont, a fait mieux que résister avec sa Fiesta R2 ! Enfin, Yves Deffet (11 e ) a imposé sa Citroën DS3 R3T en classe 13.

    Dans les Divisions 1, 2 et 3, la participation de Vincent Gallet, notamment vainqueur en 2017 et 2018 et encore en tête l’an passé avant une panne mécanique, ne laissait guère de doute sur le nom du favori ! Mais si le pilote de la Peugeot 306 signait assez nettement le meilleur temps au premier passage devant une autre référence en la personne de Bruno Blaise… qui allait renoncer peu après (moteur), il subissait l'application du règlement en vigueur pour le calcul d'un temps de remplacement, consécutive à une
    neutralisation dans l’ES2 (moyenne des temps réalisés lors des passages précédents - donc le temps de son premier passage sur un sol plus humide, dans le cas présent-), permettant à ses plus proches poursuivants (Soyeurt et Page) de revenir à 2 et 3 secondes au départ de l’ultime spéciale. Parti le couteau entre les dents, le leader arrachait une route, laissant alors la victoire à… l’inattendu (« seulement » 10 e après
    l’ES1) Eddy Marique qui coiffait de fort belle façon ses adversaires au poteau pour à peine plus d’une seconde !
    4 e , Cédric Petrisot emmène un peloton compact d’autres très rapides « tractions 2 litres » parmi lesquelles on remarque la bonne vieille Kadett GSI d’un Philippe Marchal qui ne vieillit pas (5 e ) alors que, juste derrière Clerbois et Linchamps, Thibaut Janty (8 e ) a pâti, comme Vincent Gallet, de un temps de remplacement sans quoi il aurait pu prétendre au top 5.
    Les premières petites cylindrées n’ont pas démérité avec la 10 e place de la Citroën Saxo de Maël Michaux, victorieux dans une classe 9 orpheline de Blaise et la 13 e place de la VW Polo de Philippe Brion, inabordable en classe 8.
    Beau comportement également des meilleures « D2 » avec la victoire de David Bossicart (20 e ) en 2-6 devant Mehdi Benali (22 e ) et Nicolas Appart (23 e et lauréat en 2-5) sans oublier Joël Borgnet, 26 e et large vainqueur en 2-4. Enfin, seul engagé en D1, Luc Delfosse s’est offert, comme à son habitude, une nouvelle victoire en classe 1.
    Moins de suspense (mais pas de spectacle!) dans les catégories historiques où les favoris n’ont rien lâché : Christophe Jacob a largement imposé son Escort « tarmac légère » (la référence à VHK74S n’est pas que dans l’immatriculation) en PH et PH18 tandis que l’Irlandais Frank Kelly, déjà vu à son avantage dans la région à l’occasion de l’Escort Rally Special, faisait de même avec son Escort « Baby Blue » en S/R (véhicules non conformes à leurs homologations d’époque) dans un temps total absolument (d)étonnant !
    On notera encore la deuxième place de Laurent Detal en PH où Jean-Claude Simon a complété le podium (et s’est adjugé la classe PH19) avec sa toujours superbe Talbot Sunbeam Lotus. Du côté S/R, une belle lutte a opposé Christophe Le Nouvel à Cédric Deshayes tout au long de l’épreuve, la « petite » Peugeot 205 Rallye conservant finalement l’avantage sur l’Opel Ascona A du dernier vainqueur en date tandis que divers soucis (neutralisation, courroie…) ont retardé la BMW 320i des Mayné père et fils, Jean- Claude officiant comme copilote d’Anthony !

    photos sur www.rupteur.be

  • Rallye Sprint du Trèfle: Parcours

    Imprimer

    rallye , asaf , trefle , froidchapelle ,rupteur ,lameuse , sudinfo , moteur

    Le public sera autorisé le long de l’étape spéciale avec le port du masque obligatoire pour tous.

    Pour la survie de l’épreuve, respecter  bien les règles « nous avons  donné notre parole au Bourgmestre » nous dit l’organisateur sous peine d’amende ou même d’arrestation administrative.

    La carte du parcours sera sur le site internet www.r-ac.be durant la journée de samedi.

