r5

  • GRÉGOIRE MUNSTER DÉCROCHE LA VICTOIRE AU RALLYE NATIONAL HIVERNAL DU DÉVOLUY

    Imprimer

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Grégoire Munster et Louis Louka (Skoda Fabia R5) ont remporté le Rallye National Hivernal du Dévoluy, en France. Leader du début à la fin, auteur de quatre scratches, le jeune Belge de 20 ans a achevé l’épreuve avec un avantage de 37 secondes sur la VW Polo R5 d’Olivier Burri. Yohan Rossel (Citroën C3 R5), champion de France sur asphalte, a terminé en troisième position, à 45’’8. Bertrand Pierrat et André Leyh, au volant d’une VW Polo R5 BMA, ont clôturé l’épreuve en 9ème position.

    Le Rallye National Hivernal du Dévoluy est une jeune épreuve, en étant à sa quatrième édition à peine, qui ne compte pas encore pour le championnat de France. Cette épreuve, disputée dans des conditions aussi difficiles qu’hivernales, est néanmoins considérée par beaucoup comme une préparation idéale en vue du Rallye de Monte-Carlo. Deux jours durant, les concurrents affrontent quelque 116 kilomètres contre le chrono. Samedi, Grégoire Munster et Louis Louka ont pris un solide départ, remportant la première spéciale, avant d’enchaîner avec trois autres scratches pour conserver le leadership du début à la fin.

    “La clef de cette épreuve résidait dans les troisième et quatrième spéciales, commente Grégoire Munster. Durant le premier passage de nuit, soit les 10,29 kilomètres entre Agnières et Dévoluy, j’ai devancé Rossel de 14 secondes et Burri de 27 secondes. S’en suivait la spéciale de 25,78 kilomètres du Col de la Bachassette, où les conditions étaient vraiment difficiles. Le brouillard était tellement épais qu’on voyait à peine plus loin que le capot de la voiture. C’est là que Louis s’est imposé comme un guide parfait. Nous avons roulé à notre propre rythme, signant le deuxième meilleur temps derrière Burri, mais en devançant le champion de France Rossel de 45 secondes ! Dimanche, nous avons privilégié une approche plus conservatrice. On a attaqué quand on le pouvait, et on a assuré dans les autres tronçons. Les conditions changeaient constamment. Neige et glace, en alternance avec du sec ou du mouillé. Il s’agissait aussi de rester bien attentif aux portions de neige en train de fondre, qui laissait une couche de boue particulièrement piégeuse sur la route. On est passé à travers tous ces obstacles sans commettre d’erreur. Nous sommes un jeune duo, mais notre course a été marquée du sceau de l’expérience. Nous étions soulagés à l’arrivée, et l’embrassade avec mon père était très intense. C’est chouette de conclure la saison de cette manière. Il s’agissait de mon cinquième rallye cette saison avec la Skoda Fabia R5. Un parcours qui a débuté au Monte-Carlo pour se poursuivre en Finlande et se conclure ici, en France. A chaque fois, les conditions étaient délicates. Mais c’est dans de telles circonstances qu’on apprend le plus.’’

    bma, Gregoire Munster ,Louis Lucas , skoda , R5 ,moteur , rupteur magazine ,sudinfo

    Papa de Grégoire et Team Principal de BMA, Bernard Munster était on ne peut plus satisfait, et même très fier au terme de cette épreuve. “Cette troisième spéciale était vraiment impressionnante, assurait Bernard Munster. Pour cette épreuve, nous avions choisi les types de gomme autorisées au Monte-Carlo 2020, selon la nouvelle réglementation WRC. C’était également notre approche au moment d’envisager notre participation à cet événement. Cela signifie qu’on était limité dans le choix de pneus. Burri, qui dispute le Monte-Carlo de façon amateur, n’est pas lié à la réglementation WRC, ce qui signifie qu’il disposait d’un plus large choix de pneus. Lorsqu’à la fin d’un tel rallye, vous êtes en mesure de l’emporter avec une ancienne Skoda Fabia R5 devant Burri et Rossel, pilote officiel Citroën Sport et champion de France, je pense que vous pouvez être très fier de vous-même. Grégoire a intelligemment bâti sa victoire. Il a disputé une course réfléchie, ce qui signifie qu’à ce niveau, il a largement progressé. J’espère sincèrement qu’il pourra continuer dans cette voie, si possible dès le Monte-Carlo en début d’année. Il s’agira de son premier rallye de la saison.’’