  • Huis clos levé pour le Dumont 2020

    Imprimer

    asaf, rallye  ,waremme ,lameuse , sudinfo ,moteur , rupteur magazine

    La nouvelle est tombée en ce vendredi après-midi, suite à une décision des autorités de la Ville de Waremme. Celles-ci ont décidé d’appliquer les changements intervenus depuis que l’Arrêté Royal du Gouverneur de la Province de Liège a été abrogé, non sans quelques conditions… bien dans l’air du temps.

     

    Voilà une nouvelle qui va réjouir bien des amateurs de sport automobile. Alors que le Critérium Jean-Louis Dumont était parti pour se dérouler entre rallymen et organisateurs, l’Ecurie Hesbaye est soulagée de pouvoir annoncer que le public, l’entourage des équipages et autres amateurs de sport automobile seront autorisés à assister à la course. « C’est une bonne nouvelle. Organiser dans les strictes conditions initiales était compliqué. Cela dit, cela ne veut pas dire que les autorités lâchent complètement la bride. », déclare Jacques Ravet, directeur de course. En effet, les stands de petite restauration et autres buvettes resteront aux abonnés absents. De même, le masque facial et le respect de la distanciation seront imposés à tout moment, que ce soit au centre du rallye ou en bord de spéciale. Des spéciales qui resteront en libre accès pour les spectateurs. L’éventualité d’agglutiner le public dans des zones prédéfinies apparaissant peu logique aux yeux des organisateurs, comme à ceux des autorités compétentes sur le territoire waremmien.

    « Nous devons cependant insister lourdement auprès du public ! Il est essentiel que les règles soient respectées par chacun. Nous faisons figure d’épreuve pilote. J’aime à croire que nous relançons la saison en Wallonie. Il est essentiel pour le bon déroulement du Jean-Louis Dumont 2020, comme pour toutes les autres compétitions qui vont suivre, de démontrer que nous pouvons parfaitement faire vivre ce superbe sport sans prendre le moindre risque sanitaire. J’en appelle à la responsabilité et au bon sens de chacun ! », martelait cet après-midi l’expérimenté chef d’orchestre de l’épreuve Hesbignonne. Les distraits seront rappelés à l’ordre par les services de Police et les stewarts de l’organisation.

    D’un point de vue sportif, le Dumont 2020 gagne une spéciale par rapport au parcours initial. Très semblable à l’an dernier, il comptera donc trois boucles de cinq spéciales pour un total de plus de 135 km contre le chrono. Bien que la date de clôture des inscriptions soit encore éloignée, le plateau est complet, toutes catégories confondues, et la liste des réservistes est déjà bien garnie ! Entre équipages locaux, valeurs sûres des épreuves régionales et les quelques pointures annoncées, cette édition ne déméritera pas en matière de compétition, assurément !

    Comme de coutume, la catégorie PH/SR aura l’honneur d’ouvrir la route, suivie par les équipages inscrits en divisions D4-3-2-1, les afficionados de la divertissante catégorie Demo clôturant la marche. Le départ sera donné à 07h30 et la première voiture est attendue sur le podium final à 18h06. Pour rappel, toujours pour des raisons sanitaires, il n’y aura pas de remise des prix lors de cette édition. Les équipages seront libres de quitter les lieux après le passage au CH de fin de troisième boucle !

     

    Compte tenu de l’ouverture de l’épreuve au public, des programmes seront disponibles dans les deux stations-service Q8 de Waremme (Rue de Huy 157 et Chaussée Romaine 210) au prix de 5 euros, l’accès aux spéciales restant libre, au respect des gestes barrières près, et ce dès le samedi matin.(com)

     

    Toutes les infos sur : www.hesbayemotorclub.be

     

    N’hésitez pas à consulter notre page Facebook :

    https://www.facebook.com/criteriumjldumont

  • Saint-Hubert ne veut plus des Legend Boucles Bastogne

    Imprimer

    egend boucles @ bastogne, rallye , lameuse ,sudinfo ,moteur , rupteur magazine

    Fin de parcours pour les Legend Boucles Bastogne à Saint-Hubert. Le collège communal l’a décidé, et sa décision est irrévocable. Il n’y aura pas d’édition 2021 de cet événement sur la commune.

    legend boucles @ bastogne, rallye , lameuse ,sudinfo ,moteur , rupteur magazine

  • Legend boucles Bastogne:Pénalité de 600 points suite à des reconnaissances illicites pour un équipage en ‘Challenger’

    Imprimer

    legend boucles @ bastogne, rallye , lameuse ,sudinfo ,moteur , rupteur magazine

    L’organisateur des Legend Boucles @ Bastogne avait prévenu : cette année encore, c’est tolérance zéro pour ce qui est des reconnaissances sur le parcours de l’étape dominicale, de type forestier. Comme annoncé, des caméras de surveillance ont été installées à des endroits stratégiques, et si la situation est très calme, certains ont apparemment décidé de malgré tout parcourir l’un ou l’autre chemin forestier où passeront en effet les concurrents ce dimanche 2 février.

     

    C’est ainsi qu’après une enquête précise, l’équipage portant le dossard #219, engagé en catégorie ‘Challenger’ avec une Porsche 911 SC 3.0 Gr.4, a été formellement identifié sur le tracé du Test de Régularité Eglantine, par ailleurs parcouru depuis six ans par le rallye. Le concurrent a été entendu par l’organisation, reconnaissant l’infraction commise.

     

    Selon l’article 15 du règlement sportif ‘Legend-Challenger’ des Legend Boucles @ Bastogne 2020, l’équipage concerné écope d’une pénalité de 600 points, barème appliqué pour une premier infraction. Dès le début du rallye, le Directeur de Course Etienne Massillon signifiera audit concurrent cette décision par rapport aux faits constatés.

     

    Pour rappel, les caméras de surveillance restent plus que jamais actives au cours de cette ultime semaine avant le rallye. Les vidéos des RT forestiers du dimanche peuvent être consultées depuis ce lundi en début de soirée sur le site officiel des Legend Boucles @ Bastogne 2020, onglet ‘Concurrents’, puis ‘Infos complémentaires’, puis ‘Vidéo Links Recce’.

     

    Quant aux RT du samedi, elles seront reconnues de manière officielle vendredi. Qu’on se le dise, la Zone de Police Centre Ardenne veille au grain, pour la sécurité et la sérénité de chacun, ainsi que la pérennité de l’épreuve.

  • Rupteur magazine:On ne change pas une équipe qui gagne pour faire encore mieux

    Imprimer

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

    2020 deuxièmes anniversaires pour rupteur magazine

    Actuellement  près de 300 abonnés et une centaine  qui sont preneurs du magazine occasionnellement, plus de 15000 vues sur les réseaux sociaux sans oublier la reconnaissance des diverses organisations (rallyes , courses de côte et slalom) qui nous accueillent chaque wk pour l’installation de notre stand. Un peu plus de 50 courses du nord au sud et de l'est à l'ouest

    Il a fallu le temps que la mayonnaise prenne, voilà c’est chose faite.

    Pour cette nouvelle année nous voulons faire encore mieux et avec :

    -Notre boutique de vente d'accessoires et photos sur le site rupteur

    -Une revue avec plus de pages nous passons à36 pages alors que nous étions à plus ou moins 24 pages.

    -Notres stand avec les photos et les infos que vous voulez.

    -Un suivi sur sudinfo moteur des divers disciplines

    -Du E-sport

    Et un nouveau projet, le challenge rupteur (rallye, course de cote et slalom) dans les provinces de Liège, Namur, Hainaut, Brabant, Luxembourg en un mot dans tout le pays  De début février à mi novembre challenge repris sur  Racing Channel

    Infos Challenge : ICI

    A la fin du challenge nous ne remettrons pas moins de 40 trophées

     

    rupteur magazine , moteur , brc , asaf  ,sudinfo , moteur

     

  • Legend Boucles @ Bastogne 2020:Un parcours revu en profondeur !