    Bertrand Pierrat et André Leyh ont de leur côté vécu un envol difficile. Ils ont achevé la première étape en 11ème position. Grâce à un 7ème temps dans la première spéciale de dimanche, le duo a intégré le top 10. Et après un top 5 dans l’ES8, Pierrat est passé en 9ème position. “Ce rallye promettait d’être vraiment difficile. Juste avant le départ, de fortes chutes de neige ont eu lieu, décrit Bertrand Pierrat. Et puis la météo a changé, il a commencé à dégeler, ce qui a entraîné la présence d’une grosse couche de neige fondue sur la route. J’étais constamment à la recherche de grip, ce qui rendait le pilotage de la voiture assez difficile. La dernière fois que j’ai pris le volant de la VW Polo R5 BMA, c’était au Monte-Carlo en début d’année. Avec le team, nous avons cherché des solutions, modifié et amélioré le set-up, ce qui m’a permis de retrouver de la confiance et d’avoir un meilleur feeling au volant de la voiture. Je suis assez satisfait de ma neuvième place, surtout face à une telle concurrence. Il s’agissait d’une préparation idéale en vue du Monte-Carlo, qui aura lieu dès le début d’année. J’y serai une fois encore présent avec la VW Polo R5 BMA.’’ com.
     

     

     

  • Vincent Verschueren (Skoda Fabia R5) a renoué avec les joies de la victoire lors de cette 35ème édition du Rallye de Wallonie.

    Imprimer
     
     

    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo

    Si la lecture de la première ligne des classements progressifs pourrait nous laisser croire que le champion de Belgique en titre a dominé l’épreuve de bout en bout , il n’en fut en réalité rien : « Cédric et Adrian ont poussé très fort pendant deux jours. C’est ma première victoire à Namur et je voulais la dédier à mon ami Mathias Viaene, disparu fin de l’année dernière. Il avait lui-même remporté la course en 2000 et je me souviens que je suis souvent venu le voir rouler ici. J’aime ce parcours rapide qui nous a permis de compenser le fait que nous ne disposions pas de la dernière évolution moteur de la Skoda. Samedi nous avons ainsi chaque fois fait la différence lors des deux premiers passages dans le juge de paix (23,4Km) de Nettinne-Mohiville. En plus je réalise une bonne opération au championnat puisque je reviens à 4 points de Kris Princen, absent ici. »


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo

    Tout au long du rallye, Cédric Cherain et Adrian Fernémont lui ont mené la vie dure. Tous les deux pouvaient regretter diverses petites erreurs : Tout droit pour le namurois dans le chrono d’ouverture de samedi matin et moteur calé au départ d’une spéciale pour le citoyen de Fléron. Comme chacun des deux le signalait, en rallye le vainqueur est souvent celui qui commet le moins de fautes et à ce petit jeu là Vincent Verschueren était clairement le plus régulier ce week-end.


     

    Derrière ce beau podium, Olivier Collard était pleinement satisfait de ses débuts en catégorie R5. Sur unebrc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfo Skoda Fabia R5 il faisait rapidement jeu égal avec Xavier Bouche samedi avant que ce-dernier ne se voit infliger une pénalité de 3 minutes pour conduite dangereuse en liaison ce qui l’incitait à en rester-là samedi soir. Cinquième, Sébastien Bedoret (Skoda Fabia R5) confirmait sa bonne progression au fil des spéciales, même si Manu Canal-Roblès aurait pu lui donner du fil à retordre si la boite de vitesses de sa Skoda Fabia WRC n’en avait pas décidé autrement au premier passage dans Wartet ce dimanche matin. Pas de chance non plus pour Achiel Boxoen, auteur d’une touchette à 3 spéciales de la fin ou, encore, pour David Bonjean (pont cassé dès la première spéciale du samedi sur sa Skoda Fabia R5) et Guillaume De Mévius (sortie de route samedi sur la Peugeot 208 T16 du RACB National Team).


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfoEn catégorie GT, Patrick Snijers se montrait intouchable s’offrant même le luxe de conclure son rallye à la 6ème place du classement général après avoir profité d’une crevaison du néerlandais Edwin Schilt (Skoda Fabia R5) dans l’avant-dernière spéciale. Un clin d’œil plus que sympathique, quand on se souvient que Snijers n’est autre que le vainqueur de la première édition du rallye en 1984 et déjà sur une Porsche 911 !  Dans le top 10 on saluait encore les belles prestations de Jonas Langenakens (Mitsubishi Lancer Evo10), officieux vainqueur de la catégorie N4 et trop vite débarrassé de son rival Bastien Rouard et d’Olivier Cartelle, deuxième en GT et qui était le premier à souligner les chronos impressionnants de Snijers sur une monture similaire.