    Imprimer

    bastogne , rallye , rupteur magazine ,sudinfo, moteur

    Après cinq années de Legend Boucles au départ de Bastogne, l’édition 2020 verra son parcours complètement renouvelé, seul un test de régularité (RT) restant identique par rapport au passé, tandis qu’un autre sera parcouru en sens inverse. Sur les 5 RT du samedi et les 6 du dimanche, 10 RT seront donc inédits ! Qu’on se le dise…
    « La première raison d’un tel renouvellement, c’est la décision de ne plus aller en province de Liège, explique Eric Chapa, responsable du parcours, ce qui nous a permis de proposer de nouveaux RT autour de Bastogne et les communes avoisinantes, avec des points spectacles pas trop éloignés de la région de Liège, sur Houffalize et Gouvy, mais aussi dans l’autre direction, à Vaux-sur-Sûre et Léglise pour le samedi, tout en conservant les habitudes à Bastogne, Tenneville et Bertogne, avec un RT Show très spectaculaire. »
    Le dimanche, la raison du changement est plutôt liée au respect de l’environnement et de la forêt qui accueille l’épreuve, en collaboration avec le DNF, le souhait des gestionnaires forestiers d’avoir une rotation entre les parcours afin de ne pas mettre une pression répétée sur les mêmes massifs, mais aussi et surtout à cause de la peste porcine qui, si elle ne semble plus progresser, a obligé le DNF à créer des zones de protection qui englobent les anciens RT de la région de Florenville, Herbeumont, Bertrix…
    « Mais la collaboration est telle avec le DNF que dès le lendemain de l’édition 2019, ils nous ont proposé des parcours alternatifs, où nous avons été très bien accueillis par de nouvelles communes sur le territoire desquelles il n’y avait jamais eu de rallye par le passé, comme Martelange et Libin, poursuit Eric Chapa. C’était très amusant de leur expliquer le déroulement d’un rallye et la différence entre un RT sur route fermée et un parcours de liaison… Ils ont eu peur que l’on ferme la N4 pour faire passer le rallye ! Résultat : après explications : un RT de 7,20 km avec seulement 500 mètres d’asphalte ! »
    Si le nombre de RT est réduit par rapport à 2019 - 16 au lieu de 19 -, le kilométrage total est en augmentation, avec 220 kilomètres contre 208 en 2019.
    Inutile donc pour les petits malins de tenter de reconstituer le parcours à partir des roadbooks précédents… tout a changé !(com)

  • GRÉGOIRE MUNSTER DÉCROCHE LA VICTOIRE AU RALLYE NATIONAL HIVERNAL DU DÉVOLUY

    Imprimer

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Grégoire Munster et Louis Louka (Skoda Fabia R5) ont remporté le Rallye National Hivernal du Dévoluy, en France. Leader du début à la fin, auteur de quatre scratches, le jeune Belge de 20 ans a achevé l’épreuve avec un avantage de 37 secondes sur la VW Polo R5 d’Olivier Burri. Yohan Rossel (Citroën C3 R5), champion de France sur asphalte, a terminé en troisième position, à 45’’8. Bertrand Pierrat et André Leyh, au volant d’une VW Polo R5 BMA, ont clôturé l’épreuve en 9ème position.

    Le Rallye National Hivernal du Dévoluy est une jeune épreuve, en étant à sa quatrième édition à peine, qui ne compte pas encore pour le championnat de France. Cette épreuve, disputée dans des conditions aussi difficiles qu’hivernales, est néanmoins considérée par beaucoup comme une préparation idéale en vue du Rallye de Monte-Carlo. Deux jours durant, les concurrents affrontent quelque 116 kilomètres contre le chrono. Samedi, Grégoire Munster et Louis Louka ont pris un solide départ, remportant la première spéciale, avant d’enchaîner avec trois autres scratches pour conserver le leadership du début à la fin.

    “La clef de cette épreuve résidait dans les troisième et quatrième spéciales, commente Grégoire Munster. Durant le premier passage de nuit, soit les 10,29 kilomètres entre Agnières et Dévoluy, j’ai devancé Rossel de 14 secondes et Burri de 27 secondes. S’en suivait la spéciale de 25,78 kilomètres du Col de la Bachassette, où les conditions étaient vraiment difficiles. Le brouillard était tellement épais qu’on voyait à peine plus loin que le capot de la voiture. C’est là que Louis s’est imposé comme un guide parfait. Nous avons roulé à notre propre rythme, signant le deuxième meilleur temps derrière Burri, mais en devançant le champion de France Rossel de 45 secondes ! Dimanche, nous avons privilégié une approche plus conservatrice. On a attaqué quand on le pouvait, et on a assuré dans les autres tronçons. Les conditions changeaient constamment. Neige et glace, en alternance avec du sec ou du mouillé. Il s’agissait aussi de rester bien attentif aux portions de neige en train de fondre, qui laissait une couche de boue particulièrement piégeuse sur la route. On est passé à travers tous ces obstacles sans commettre d’erreur. Nous sommes un jeune duo, mais notre course a été marquée du sceau de l’expérience. Nous étions soulagés à l’arrivée, et l’embrassade avec mon père était très intense. C’est chouette de conclure la saison de cette manière. Il s’agissait de mon cinquième rallye cette saison avec la Skoda Fabia R5. Un parcours qui a débuté au Monte-Carlo pour se poursuivre en Finlande et se conclure ici, en France. A chaque fois, les conditions étaient délicates. Mais c’est dans de telles circonstances qu’on apprend le plus.’’

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Papa de Grégoire et Team Principal de BMA, Bernard Munster était on ne peut plus satisfait, et même très fier au terme de cette épreuve. “Cette troisième spéciale était vraiment impressionnante, assurait Bernard Munster. Pour cette épreuve, nous avions choisi les types de gomme autorisées au Monte-Carlo 2020, selon la nouvelle réglementation WRC. C’était également notre approche au moment d’envisager notre participation à cet événement. Cela signifie qu’on était limité dans le choix de pneus. Burri, qui dispute le Monte-Carlo de façon amateur, n’est pas lié à la réglementation WRC, ce qui signifie qu’il disposait d’un plus large choix de pneus. Lorsqu’à la fin d’un tel rallye, vous êtes en mesure de l’emporter avec une ancienne Skoda Fabia R5 devant Burri et Rossel, pilote officiel Citroën Sport et champion de France, je pense que vous pouvez être très fier de vous-même. Grégoire a intelligemment bâti sa victoire. Il a disputé une course réfléchie, ce qui signifie qu’à ce niveau, il a largement progressé. J’espère sincèrement qu’il pourra continuer dans cette voie, si possible dès le Monte-Carlo en début d’année. Il s’agira de son premier rallye de la saison.’’

    Bertrand Pierrat et André Leyh ont de leur côté vécu un envol difficile. Ils ont achevé la première étape en 11ème position. Grâce à un 7ème temps dans la première spéciale de dimanche, le duo a intégré le top 10. Et après un top 5 dans l’ES8, Pierrat est passé en 9ème position. “Ce rallye promettait d’être vraiment difficile. Juste avant le départ, de fortes chutes de neige ont eu lieu, décrit Bertrand Pierrat. Et puis la météo a changé, il a commencé à dégeler, ce qui a entraîné la présence d’une grosse couche de neige fondue sur la route. J’étais constamment à la recherche de grip, ce qui rendait le pilotage de la voiture assez difficile. La dernière fois que j’ai pris le volant de la VW Polo R5 BMA, c’était au Monte-Carlo en début d’année. Avec le team, nous avons cherché des solutions, modifié et amélioré le set-up, ce qui m’a permis de retrouver de la confiance et d’avoir un meilleur feeling au volant de la voiture. Je suis assez satisfait de ma neuvième place, surtout face à une telle concurrence. Il s’agissait d’une préparation idéale en vue du Monte-Carlo, qui aura lieu dès le début d’année. J’y serai une fois encore présent avec la VW Polo R5 BMA.’’ com.
     

     

     

  • Legend Boucles @ Bastogne 2020:Des règles techniques et des coefficients simplifiés

    Imprimer

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur

    Qui n’avance pas recule… Mais parfois, il est préférable de reculer pour mieux avancer ! L’an dernier, les organisateurs des Legend Boucles @ Bastogne avaient joué la carte d’une certaine authenticité en inaugurant la catégorie ‘Super Legend’ pour les véhicules ne correspondant pas totalement à la réglementation technique. Une règle mal comprise, mal interprétée… et peu appréciée. Résultat : le RAC Spa a décidé de simplifier les règles techniques, mais aussi les fameux coefficients propres aux Legend Boucles…
    « Autant l’avouer, pour l’édition 2019, nous avions été trop loin côté règlement technique, ce qui en a agacé plus d’un, explique Pierre Delettre. La volonté pour 2020 est dès lors d’en revenir à quelque-chose de plus basique, donc de plus raisonnable. Il était notamment important que les catégories ‘Legend’ et ‘Challenger’ reposent sur les mêmes règles, afin d’éviter qu’une voiture non-conforme en ‘Legend’ soit reversée en ‘Challenger’. La seule différence, c’est que la catégorie ‘Challenger’ reste réservée aux voitures construites avant 1987, tandis qu’en ‘Legend’, nous acceptons les bolides relevant de l’Annexe J2 FIA, construits jusqu’en 1990, pour autant qu’il s’agisse de modèles à deux roues motrices seulement. Le coefficient d’âge de ces voitures construites entre 1987 et 1990 passe de 1,4 à 1,2. »