    Du côté des tractions la lutte entre Stephan Hermann et Christophe Verstaen aura tenu les spectateurs en brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfohaleine tout le week-end. Le pilote de la Fiat Punto S1600 s’imposant pour 5" face à celui de l’Opel Astra « M2000 ». Juste derrière, le Néerlandais Timo Van Der Marel remportait facilement la catégorie R2 sur son Opel Adam. Il devançait d’une minute l’autre Opel Adam de Grégoire Munster, vainqueur en junior après que Romain Delhez ne soit sorti de la route, lui aussi sur une Opel Adam. Le fils de Bernard s’imposait devant Tobias Brüls (Peugeot 208 R2) et Jean Dilley (Ford Fiesta R2T) qui regrettait une petite excursion dans les champs entrainant une crevaison. Juste derrière Munster Jr., on notait encore le bon comportement d’Harry Bouillon, lauréat en classe RC3 sur sa DS3 R3.


    brc , wallonie ,moteur ,pics ,skoda ,R5 ,lameuse ,sudinfoEnfin, chez les historiques, Paul Lietaer ponctuait son retour au Rallye de Wallonie après 9 ans d’absence par une belle victoire : « Cela faisait trop longtemps que je n’étais plus venu ici que pour attaquer directement au premier passage. J’ai donc effectué des reconnaissances accélérées avant de pousser un peu plus lors des autres boucles », rigolait le moustachu dont l’authentique Opel Manta 400 aura ravivé bien des souvenirs chez les plus anciens.


    Au sein de l’Automobile Club Namur, on se montrait plutôt satisfait du déroulement de cette 35ème édition. Pour l’équipe organisatrice, le prochain rendez-vous est fixé le 12 août prochain lors du traditionnel Rallye-Sprint Condruzien, disputé dans l’entité d’Haversin.(com)

    Toutes les photos : ICI

     
     
  • Rallye :Nouvelle décoration de l'équipage Abbring/Tsjoen

    Imprimer

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Comme demandé par certains, voici la nouvelle décoration de l'équipage Abbring/Tsjoen, terminée hier soir par Enseignes Plexi. 
     
    La préparation à l’atelier R.Tec se finit et le départ est imminent en vue du prochain Monte-Carlo où la Ford Fiesta R5 évoluera en WRC2.
     
    L’équipe proche de Charleroi (Heppignies) en effectuera l’assistance lors des deux premières manches mondiales déjà prévues (Monte-Carlo et Suède).(com)

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

    Abbring  ,Tsjoen ,R.Tec ,WRC2 ,ford ,fiesta ,R5 ,moteur ,sudinfo ,lameuse

     

  • Spa rally: Cherain et Fumal hors course , la victoire revient à Allart(voir la décision des commissaires sportif)

    Imprimer

    : DS3, WRC, D-MAX, RALLYE,SPA, R5, BRC, MOTEUR, LAMEUSE, SUDINFO, KRIS, PRINCEN, CÉDRIC, CHERAIN, JEAN-PIERRE, DELMELLE

    En cas d’appel,Les deux concurrents ont le droit de le faire jusqu'à ce vendredi minuit et sera examiné par le RACB dans le cadre du Tribunal Sportif.

  • Spa rally:Incroyable victoire de Cédric Cherain et Jean-Pierre Delmelle au terme d’un Rallye de toutes les folies !

    Imprimer

    Cédric ,Cherain , Jean-Pierre ,Delmelle , DS3 ,WRC ,D-MAX ,rallye ,Spa ,kevin ,Abbring ,R5 ,BRC ,moteur ,lameuse ,sudinfo ,kris , princen , Peter ,Kaspers ,Thierry ,Neuville

     

    C’est bien simple, le cinéma n’aurait sans sous pas osé imaginer scénario plus fou ! C’est une histoire à la Michel Vaillant qui s’est achevée ce samedi sur le coup de 22 heures à Spa. Histoire qui n’avait d’ailleurs que moyennement bien débuté pour Cédric Cherain et Jean-Pierre Delmelle, engagés au départ du Spa Rally 2017 avec une DS 3 RRC, soit une version WRC bridée, issue des ateliers italiens de D-Max. « Lors du Shakedown de jeudi, quand Kevin Abbring m’a collé une poignée de secondes en 3 kilomètres à peine, je me suis dit qu’on avait un peu de travail pour redresser la situation, explique Cédric. La voiture avait des réglages beaucoup trop durs, pas du tout adaptés au terrain belge, et la bride de 30 ne constituait pas vraiment un avantage en termes de puissance face aux meilleures R5. Mais bon, on a commencé à bosser, à tout changer, avec pour objectif de limiter la casse le vendredi soir, en attendant la pluie annoncée pour le samedi… »

     