    Plus important encore, pour les catégories ‘Legend’ et ‘Challenger’, les freins et les suspensions sont désormais… libres ! Ce qui évitera la modification de voitures évoluant avec d’autres types de freins et de suspensions le reste de l’année. Quant aux boîtes de vitesses, elles peuvent être de type séquentiel… mais le coefficient passe alors à 1,5 !

    « Pour ce qui est des moteurs, source de bien de discussions avant, pendant et après l’épreuve, un réalésage de 20% est autorisé sans entraîner de modification du coefficient, poursuit Pierre Delettre. Si le réalésage par rapport à la mécanique d’origine est supérieur à 20%, ou si le moteur est passé de 8 à 16 soupapes, c’est un coefficient de 1,5 qui sera appliqué. Par contre, les Ford Escort de type ‘Milligton’, ou propulsées par des mécaniques d’autre marque, sont interdites ! Histoire de préserver l’aspect ‘historique’ de l’épreuve. »

    Last but not least, les coefficients d’âges ont été simplifiés eux aussi. Pour les véhicules construits jusqu’au 31 décembre 1961, le coefficient sera de 0,95, afin d’encourager l’engagement des plus anciennes, tandis que pour les voitures construites entre le 01/01/1962 et le 31/12/1986, le coefficient sera de 1,0.


    Reste le cas de la catégorie ‘Classic’, pour laquelle les règles techniques ne changent pas. Comme annoncé, un arceau de protection sera obligatoire dès l’édition 2021. Ce qui signifie que pour les Legend Boucles @ Bastogne 2020, cette obligation ne sera pas encore d’application. « Nous avons d’ailleurs d’ores et déjà décidé qu’en 2021, seules les voitures construites après le 01/01/1971 seront concernées par l’obligation d’installer un arceau de protection. Toujours dans le but de favoriser l’engagement de voitures plus anciennes, datant des années ’50 ou ’60 », précise Pierre Delettre.
    On l’a compris, pour cette édition 2020 des Legend Boucles @ Bastogne, une certaine convivialité technique et sportive sera de mise. Qu’on se le dise…(com)

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur

    legend boucles @ bastogne , rupteur magazine , lameuse ,sudinfo ,moteur

  • Le Spa Rally 2020 officialisé les 14 et 15 mars

    Imprimer

    brc, sparally ,lameuse, sudinfo, moteur, rupteur ,dgsport

    Alors que le Belgian Rally Championship 2019 vient de se clôturer du côté de Huy, DG Sport travaille d’arrache-pied aux réjouissances 2020, à commencer par le Spa Rally. Une fois encore, l’épreuve tracée en région spadoise sera la deuxième manche de la compétition nationale, et sa date sera inchangée par rapport à l’an dernier. C’est en effet à la mi-mars, plus précisément les samedi 14 et dimanche 15, que l’événement aura lieu, tandis que le Shakedown sera programmé le vendredi 13 mars. 

    "En 2019, nous avions veillé à retrouver certains fondamentaux de notre épreuve, et cette tendance se confirmera lors de l’édition 2020, commente Christian Jupsin, responsable de DG Sport. Bernard Herman et son équipe restent bien sûr aux commandes de l’événement, qui consistera de nouveau en une manche du très disputé Belgian Rally Championship, avec des annexes Critérium et VHRS, chacune disputée sur une seule journée. Précisons également, et on y tient, que le parcours, déjà bouclé et qui réservera de belles surprises, sera 100% asphalte, sans la moindre portion de terre. Bref, on repart sur les mêmes bases qui avaient donné satisfaction en mars dernier…"

    DG Sport poursuivra également le développement de l’aspect marketing du Spa Rally, qui servira plus que jamais de lieu de rencontre et d’échange pour les sociétés de la région souhaitant joindre l’utile à l’agréable. 