    De fait, lors des quatre premières spéciales de vendredi soir, le duo Cherain-Delmelle allait vivre des instants difficiles… « Je manquais clairement de repères dans l’ES1 Eau Rouge, ce qui m’a fait louper une barrière et m’a d’emblée coûté 25 secondes, poursuit le pilote de Fléron. La situation s’est un peu améliorée par la suite, mais en pointant en 4ème position à 1’21’’ au retour à Spa, ce n’était tout de même pas la joie… »

     

    Il est néanmoins connu que demain est un autre jour… Comme prévu, dans des conditions tout simplement dantesques, la montée en puissance de Cédric Cherain allait être progressive, et dès l’ES10 Rochelinval-Fosse, la machine se mettait en marche, avec à la clef une impressionnante série de scratches ! Dans l’esprit de Cédric, débarrassé d’un Kevin Abbring sorti de la route, l’objectif était clair : maintenir la pression sur le leader Kris Princen ! « La deuxième boucle était totalement à notre avantage, puis Kris a réagi au début de la troisième, reprend Cherain. Au départ du dernier passage de La Clémentine, je me suis dit : ok, on y va, on donne tout ce qu’on a ! Avec 20 secondes de retard, on savait que cela allait être compliqué à la régulière, mais en rallye, rien n’est jamais fini avant le podium d’arrivée. Kris est parti à la faute dans un droite pas trop rapide, il a fini sur le toit, et lorsque nous sommes arrivés, nous avons ralenti afin de nous assurer que l’équipage était ok. Je pensais avoir vu pilote et copilote en dehors de l’auto, mais il apparaît qu’à cet instant, Kris était toujours dans l’habitacle. Dans de tels moments, on a une seconde pour prendre une décision. La situation ne me paraissait pas grave, vu la configuration de l’endroit de la sortie, et nous sommes repartis. J’ai rapidement reçu un SMS de Kris m’annonçant que tout était ok… et que je devais profiter de cette victoire ! »

     

    Ainsi donc, Cédric Cherain et Jean-Pierre Delmelle ont renversé une situation qui paraissait plutôt compromise en début de week-end, pour ajouter le Spa Rally à un tableau de chasse comptant déjà les autres épreuves wallonnes majeures du BRC, à savoir le Rallye du Condroz, le Rallye de Wallonie et l’East Belgian Rally. « Cette victoire à l’arraché, j’aimerais la dédier à mes très nombreux supporters, dont les messages et les encouragements en tout genre me redonnent sans cesse la force de me battre, de tout mettre en œuvre pour être au départ des plus belles épreuves, poursuit Cédric. Merci également à D-Max, un team qui me porte chance ! Le choix de la DS 3 RRC pour ce rallye n’en était pas vraiment un, puisqu’en fait, toutes leurs R5 étaient louées pour d’autres rallyes. Grâce à eux, à leur soutien, à celui de Caren Burton au niveau des pneus, et à plein d’autres, on a encore pu prouver que nous sommes en mesure de gagner dès l’instant où on s’aligne en Championnat de Belgique. J’aimerais un jour attaquer une saison avec un programme clairement établi, des budgets fixes et la possibilité d’effectuer des tests, mais chaque participation est une bataille pour boucler les budgets. C’est parfois difficile, mais la récompense n’en est que plus belle en cas de victoire. Je vais maintenant tenter de capitaliser sur les retours médiatiques de ce succès pour m’assurer une présence à Jambes, au Rallye de Wallonie, dont j’apprécie tout particulièrement l’organisateur. Le Condroz est déjà confirmé, et pour le reste, comme annoncé ce samedi soir à certains journalistes, j’aimerais beaucoup rouler à Ypres dans de bonnes conditions, afin de m’étalonner face à la référence belge qu’est Thierry Neuville. On va travailler dur pour ça… »

    Cédric ,Cherain , Jean-Pierre ,Delmelle , DS3 ,WRC ,D-MAX ,rallye ,Spa ,kevin ,Abbring ,R5 ,BRC ,moteur ,lameuse ,sudinfo ,kris , princen , Peter ,Kaspers ,Thierry ,Neuville

    Ultime précision : Cédric Cherain a eu Kris Princen et Peter Kaspers au téléphone ce dimanche matin, afin de prendre de leurs nouvelles. Geste apprécié à sa juste valeur par ces derniers, qui ont tenu à féliciter le Liégeois pour sa victoire, rappelant que la sortie de route fait partie des choses qui peuvent arriver en sport automobile. « Il n’y a plus qu’une chose à espérer, conclut Cédric : retrouver Kris et Peter au départ du Wallonie, et entamer une nouvelle et belle bataille pour la victoire… »(com)