    Si les bolides vont progressivement regagner les ateliers afin de passer l’hiver au chaud, dans les rangs de DG Sport, on est déjà passé en mode 2020…(com)

    Toutes les infos ICI

  • Rallye Condroz 2019: Victoire pour Lefebvre et titre pour Fernémont sur Skoda

    Imprimer

    condroz, rallye ,rupteur bedoret ,lefebvre ,fernemont,skodamagazine ,lameuse, sudinfo ,brc

    Après 20 étapes spéciales  piégeuse  Stéphane Lefebvre est vainqueur devant  De Mevius Guillaume deuxième et De Mevius Ghislain sur la troisième marche suite à la sortie dans la dernière spéciale de  Sébastien Bedoret .

    Adrien Fernémont   remporte le titre en BRC

    Skoda remporte le titre constructeur

    condroz, rallye ,rupteur bedoret ,lefebvre ,fernemont,skodamagazine ,lameuse, sudinfo ,brc

    condroz, rallye ,rupteur bedoret ,lefebvre ,fernemont,skodamagazine ,lameuse, sudinfo ,brc

    condroz,rallye,lameuse,sudinfo,brc,rupteur bedoret,lefebvre,fernemont,skoda,magazine

    Résultats Condroz: ICI

    Résultats Belgian Rally Championship : ICI

  • Lancement du 46 ème rallye du Condroz sous la pluie (cartes et timing)

    Imprimer

    Une fois de plus le rallye du Condroz  sans pluie ne serait pas le rallye du Condroz et d’après les conditions climatiques pour le wk nous ne devrions pas échapper à cela.

    Quand nous parlons du lancement pour certains il a déjà commencé début de semaine avec  la mise au point de leur monture  sous un « grand soleil » mais avec un terrain gras quand même.  Le shakedown du jour a une fois de plus attiré les grandes foules malgré la pluie et y compris les incontournables pseudos spectateurs  qui ne savent pas se tenir malheureusement .

    condroz , rallye , huy , lameuse ,surdinfo ,rupteur, magazinePhoto S.China

    Coté équipages ce shakedown n’empêchera pas les équipages de prendre le départ demain vu que aucun gros incidents n’ont été signalés  .

    condroz , rallye , huy , lameuse , Prévot ,Stépahne ,surdinfo ,rupteur, magazine

    Beaucoup de monde aussi au chapiteau pour la traditionnelle  séance d'autographes y compris la séance spéciale de Stéphane Prévot qui présentait et dédicaçait son livre.

    condroz , rallye , huy , lameuse , Prévot ,Stépahne ,surdinfo ,rupteur, magazine

    Rendez-vous sur les routes et surtout prudence et respectez les zones ainsi que les stewarts et commissaires.

    timing: ICI

    cartes: ICI 

     

    condroz , rallye , huy , lameuse , Prévot ,Stépahne ,surdinfo ,rupteur, magazine

    Vous pouvez suivre aussi le rallye sur la page rupteur magazine

    condroz , rallye , huy , lameuse , Prévot ,Stépahne ,surdinfo ,rupteur, magazine

     

     

     

  • Condroz 2019 :Pas de grande star ,par contre une très belle liste des engagés

    Imprimer

    condroz ,rallye,lameuse ,sudinfo,moteur ,rupteur magazine

    Trente-et-une voitures de la classe R5, six Porsche 997 GT3, trois WRC ancienne génération, une bonne dizaine de Ford Escort MKII… 143 inscriptions enregistrées à la date de clôture des inscriptions, le 46e Rallye du Condroz s’annonce palpitant.

    Rappelons quand même que le titre de champion de Belgique se joue à Huy entre Kris Princen, Sébastien Bedoret et Adrien Fernémont . En plus de ces trois pilotes Skoda, Ghislain de Mevius (Skoda), Cédric Cherain (VW Polo), le jeune et prometteur Français Pierre-Louis Loubet (Skoda), Vincent Verschueren, qui a en dernière minute délaissé sa Skoda pour prendre les commandes de la seconde VW Polo R5 du THX Racing et Kevin Demaerschalk (Ford Fiesta II) peuvent eux aussi prétendre à la victoire. Et il ne faut pas oublier des pilotes moins souvent présents au championnat mais toujours en grande forme au Condroz : Yves Matton (Skoda), Xavier Bouche (VW Polo), Cédric De Cecco (Skoda), Davy Vanneste (Skoda), Olivier Collard (Skoda), Guillaume de Mevius (Citroën). Plusieurs pilotes régionaux tenteront d’exploiter au mieux leur « R5 » : Xavier Baugnet, Cédric Busin (Skoda), Etienne Monfort (Skoda), Emmanuel Gonay (Citroën C3), Bastien Rouard (Skoda), Harry Bouillon (Ford Fiesta) sans oublier les jeunes Grégoire Munster (Skoda), PJM Cracco (Skoda), Maxime Potty (VW Polo) et Amaury Molle. La liste des pilotes de R5 se complète avec le Britannique Neil Simpson (Skoda), déjà présent en 2018, Henri Schmelcher (VW Polo), Jourdan Serderidis (Skoda), Christophe Verstaen (Skoda), Melissa Debackere (Skoda), Niels Reynvoet (Skoda), et Alain Litt (Skoda). Au total donc, 31 « R5 » dont 22 Skoda Fabia, quatre VW Polo, deux Ford Fiesta, deux Citroën C3 et deux voitures encore à préciser pour Xavier Baugnet et Amaury Molle.

    Côté GT, la bagarre risque bien d’être aussi somptueuse avec cinq Porsche  très bien conduites qui vont assurer le spectacle : « Fred » Bouvy, John Wartique, Pascal Gaban, Renaud Verreydt, Romain Delhez et Gino Bux, excusez du peu !

    Et puis quelques voitures qui sortent du lot comme la Skoda Fabia S2000 du régional Johan Van den Dries, la Mitsubishi Lancer WRC de Eric Lefevre, la Subaru Impreza WRC d’Alain Willems ou encore la Dacia Sandero R4 de Florian Jupsin.

    En historique, on attend avec impatience la prestation de  Lancia Beta Monte-Carlo de Jean-Pierre Vandewauwer, la Ford Sierra Cosworth 4x4 de Dirk Deveux et une meute de Ford Escort emmenée par le leader au championnat Arthur Kerckhove, avec de solides pilotes comme Christophe Daco, Pieter-Jan Mayaert, Hubert Deferm, Patrick De Blauwe, Julien Collette ou Benoît Gillot. Il faudra également surveiller la Porsche de André Lausberg et jouir du spectacle des Volvo de Lamy et Glaude.

    Si Grégoire Munster est d’ores et déjà titré au championnat junior et le Néerlandais Timo Vander Marel dans la classe R2, la bagarre entre les petites tractions de cette catégorie sera intéressante elle aussi avec quelques solides candidats à la victoire : Thibaut Mazuin et Gilles Pyck (Peugeot 208 ), Jean-Louis Boesmans (Ford Fiesta) ou encore Timo Van der Marel et Charles Munster (Opel Adam). Des Renault Clio R3 (Bouts, Leroy, Jensen, .., des DS3 R3 (Neven, S’Heeren), des plus petites R2 (Dumont en Skoda Fabia, Docquier, Debaere en Citroën C2 R2 Max).

    Et puis un rallye du Condroz ne peut se passer des Mitsubishi Lancer. Cette année encore, ils seront 8 à piloter la 4x4 japonaise : les locaux Colignon, Destrument, Lemaire et Orban mais également Stefaan Tsjoens et Cédric Verhees. Deux autres Mitsubishi Lancer Evo officieront par ailleurs en voiture « 0 » aux mains de Dominique Jullien et Marcel Cailloux.

    Le spectacle sera donc au rendez-vous dès le vendredi, à Huy, au Parc d’assistance et à la spéciale d’essai libre de Ben-Ahin (gratuit pour les détenteurs du pass week-end, 5 € pour les autres), avec la traditionnelle séance d’autographes sous le chapiteau à 18h30, la présentation du livre sur Stéphane Prévot sous le chapiteau également de 16 à 18h00 et sur les spéciales, dès le samedi à 9h00 (Wanzoul).(com)

    Infos utiles et billetterie : www.condrozrally.be